Journée Internationale des Migrants : Aperçu de l’intervention sur la question de la Migration et de la Mobilité de Travail du Bureau de l’OIT pour l’Algérie, la Libye, la Maroc, la Mauritanie et la Tunisie

Première organisation internationale à s’intéresser à la question de la migration dès 1919, l’OIT s’efforce aujourd’hui de forger des politiques qui maximisent les avantages des migrations de travail en favorisant la création d’emploi, le travail décent et la protection sociale.

Article | 18 décembre 2020
Contact: Loubna TENOUTIT, chargée de la communication du Bureau de l'OIT pour l'Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie, la Tunisie
Dans un cadre de dialogue social tripartite avec ses mandants (Gouvernement – Employeurs – Travailleurs), les instruments de l’OIT sur les migrations se déclinent en conventions, protocoles et cadres non-contraignants développés et adaptés depuis un siècle. Ces instruments offrent aujourd’hui les fondements juridiques et techniques les plus complets à disposition de l’ensemble des parties prenantes de la migration de travail.

En 2019, Aurélia SEGATTI, spécialiste Migration et Mobilité de travail pour le Bureau de l’OIT à Alger donnait quelques éléments permettant de comprendre comment l’Organisation à travers ce Bureau Pays venait répondre à la question.

Des projets menés par le Bureau de l’OIT pour l’Algérie, la Libye, la Maroc, la Mauritanie et la Tunisie 

AMEM

AMEM est un projet de coopération technique de l’Organisation internationale du travail, financé par l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS), qui vise à assurer un continuum de protection pour tous les travailleurs migrants au départ et à l’arrivée des pays du Maghreb. Il s’ins¬crit dans le cadre de l’axe premier du projet : Améliorer les systèmes d’information sur la migration de main d’œuvre.

AMEM déroule en ce mois de décembre un planning d’activités riche :
A venir
- 09 décembre 2020 : Atelier de présentation des résultats de l’enquête pilote pour l’identification des métiers en tension le secteur Bâtiment, Travaux Publics, (Mauritanie) : On proposera demain un article pour publication sur notre page AMEM
- 16 décembre 2020 : Atelier de présentation des résultats de l’étude : Etat des lieux de la législation nationale sur les implications législatives de la ratification de la Convention (n° 143) sur les travailleurs migrants (dispositions complémentaires), 1975 par la Mauritanie
- 22 décembre 2020 : un atelier à Tunis (format mixte : présentiel et en ligne) sur les données de la migration internationale de main d’œuvre à l’occasion de la publication du rapport : « Etat des lieux du système d’information sur les migrations internationales de main d’œuvre depuis et vers la Tunisie »
- 22 et 23 décembre à Tunis (en partenariat avec l’ONG CIES Onlus) premiers ateliers de formation pour des travailleurs migrants et élus municipaux sur l’inclusion socio-économique des migrants aux municipalités Soukra et l’Ariana

Pour en savoir plus sur AMEM, consulter la page du projet 
 

FAIR II

Offrir des possibilités de recrutement équitable pour les travailleurs le long des axes migratoires et rendre les pratiques de recrutement équitable plus accessibles aux travailleurs migrants, et promouvoir les principes et droits fondamentaux au travail et d’autres droits humains, tels sont les objectifs globaux du programme FAIR II en Tunisie.
Chaque année des millions de femmes et d’hommes quittent leur foyer en quête de meilleurs moyens d’existence. Sur les 258 millions de migrants dans le monde, environ 164 millions sont des travailleurs, dont 68,1 millions de femme . Beaucoup de ceux qui quittent ainsi leur foyer tombent en proie à des pratiques de recrutement trompeuses et coercitives, et se retrouvent à travailler dans des conditions qu’ils n’auraient jamais choisies. Dans le pire des cas ils sont soumis au travail forcé et à la traite des personnes – environs 6 millions des victimes de la traite dans le monde sont des migrants. Le recrutement équitable est le point de départ des migrations de main-d’œuvre.
Dans le cadre de son programme de recrutement équitable (FAIR), l’OIT et ses partenaires contribuent à défendre les droits des travailleurs, promouvoir des conditions sûres et équitable pour travailleurs migrants.
Face à la crise du COVID-19, FAIR II en Tunisie a déployé un certain nombre d’action afin d’apporter son appui à ses bénéficiaires directs et ultimes. Cest ainsi le projet a donner appui à l’UGTT pour répondre aux besoins des travailleurs migrants et ce par la distribution des kits de sécurité (Gels et bavettes…) et le développement des vidéos de sensibilisation sur les bonnes pratiques en matière de santé et de sécurité au travail dans quatre secteurs d’activité les plus occupées par les travailleurs migrants et en français et en anglais à savoir : BTP, Agriculture & Pêche, Hôtellerie et Travail domestique.




 

Regardez les autres vidéos sont disponibles concernant les travailleurs migrants et les bonnes pratiques SST face à la Covid-19 dans l'Agriculture & Pêche  ,l' Hôtellerie  et le Travail domestique 

THAMM


Le programme Pour une approche globale de la gouvernance des migrations et de la mobilité de main-d’oeuvre en Afrique du Nord (Towards a Holistic Approach to Labour Migration Governance and Labour Mobility in North Africa (THAMM)) est un programme financé par l’Union européenne via le Fonds Fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique (EUTF) et le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Économique et du Développement (BMZ). THAMM est mis en œuvre par l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), la Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), l’Agence Belge de Développement ENABEL et l’Office Français pour l’Immigration et l’Intégration (OFII). Ce programme sous-régional vise à identifier et renforcer des possibilités de migration et de mobilité de main-d’œuvre sûres, régulières et ordonnées, mutuellement bénéfiques aux pays d’origine, de destination et aux travailleuses et travailleurs migrants et leurs familles. Le programme s’appuie sur les normes et cadres internationaux existants pour promouvoir une migration équitable de la main-d’œuvre et des systèmes de recrutement équitables. Le programme cible aussi bien les nationaux des pays partenaires qui sont intéressés par une mobilité professionnelle à l’international que les travailleurs migrants présents dans les pays partenaires.
Dans le cadre d’un contrat conjoint avec l’OIM, les équipes des bureaux de l’OIT d’Alger et du Caire, présentes au Maroc, en Tunisie et en Egypte, mettent en œuvre des plans de travail élaborés avec les partenaires nationaux de chacun des pays, dans les domaines de l’amélioration des cadres de gouvernance (politiques, stratégies, législations, réglementation, professionnalisation des services de l’emploi, sensibilisation à l’approche recrutement équitable de l’OIT, développement d’outils de protection des travailleurs migrants), le développement des compétences et des systèmes de reconnaissance des qualifications, l’harmonisation et l’amélioration des données statistiques et des systèmes d’information sur les migrations de main-d’œuvre, et enfin, l’échange d’expériences au niveau sous-régional en particulier dans le domaine du développement des politiques migratoires de main-d’œuvre, de la syndicalisation et de la protection sociale des travailleurs migrants.
Entre autres réalisations, le programme a récemment lancé une grande enquête sur l’impact de la COVID-19 sur le revenu et la protection sociale des Marocains et des Tunisiens à l’étranger et fournit actuellement un appui technique au processus d’élaboration d’une stratégie nationale de l’emploi à l’international et de la protection des travailleurs migrants en Tunisie.
Pour en savoir plus sur THAMM, cliquez ici