Renforcement de partenariat entre le BIT/l´ong AVSI et l´UNDH

Le projet, développé par AVSI-UNDH et le BIT, est conçu comme une partie intégrée de la stratégie du BIT dans le département du Sud.

Actualité | 21 novembre 2017

Lors de sa visite du Projet de Formation Professionnelle et de Développement Rural du Grand-Sud (FOPRODER), mercredi 15 novembre 2017 au local de l’Université Notre Dame d’Haïti (UNDH) à Torbeck, Mme Carmen Moreno, Directrice régionale du Bureau International du Travail au Costa Rica, a rencontré Monsieur le Recteur et le Doyen de la Faculté d'Agronomie, représentants de l'UNDH ainsi que les professeurs et l'équipe de soutien professionnel, dirigée par l'ONG AVSI.

Le but de cette réunion était d’analyser la meilleure façon de continuer à développer le partenariat en cours entre l’AVSI-l’UNDH et le BIT ainsi que certaines lignes stratégiques qui permettraient de certifier 400 jeunes techniciens agricoles de base avec une attestation d'aptitude professionnelle (AAP) reconnue par l'INFP.

Le projet, développé par AVSI-UNDH et le BIT, est conçu comme une partie intégrée de la stratégie du BIT dans le département du Sud. Il doit permettre aux bénéficiaires de s’insérer dans un processus d’apprentissage à long terme. Dans ce cadre, l’implication de l’Institut de Formation Professionnelle (INFP) demeure un préalable capital, dans la validation des curricula de formation.

Le projet AVSI-UNDH-BIT peut créer un espace d’échanges, de connaissances, d’outils de travail et de bonnes pratiques, avec pour objectif global de faciliter et de valider son inclusion dans l’offre des curricula des centres de formations formels. Ceux-ci s’inscrivent dans le cadre d’un projet intégré et participatif, qui pourra, en dernier lieu, contribuer à remplir le gap entre l’offre et la demande, relatives au marché du travail en milieu rural.

Parmi les buts du projet du BIT, il y a la reconnaissance, la systématisation et la révision des modules de formation développés par les ONGs et associations de producteurs. Ceux-ci mènent des formations directes dans le secteur productif mais développent aussi des modules de formation informelle.

Durant tout le projet, une étroite collaboration, avec le tissu socio-économique des coopératives et des organisations de base de la zone sera assurée. Grace aux échanges avec ce réseau des OCB, les modules de formations seront mis à jour et adaptés aux exigences telles que définies par les associations elles-mêmes. Et c’est ainsi que le lien entre les activités de développement des compétences menées par les centres de formations et les réelles exigences du marché du travail, sera assuré.

Les curricula ont été choisi en tenant compte de la potentialité du secteur agricole et de la production. Les curricula et plans des cours détaillés ci-dessous, doivent faire l’objet d’une validation par l’INFP. Toutefois, ceux-ci pourront faire l’objet de modifications afin d’être mieux adaptés aux exigences du projet.

Curriculum A : Production en agroforesterie et pépinières.


Le programme d’Agroforesterie prépare à l’exercice du métier d’ouvrier spécialisé en techniques agroforestières. Il vise à former des ouvriers qui seront appelés à travailler sur la mise en place et la gestion de parcelles agroforestières soit pour des techniciens agricoles, soit à leur compte personnel comme travailleur indépendant ou soit dans des organisations paysannes.

Curriculum B: Production agricole et transformation de matières premières.

Ces curricula dispenseront les connaissances théoriques et les capacités pratiques pour s’impliquer dans le marché formel existant pour démarrer une petite activité indépendante avec un cycle de production agricole et de transformation de ces mêmes produits. Le focus sur la transformation veut répondre aux difficultés des petits producteurs à capitaliser au mieux leur production, en raison des difficultés de stockage et conservation. La transformation (même très artisanale et à petite échelle) des produits, prolonge la vie et le temps de commercialisation, en réduisant les gaspillages et les pertes, en particulier pour les tubercules, les céréales, les arachides et le moringa.

Curriculum C: Transformation, conservation et hygiène alimentaire.

Ces cours se focalisent sur un parcours plus spécifique, orienté aux techniques de transformation spécifiques, avec une attention aux processus, à la qualité et à la gestion des étapes de transformation.

Curriculum D : Elevage avicole et de petits ruminants.

Le programme de formation en technique d’élevage avicole et de petits ruminants prépare à l’exercice du métier d’ouvrier spécialisé en élevage. Il vise à former des ouvriers qui seront appelés à travailler sur la mise en place et la gestion d’unités d’élevage soit pour des techniciens agricoles, soit à leur compte comme travailleur indépendant ou soit dans des organisations paysannes.

Photo: L’équipe du BIT et les représentants de l'ONG AVSI et de l’UNDH