Travail des enfants et travail forcé

Les producteurs de coton burkinabès adoptent un plan stratégique contre le travail des enfants avec l’appui du projet CLEAR Cotton

L’Union Nationale des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton du Burkina (SCOOP-UNPCB), s’implique dans la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé. Réunis du 2 au 3 décembre 2021 à Bobo Dioulasso, les élus et techniciens de l’UNPCB ont validé un plan stratégique visant à lutter contre ces fléaux.

Article | 21 janvier 2022
Ouagadougou (Nouvelles de l’OIT)Le projet CLEAR Cotton poursuit ses actions en faveur de la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé dans la chaîne de valeur du coton, du textile et de l’habillement au Burkina Faso.

CLEAR Cotton a en effet appuyé l’UNPCB dans l’élaboration et la validation de son plan stratégique de lutte contre le travail des enfants dans le cadre d’un accord d’exécution pour le renforcement des capacités des sociétés coopératives de producteurs de coton sur ces fléaux.

L’atelier a réuni les élus membres des organes centraux, des Présidents des Unions Provinciales et des techniciens, ainsi que les représentantes du Secrétariat Permanent du Suivi de la Filière Coton (SP/SFC) et l’Association Interprofessionnel du Coton du Burkina Faso (AICB).
Vue des Participants à l’atelier de validation du plan stratégique de l'UNPCB

Ce plan stratégique de l’UNPCB pour l’élimination du travail des enfants dans la production cotonnière a été élaboré par Alassane Traoré, Inspecteur du Travail et des Lois sociales et Expert certifié en protection de l'enfance avec l’appui technique et financier du BIT à travers le projet CLEAR Cotton. Il se décline en quatre axes :

Le premier axe prend en compte « la prévention du travail des enfants dans la production cotonnière » qui permet de réduire les facteurs de vulnérabilité des enfants face au travail des enfants dans la production cotonnière.

Le second axe s’articule autour de « la surveillance du travail des enfants dans la production cotonnière ». Il s’agit ici de prendre les mesures appropriées pour détecter les enfants qui travaillent ou les situations à risque et de rechercher des alternatives endogènes pour les enfants qui en sont victimes.

Le troisième axe est « le renforcement des capacités d’intervention de l’UNPCB contre le travail des enfants dans la production cotonnière », consistant à prendre les mesures appropriées pour que les membres et le personnel de l’UNPCB en charge des questions de lutte contre le travail des enfants des compétences et des outils nécessaires pour rendre leurs interventions sur le terrain plus efficaces.

Enfin le quatrième axe couvre « la coordination de la mise en œuvre du Plan stratégique et du suivi des interventions en matière de lutte contre le travail des enfants dans la production cotonnière », qui permet de prendre les dispositions idoines pour assurer la coordination de la mise en œuvre du plan et le suivi des interventions en matière de lutte contre le travail des enfants dans la production cotonnière.

L’atelier des 2 et 3 décembre 2021 aura permis aux acteurs clés de prendre connaissance du document élaboré et de d’y apporter tous les ajouts et corrections nécessaires. Le document a ainsi été validé par les participants à l’atelier qui ont salué sa qualité. Un plan d’action définissant des actions concrètes pour les années 2022 et 2023 a aussi été élaboré.

Pour le financement du plan d’action, l’UNPCB développera des initiatives de mobilisation de ressources internes et externes.

Les représentants du Secrétariat Permanent du Suivi de la Filière Coton (SP/SFC) et l’Association Interprofessionnel du Coton du Burkina (AICB) se sont réjouis de l’adoption d’un tel document par l’UNPCB qui traduit un engagement fort permettant une plus grande cohérence des interventions des producteurs de coton pour éloigner les enfants des champs.

Cofinancé par l’Union européenne et l’OIT, et mis en œuvre par l’OIT en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le projet CLEAR Cotton vise à combattre le travail des enfants et le travail forcé dans les chaînes de valeurs du coton, du textile et de l’habillement au Burkina Faso, au Mali, au Pakistan et au Pérou. Au Burkina Faso, Le projet CLEAR Cotton bénéficie d’un appui financier du projet « Towards SDG Target 8.7: supporting efforts to eliminate child labour and forced labour across Africa and in the cotton and garment supply chains in Burkina Faso», financé par le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement.