L’OIT est préoccupée par les restrictions permanentes dont font l’objet les droits syndicaux en Corée

Communiqué de presse | Seoul, Korea | 18 septembre 2012

Séoul, 18 Septembre 2012 (ACTRAV INFO)-Un séminaire syndical national s’est tenu les 17-18 septembre à Séoul pour discuter de la situation actuelle en matière des droits syndicaux dans le pays et de la nécessité de faire ratifier les Conventions nos. 87 et 98 de l’OIT. Le séminaire, organisé conjointement par les deux organisations syndicales nationales de Corée – la KCTU et la FKTU – et le BIT-ACTRAV, a été inauguré par Dan Cunniah, directeur d’ACTRAV, Kim Dong-man, Président par intérim de la FKTU et Kim Young-Hoon, Président de la KCTU.

Prenant la parole à ce séminaire, Dan Cunniah a déclaré: «Je pense que ce séminaire offrira une chance de discuter des difficultés d’ordre juridique et pratique rencontrées dans l’exercice des activités syndicales en Corée; de même que des recommandations faites par le Comité de la liberté syndicale (CLS) de l’OIT concernant les divers cas de violation de droits syndicaux. J’espère aussi qu’il examinera la voie à suivre pour mettre en place un meilleur environnement en matière de relations professionnelles bénéficiant à tous les partenaires sociaux et améliorant la compétitivité nationale.»

La discussion du séminaire était basée sur les résultats d’une étude intitulée «Les droits fondamentaux des travailleurs en Corée à la lumière des normes du travail internationalement reconnues» et une proposition syndicale pour améliorer la «loi sur les syndicats et les relations de travail (TULRAA)».


Le gouvernement coréen doit encore ratifier quatre conventions fondamentales de l’OIT sur la liberté syndicale et le droit de négocier collectivement (C87, C98) et sur l’élimination du travail forcé et obligatoire (C29, C105). Cela fait à présent plus de vingt ans que le gouvernement coréen est devenu membre de l’OIT en 1991, et il n’a ratifié jusqu’ici que 28 Conventions, soit un nombre nettement inférieur à la moyenne de 63 relevée par l’OCDE.

En dépit des recommandations réitérées du CLS concernant la révision de la loi sur les syndicats et les relations de travail (TULRAA) pour la mettre en conformité avec les normes de l’OIT, les lois continuent d’imposer des restrictions aux activités syndicales, y compris en niant les droits des travailleurs employés dans des formes déguisées de travail et en restreignant le droit des agents du secteur public de se syndiquer et de négocier collectivement. L’entrave à l’activité économique et le système judiciaire ont servi de moyens de freiner le rôle mobilisateur et les activités des syndicats.

Les participants ont prié instamment le gouvernement de modifier la TULRAA et de prendre des mesures pour ratifier les conventions fondamentales et permettre ainsi une nette amélioration des normes du travail.

Pour plus d’informations, contacter :

M. Pong-Sul Ahn
Spécialiste principal en matière d'activités pour les travailleurs (ACTRAV)
SRO-Bangkok
Tel: +662 288 2247
E-mail: ahn[at]ilo.org