L’OIT et la GIZ appuient Madagascar dans l’élaboration de sa « Politique Nationale de Développement des Infrastructures et Equipements »

Actualité | 4 septembre 2019
La signature de protocoles de collaboration entre le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics et les partenaires techniques et financiers tels que l’OIT, la GIZ et le Programme PROSPERER du FIDA s’est effectuée le 3 septembre 2019 à Antananarivo afin d’élaborer la Politique Nationale de Développement des Infrastructures et Equipements (PNDIE) pour Madagascar.

En effet, l’étude préliminaire effectuée en 2015 dans le cadre de la formulation de la PNDIE nous a montré clairement la situation globale des infrastructures et équipements à Madagascar, qui peut être résumée en trois mots : insuffisante, vétuste et manque ou pas d’entretien du tout.

La réhabilitation et la construction des infrastructures sont alors primordiales pour développer l’économie, et encore mieux la réalisation des travaux par l’approche HIMO Structurée apportera des avantages considérables et fera profiter les avantages directs des travaux par la population locale.

« Le chômage et le sous-emploi ont des coûts social et économique élevé en termes de pertes de croissance économique. La création massive d’emplois décents va contribuer à l’augmentation des revenus de l’Etat qui peut par conséquent accroître l’investissement dans l’éducation, la formation professionnelle ainsi qu’en santé. » a souligné Monsieur Coffi Agossou, Directeur du Bureau de Pays de l’OIT pour Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles, dans son allocution lors de la cérémonie d’ouverture qui a vu également la présence de Monsieur Hajo Andrianainarivelo, Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, de la Coordonnatrice du Programme PAGE de la GIZ ainsi que de toutes les parties impliquées dans le processus.

Dans son allocution, le Ministre a beaucoup insisté sur la nécessité d’avoir des infrastructures de qualité durable et a mis l’accent sur l’importance de prendre en considération l’environnement ainsi que l’approche HIMO Structurée dans la construction des routes et équipement.

Par ailleurs, l’approche HIMO structurée de l’OIT est une approche de réputation mondiale développée à Madagascar depuis plus de 20 ans et qui a fait ses preuves avec des bénéfices multiples, dans la construction, la réhabilitation et l’entretien des bâtiments, des routes et autres infrastructures publiques. En plus de la réalisation des infrastructures pérennes et de bonne qualité, cette approche constitue une alternative valable de création d’emplois décents, productifs et durables localement, de promotion de l’emploi des jeunes et de l’approche genre, de réduction du secteur informel, et de distribution de revenus par le travail, d’exploitation des ressources locales, de transfert de compétence, de mise en place d’un système d’entretien efficace et de réduction du coût de la construction. Elle engendre aussi le développement d’un tissu des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Bureaux d’études pouvant se partager de façon plus équilibrée les marchés de l’industrie de la construction avec les grandes entreprises et apporter une contribution à la valorisation des ressources locales.

L’année 2019 est marquée par le lancement de la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat et du plan Initiative pour l’Emergence de Madagascar ayant comme objectif le rattrapage du retard de développement de Madagascar en modernisant le pays à travers les infrastructures socioéconomiques sans oublier l’emploi.

La PNDIE devra donc répondre aux attentes du pays, non seulement en termes de construction des infrastructures, mais et surtout en terme de croissance et de développement, qui, ne seraient pas atteints sans la création d’emplois décents.

Monsieur Agossou n’a pas manqué de remercier Monsieur le Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics d’avoir pris cette bonne initiative et d’avoir avoir associé l’OIT et il a réitéré son entière adhésion et appui au processus, pour que chaque investissement ne soit plus des outils politiques, mais doivent respecter des bonnes planifications et stratégies conduisant ainsi à des impacts positifs et palpables au niveau de la population malagasy.