L'OIT est une institution spécialisée des Nations-Unies
ILO-fr-strap

Annexe I

Tableau des rapports dus et reçus concernant
les instruments examinés et liste des ratifications/dénonciations
par convention et par pays (au 8 décembre 2000)


          L’article 19 de la Constitution de l’Organisation internationale du Travail prévoit que les Membres devront «faire rapport au Directeur général du Bureau international du Travail, à des périodes appropriées, selon ce que décidera le Conseil d’administration» sur l’état de leur législation et sur leur pratique concernant la question qui fait l’objet des conventions non ratifiées et recommandations. Les obligations des Membres vis-à-vis des conventions sont énoncées au paragraphe 5 e) de l’article susmentionné. Le paragraphe 6 d) traite des recommandations, alors que le paragraphe 7 a) et b) est consacré aux obligations particulières des Etats fédératifs. L’article 23 de la Constitution prévoit, par ailleurs, que le Directeur général présentera à la prochaine session de la Conférence un résumé des rapports qui lui auront été communiqués par les Membres en application de l’article 19 et que chaque Membre communiquera aux organisations représentatives d’employeurs et de travailleurs copie de ces rapports.

          A sa 218e session (novembre 1981), le Conseil d’administration avait décidé de cesser la publication des résumés des rapports sur les conventions non ratifiées et les recommandations et de se borner à publier une liste des rapports reçus, à la condition que les originaux de tous ces rapports soient tenus disponibles par le Directeur général pour consultation à la Conférence et que des copies en soient mises à la disposition des membres des délégations sur demande.

          Lors de sa 267e session (novembre 1996), le Conseil d’administration a approuvé des nouvelles mesures de rationalisation et de simplification.

          Dorénavant, les rapports reçus au titre de l’article 19 de la Constitution figurent sous forme simplifiée dans un tableau en annexe au rapport III (partie 1B) de la Commission d’experts pour l’application des conventions et recommandations.

          Les demandes de consultation ou de copies des rapports peuvent être adressées au secrétariat de la Commission de l’application des normes.

          Les rapports figurant sur la liste ci-après se réfèrent à la convention nº 4 concernant le travail de nuit des femmes; la convention nº 41 concernant le travail de nuit des femmes (révisée en 1934); la convention nº 89 concernant le travail de nuit des femmes occupées dans l’industrie (révisée en 1948); et le Protocole relatif à la convention sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 1948.

 

 

C.4 (1919)

C.41 (1934)

C.89 (1948)

P.89 (1990)

Conventions pertinentes

 

Rat.

Dén.

Rat.

Dén.

Rat.

Dén.

Rat.

Dén.

C.79

C.90

C.103

C.111

C.156

C.171

Afghanistan

1939

 

1939

 

 

 

 

 

 

 

 

1969

 

 

Afrique du Sud (+)

1921

1935

1935

1950

1950•

o

 

 

 

 

 

1997

 

 

Albanie (+)

1932

1964

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1997

 

 

Algérie

 

 

 

 

1962

 

 

 

 

 

 

1969

 

 

Allemagne (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1961

 

 

Angola (+)

1976

 

 

 

1976

 

 

 

 

 

 

1976

 

 

Antigua-et-Barbuda (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1983

 

 

Arabie saoudite(+)

 

 

 

 

1978

 

 

 

 

1978

 

1978

 

 

Argentine (+)

1933

1992

1950•

 

 

 

 

 

1955

1956

 

1968

1988

 

Arménie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1994

 

 

Australie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1973

1990

 

Autriche (+)

1924

 

 

 

1950 o

 

 

 

 

 

1969

1973

 

 

Azerbaïdjan (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

1992

1992

1992

1992

 

 

Bahamas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bahreïn (+)

 

 

 

 

1981

 

 

 

 

 

 

2000

 

 

Bangladesh (+)

1972

 

 

 

1972

 

 

 

 

1972

 

1972

 

 

Barbade (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1976

 

1974

 

 

Bélarus (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

1956

1956

1956

1961

 

 

Belgique (+)

1924

1937

1937

1952

1952

1992

 

 

 

 

 

1977

 

1997

Belize (+)

 

 

 

 

1983

 

 

 

 

 

2000

1999

1999

 

Bénin (+)

1960•

 

1960•

 

 

 

 

 

 

 

 

1961

 

 

Bolivie

 

 

 

 

1973

 

 

 

 

1973

1973

1977

1998

 

Bosnie-Herzégovine

 

 

 

 

1993

 

 

 

 

1993

1993

1993

1993

 

Botswana (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1997

 

 

Brésil (+)

1934

1937

1936

1957

1957•

 

 

 

 

 

1965

1965

 

 

Bulgarie (+)

1922

1960

 

 

 

 

 

 

1949

 

 

1960

 

 

Burkina Faso

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1962

 

 

Burundi (+)

1963•

 

 

 

1963•

 

 

 

 

1971

 

1993

 

 

Cambodge

1969

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

Cameroun

1960

1975

 

 

1970

 

 

 

 

1970

 

1988

 

 

Canada (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1964

 

 

Cap-Vert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1979

 

 

République centrafricaine

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1964

 

 

Chili (+)

1931

1976

 

 

 

 

 

 

 

 

1994

1971

1994

 

Chine (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chypre (+)

 

 

 

 

1965



1994

 

 

1965

 

1968

 

1994

Colombie (+)

1933

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1969

 

 

Comores (+)

 

 

 

 

1978•

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Congo

1960

1971

1960

1971

1971

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

République de Corée (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1998

 

 

Costa Rica (+)

 

 

 

 

1960

 

 

 

 

1960

 

1962

 

 

Côte d’Ivoire (+)

1960•

 

1960•

 

 

 

 

 

 

 

 

1961

 

 

Croatie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1991

1991

1991

1991

 

Cuba (+)

1928•

 

 

 

1952

1991

 

 

1954

1952

1954

1965

 

 

Danemark (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1960

 

 

Djibouti (+)

 

 

 

 

1978

 

 

 

 

 

 

 

 

 

République dominicaine

 

 

 

 

1953•



 

 

1953

1957

 

1964

 

1993

Dominique (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1983

 

 

Egypte (+)

 

 

1947

1960

1960

 

 

 

 

 

 

1960

 

 

El Salvador (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1995

2000

 

Emirats arabes unis (+)

 

 

 

 

1982

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Equateur (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1962

1962

 

 

Erythrée (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2000

 

 

Espagne (+)

1932•

 

 

 

1958

1992

 

 

1971

1971

1965

1967

1985

 

Estonie (+)

 

 

1935•



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etats-Unis (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ethiopie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1966

1991

 

Ex-République yougoslave de
Macédoine

 

 

 

 

1991

 

 

 

 

1991

1991

1991

1991

 

Fidji

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finlande (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1970

1983

 

France (+)

1925

1955

1938

1953

1953

1992

 

 

 

1985

 

1981

1989

 

Gabon

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1961

 

 

Gambie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Géorgie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1993

 

 

Ghana (+)

 

 

 

 

1959•

 

 

 

 

1961

1986

1961

 

 

Grèce (+)

1920

1936

1936

1959

1959

1992

 

 

 

1962

1983

1984

1988

 

Grenade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guatemala

 

 

 

 

1952

 

 

 

1952

1952

1989

1960

1994

 

Guinée

1959

1968

1959

1966

1966

 

 

 

 

1966

 

1960

1995

 

Guinée-Bissau

1977

 

 

 

1977

 

 

 

 

 

 

1977

 

 

Guinée équatoriale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1985

 

 

 

Guyana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1975

 

 

Haïti (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1957

 

1976

 

 

Honduras

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1960

 

 

Hongrie (+)

1928

1936

1936

1977

 

 

 

 

 

 

1956

1961

 

 

Iles Salomon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inde

1921

 

1935

1950

1950

 

 

 

 

1950

 

1960

 

 

Indonésie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

République islamique d’Iran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1964

 

 

Iraq

 

 

1938

1967

1967

 

 

 

 

 

 

1959

 

 

Irlande

1925

1937

1937

1952

1952

1982

 

 

 

 

 

1999

 

 

Islande

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1963

2000

 

Israël (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

1953

1953

 

1959

 

 

Italie (+)

1923•

 

 

 

1952

1992

 

 

1952

1952

1971

1963

 

 

Jamaïque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1975

 

 

Japon (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1995

 

Jordanie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1963

 

 

Kazakhstan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

Kenya

 

 

 

 

1965

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kirghizistan

 

 

 

 

 

 

 

 

1992

1992

1992

1992

 

 

Kiribati

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Koweït (+)

 

 

 

 

1961

 

 

 

 

 

 

1966

 

 

République démocratique
populaire lao

1964

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lesotho

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1998

 

 

Lettonie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1992

 

 

Liban (+)

 

 

 

 

1962

 

 

 

 

1962

 

1977

 

 

Libéria

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1959

 

 

Jamahiriya arabe libyenne

 

 

 

 

1962

 

 

 

 

 

1975

1961

 

 

Lituanie (+)

1931•

 

 

 

 

 

 

 

1994

1994

 

1994

 

1994

Luxembourg (+)

1928

1982

 

 

1958

1982

 

 

1958

1958

1969

 

 

 

Madagascar (+)

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1961

 

 

Malaisie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malawi (+)

 

 

 

 

1965•

 

 

 

 

 

 

1965

 

 

Mali

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1964

 

 

Malte

1988

1991

 

 

1965

1991

 

 

 

 

 

1968

 

 

Maroc (+)

1956

 

1956

 

 

 

 

 

 

 

 

1963

 

 

Maurice (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mauritanie (+)

1961

1965

1961

1963

1963

 

 

 

 

1963

 

1963

 

 

Mexique (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1956

 

1961

 

 

République de Moldova (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1997

1996

 

 

Mongolie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1969

1969

 

 

Mozambique (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1977

 

 

Myanmar (+)

1921

1961

1935

1967

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Namibie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Népal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1974

 

 

Nicaragua (+)

1934•

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1967

 

 

Niger

1961

 

1961

 

 

 

 

 

 

 

 

1962

1985

 

Nigéria

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Norvège (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1957

 

1959

1982

 

Nouvelle-Zélande (+)

 

 

1938

1950

1950

1981

 

 

 

 

 

1983

 

 

Oman (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouganda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouzbékistan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1992

1992

 

 

Pakistan (+)

1921

 

1935

1951

1951

 

 

 

 

1951

 

1961

 

 

Panama (+)

 

 

 

 

1970 o

 

 

 

 

 

 

1966

 

 

Papouasie-Nouvelle-Guinée (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2000

2000

 

 

Paraguay (+)

 

 

 

 

1966•

 

 

 

1966

1966

 

1967

 

 

Pays-Bas (+)

1922

1937

1935

1954

1954

1972

 

 

 

1954

1981

1973

1988

 

Pérou (+)

1945

1997

1945

1997

 

 

 

 

1962

1962

 

1970

1986

 

Philippines (+)

 

 

 

 

1953

 

 

 

 

1953

 

1960

 

 

Pologne (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

1947

1968

1976

1961

 

 

Portugal (+)

1932

1993

 

 

1964

1992

 

 

 

 

1985

1959

1985

1995

Qatar (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1976

 

 

République démocratique du
Congo

1960

 

 

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roumanie (+)

1921

1957

 

 

1957

 

 

 

 

 

 

1973

 

 

Royaume-Uni (+)

1921

1937

1937

1947

 

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

Fédération de Russie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

1956

1956

1956

1961

1998

 

Rwanda (+)

1962

 

 

 

1962

 

 

 

 

 

 

1981

 

 

Saint-Kitts-et-Nevis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2000

 

 

Sainte-Lucie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1983

 

 

Saint-Marin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1998

1986

1988

 

Saint-Vincent-et-les
Grenadines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sao Tomé-et-Principe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1982

 

 

Sénégal (+)

1960

 

1960

1962

1962

 

 

 

 

 

 

1967

 

 

Seychelles (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

Sierra Leone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1966

 

 

Singapour (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Slovaquie

 

 

 

 

1993

 

 

 

 

1993

 

1993

 

 

Slovénie (+)

 

 

 

 

1992

 

 

 

 

1992

1992

1992

1992

 

Somalie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1961

 

 

Soudan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1970

 

 

Sri Lanka (+)

1951

1954

1950

1966

1966

1982

 

 

 

1959

1993

1998

 

 

Suède (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1962

1982

 

Suisse (+)

1922

1936

1936

1950

1950

1992

 

 

 

 

 

1961

 

 

Suriname (+)

 

 

1976•

o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Swaziland

 

 

 

 

1981

 

 

 

 

1981

 

1981

 

 

République arabe syrienne (+)

 

 

 

 

1949

 

 

 

 

 

 

1960

 

 

Tadjikistan

 

 

 

 

 

 

 

 

1993

1993

1993

1993

 

 

République-Unie de Tanzanie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tchad

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1966

 

 

République tchèque (+)

 

 

 

 

1993•



1993

 

 

1993

 

1993

 

1996

Thaïlande (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Togo

1960

 

1960

 

 

 

 

 

 

 

 

1983

 

 

Trinité-et-Tobago

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1970

 

 

Tunisie (+)

1957

1974

 

 

1957

 

2000

 

 

1961

 

1959

 

 

Turkménistan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1997

 

 

Turquie (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1967

 

 

Ukraine (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

1956

1956

1956

1961

2000

 

Uruguay (+)

1933

1955

 

 

1954

1982

 

 

1954

1954

1954

1989

1989

 

Venezuela (+)

1933

1944

1944

 

 

 

 

 

 

 

dén.

1971

1984

 

Viet Nam (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1997

 

 

Yémen (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1969

1989

 

[Yougoslavie]*

1927

1957

 

 

1956

 

 

 

 

1957

1955

1961

1987

 

Zambie

 

 

 

 

1965•



 

 

 

 

1979

1979

 

 

Zimbabwe (+)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1999

 

 

Total

59

29

38

22

65

15

3

0

20

50

37

141

29

6

(+)    Rapport reçu.

•      La convention a cessé de s’appliquer.

o     Dénonciation envisagée.

    A annoncé son intention de dénoncer la convention.

*      Ceci se réfère à l’Ex-République fédérative socialiste de Yougoslavie. Le gouvernement de la République fédérale de Yougoslavie, devenu Membre de l’OIT le 24 novembre 2000, n’a pas encore communiqué sa décision à l’égard des conventions précédemment ratifiées par l’Ex-République fédérative socialiste de Yougoslavie. Depuis que la République fédérale de Yougoslavie est Membre de l’OIT, l’Ex-République fédérative socialiste de Yougoslavie a été enlevée de la liste des Etats Membres de l’OIT.

Note: En outre, 18 rapports ont été reçus des territoires non métropolitains suivants: Royaume-Uni (Anguilla, Bermudes, Gibraltar, Guernesey, îles Falkland [Malvinas], île de Man, Jersey, Montserrat, Sainte-Hélène).

 

Annexe II

Principaux textes de loi relatifs au travail de nuit des femmes
dans l’industrie par pays

Afrique du Sud

–        Loi no 75 du 26 novembre 1997 sur les conditions d’emploi fondamentales.
–        Loi no 29 du 30 mai 1996 sur la santé et la sécurité dans les mines.
–        Loi no 66 du 29 novembre 1995 sur les relations du travail.

Albanie

–        Loi no 7961 du 12 juillet 1995 portant Code du travail.

Algérie

–        Loi no 90-11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail.
–        Loi no 83-11 du 2 juillet 1983 relative aux assurances sociales.

Allemagne

–        Loi du 12 avril 1976 tendant à protéger les jeunes travailleurs.
–        Loi fédérale du 17 janvier 1997 sur la protection de la maternité.

Angola

–        Loi générale no 2/2000 du 11 février 2000 sur le travail.

Antigua-et-Barbuda

–        Code du travail no 14 de 1975.

Arabie saoudite

–        Décret royal nº M/21 du 15 novembre 1969 portant Code du travail.

Argentine

–        Loi sur l’emploi no 24013 du 13 novembre 1991.
–        Loi no 20744 du 13 mai 1976 sur les contrats de travail.

Australie

–        Loi de 1996 sur les relations au lieu de travail.
–        Loi de 1985 sur la santé et la sécurité au travail.
–        Sentence arbitrale de 1999 sur le commerce du vêtement.
–        Sentence arbitrale de 2000 sur l’industrie textile.

Autriche

–        Loi du 17 avril 1979 sur la protection de la maternité.
–        Loi fédérale du 25 juin 1969 sur le travail de nuit des femmes.
–        Loi fédérale du 1er juillet 1948 relative à l’emploi des enfants et des adolescents, telle que modifiée en dernier lieu par la loi du 6 novembre 1997 (Texte no 126).
–        Loi de 1984 sur les travailleurs agricoles, telle que modifiée jusqu’en 1998.
–        Loi fédérale BGB1.I no 5/1998.

Azerbaïdjan

–        Code du travail du 1er février 1999.

Bahreïn

–        Décret-loi princier no 23 du 16 juin 1976 portant promulgation de la loi sur le travail dans le secteur privé, tel que modifié par le décret législatif no 14 de 1993.
–        Décision ministérielle no 18/1976.

Bangladesh

–        Loi sur les fabriques, 1965.
–        Loi sur les ateliers et les entreprises, 1965.
–        Ordonnance de 1962 sur la main-d’œuvre des plantations de thé.
–        Loi de 1938 sur le travail des enfants.
–        Loi de 1939 sur l’indemnité de maternité.

Barbade

–        Loi du 24 mars 1977 sur l’emploi (dispositions diverses).
–        Loi de 1976 sur le travail des femmes (congé de maternité).

Bélarus

–        Code du travail du 26 juillet 1999 (Texte no 432).

Belgique

–        Loi du 17 février 1997 relative au travail de nuit.
–        Loi du 16 mars 1971 sur le travail, telle que modifiée.
–        Convention collective de travail no 46 du 23 mars 1990 relative aux mesures d’encadrement du travail en équipe comportant des prestations de nuit ainsi que d’autres formes de travail comportant des prestations de nuit.

Belize

–        Loi de 1980 sur le travail, chap. 234.

Bénin

–        Loi no 98-004 du 27 janvier 1998 portant Code du travail.

Bolivie

–        Décret suprême du 26 mai 1939 portant Code du travail.
–        Décret du 23 août 1943 portant réglementation de la loi générale sur le travail.
–        Loi no 975 du 2 mai 1988 sur l’emploi et la stabilité de la femme enceinte.
–        Loi no 1403 du 18 décembre 1992 portant Code des mineurs.
–        Loi no 2026 du 27 octobre 1999 portant Code des enfants et des adolescents.

Botswana

–        Loi no 26 de 1992 sur l’emploi dans sa teneur modifiée.
–        Loi no 29 de 1982 sur l’emploi.

Brésil

–          Constitution fédérale, telle que modifiée par l’amendement constitutionnel n20 du 15 décembre 1998.
–        Décret no 5452 du 1er mai 1943 portant consolidation des lois sur le travail.
–        Loi no 8213/91.
–        Loi relative aux dispositions constitutionnelles transnationales.

Bulgarie

–        Code du travail du 24 mars 1986, tel que modifié jusqu’en 1996.

Burkina Faso

–        Loi no 11-92/ADP du 22 décembre 1992 portant Code du travail.
–        Arrêté no 436/ITLS/HV du 15 juillet 1953 déterminant les heures pendant lesquelles le travail est considéré comme travail de nuit.
–        Arrêté no 539/ITLS/HV du 29 juillet 1954 relatif au travail des enfants.
–        Arrêté no 5254/IGTLS/AOF du 19 juillet 1954 relatif au travail des femmes et des femmes enceintes.

Burundi

–        Décret-loi no 1/037 du 7 juillet 1993 portant révision du Code du travail.

Cameroun

–        Loi no 92/007 du 14 août 1992 portant Code du travail.

République centrafricaine

–        Loi no 61-221 du 2 juin 1961 instituant le Code du travail.
–        Arrêté général no 3759 du 25 novembre 1954 relatif au travail des femmes et des femmes enceintes.
–        Arrêté no 839/ITT du 22 novembre 1953 fixant les heures pendant lesquelles le travail est considéré comme travail de nuit.
–        Arrêté no 3157 du 8 octobre 1951 relatif au régime du travail des enfants.

Chili

–        Code du travail du 7 janvier 1994.
–        Circulaire no 1671/64 du 18 mars 1996, émise par la Direction du travail.

Chine

–        Loi du 5 juillet 1994 sur l’emploi.
–        Décret du 28 juin 1988 du Conseil d’Etat, portant adoption du règlement régissant la protection des employées et des travailleuses.

Chypre

–        Loi du 26 février 1932 sur l’emploi des femmes (pendant la nuit).
–        Loi no 87(I) de 1999 (dans sa teneur modifiée) sur le travail des enfants et des adolescents.
–        Loi no 100(I) de 1997 sur la protection de la maternité.

Colombie

–        Code du travail, décrets nos 2663 et 3743 de 1950, adopté par la loi no 141 de 1961.
–        Décret no 13 du 4 janvier 1967 tendant à incorporer dans le Code du travail les dispositions de la loi no 73 du 13 décembre 1966.
–        Loi no 50 du 28 décembre 1990 amendant le Code du travail.
–        Code des mineurs, décret no 2737/89.

Comores

–        Loi nº 84-018/PR du 18 février 1984 portant Code du travail.

Congo

–        Loi no 45-75 du 15 mars 1975 instituant un Code du travail.

République de Corée

–        Loi no 5309 du 13 mars 1997 sur les normes du travail.

Costa Rica

–        Code du travail de 1943, tel que modifié jusqu’en 1996.
–        Loi no 7739 du 6 janvier 1998 sur l’enfance et l’adolescence.
–        Décret no 26898-MTSS du 30 mars 1998.

Côte d’Ivoire

–        Loi no 95-15 du 12 janvier 1995 portant Code du travail.
–        Décret no 96-204 du 7 mars 1996 relatif au travail de nuit.

Croatie

–        Loi sur le travail du 17 mai 1995 (Texte no 758).

Cuba

–        Loi no 13 du 28 décembre 1977 sur la protection et l’hygiène au travail.
–        Code du travail no 49 du 28 décembre 1984.
–        Décret no 101 du 3 mars 1982 portant Règlement relatif à la protection et à l’hygiène au travail.
–        Loi no 1263 du 14 janvier 1974 sur la maternité, telle que modifiée par la loi no 61 du 20 septembre 1987.
–        Résolution no 10/91 du 16 juillet 1991 de la Commission d’Etat sur le travail et la sécurité sociale.

Danemark

–        Arrêté no 867 du 13 octobre 1984, tel que modifié par l’arrêté no 1117 du 17 décembre 1997.
–        Arrêté no 516 du 14 juin 1996 relatif au travail des adolescents.

Djibouti

–        Loi no 52-1322 du 15 décembre 1952 instituant un Code du travail dans les territoires d’outre-mer.

République dominicaine

–        Loi no 16-92 du 29 mai 1992 portant Code du travail.

Dominique

–        Loi sur l’emploi des femmes, des adolescents et des enfants de 1991.
–        Loi de 1991 sur les normes du travail, dans sa teneur modifiée.

Egypte

–        Code du travail promulgué par la loi no 137 de 1981.
–        Loi no 43 de 1974 relative à l’utilisation des capitaux arabes et étrangers et de zones franches, telle que modifiée par la loi no 32 de 1977.
–        Loi no 230 portant promulgation de la loi du 20 juillet 1989 sur les investissements.
–        Décret ministériel no 23 du 7 février 1982.

El Salvador

–        Code du travail du 15 juin 1972, tel que modifié par le décret no 859 du 21 avril 1994.

Emirats arabes unis

–        Loi fédérale no 8 de 1980 portant réglementation des relations de travail.
–        Décret ministériel no 46/1 de 1980 sur la définition des travaux où les femmes peuvent être engagées pendant la période s’étendant de 10 heures du soir à 7 heures du matin.
–        Décret ministériel no 47/1 de 1980 concernant l’exception des établissements de certaines dispositions du Code de l’organisation des relations de travail pour l’emploi des adolescents et des femmes.

Equateur

–        Code du travail du 29 septembre 1997.

Erythrée

–        Loi sur le travail no 8/1991.

Espagne

–          Constitution du 27 décembre 1978.
–        Loi no 31/95 du 8 novembre 1995 sur la prévention des risques du travail.
–        Loi no 39/99 du 5 novembre 1999 concernant la conciliation de la vie professionnelle et de la vie de famille.
–        Décret-loi royal no 1/95 du 24 mars 1995 relatif à la législation des travailleurs.

Estonie

–        Loi du 15 décembre 1993 sur les horaires de travail et de repos.
–        Loi du 15 avril 1992 sur les contrats de travail.

Etats-Unis

–        Code des règlements fédéraux.

Ethiopie

–          Proclamation du travail no 42/1993.

Finlande

–        Loi no 605 de 1996 sur les horaires de travail.
–        Loi no 320 de 1970 sur les contrats de travail, telle que modifiée jusqu’en 1996.
–        Loi sur la sécurité et la santé au travail.

France

–        Code du travail.

Gabon

–        Loi no 3/94 du 21 novembre 1994 portant Code du travail.

Ghana

–        Décret no 157 du 10 avril 1967 sur le travail de nuit.

Grèce

–        Décret présidentiel no 176/97 relatif aux mesures propres à améliorer la sécurité et la santé au travail des travailleuses pendant leur grossesse, après l’accouchement ou pendant la période d’allaitement.
–        Décret présidentiel no 88 du 7 mai 1999 portant réglementation des horaires de travail en conformité avec la directive 93/104 du Conseil européen.

Guatemala

–        Décret no 1441 du 5 mai 1961 portant promulgation du texte consolidé du Code du travail, tel que modifié jusqu’en 1995.
–        Décret no 64-92 du 2 décembre 1992 portant réforme du Code du travail.

Guinée

–        Ordonnance nº 003/PRG/SGG/88 du 28 janvier 1988 portant institution du Code du travail.
–        Arrêté no 1392/MASE/DNTLS/90 du 15 mai 1990 relatif au travail des femmes et des femmes enceintes.
–        Arrêté nº 2791/MTASE/DNTLS/96 du 22 avril 1996 relatif au travail des enfants.

Guinée-Bissau

–        Loi générale no 2/86 du 5 avril 1986 sur le travail.

Haïti

–        Décret du 24 février 1984 actualisant le Code du travail du 12 septembre 1961.

Hongrie

–        Loi no 22 du 3 mars 1992 sur le Code du travail.

Inde

–        Loi no 53 du 23 septembre 1948 tendant à codifier, avec des modifications, les dispositions législatives réglementant le travail dans les fabriques.
–        Loi no 53 du 12 décembre 1961 réglementant l’emploi des femmes dans certaines entreprises durant certaines périodes avant et après l’accouchement et prévoyant des allocations de maternité et certaines autres prestations.
–        Loi no 61 du 23 décembre 1986 sur le travail des enfants (interdiction et réglementation).

Indonésie

–        Loi no 25 du 3 octobre 1997 sur les questions relatives à la main-d’œuvre.
–        Règlement ministériel no 04/MEN/1989 sur les procédures applicables au travail de nuit des femmes.
–        Ordonnance du 17 décembre 1925 sur les mesures limitant le travail des enfants et le travail de nuit des femmes.
–        Règlement ministériel no 03/MEN/1996 sur l’interdiction de résilier le contrat d’une employée pour cause de mariage, de grossesse ou d’accouchement.
–        Loi no 1 du 6 janvier 1951.

Iraq

–        Loi nº 71 du 27 juillet 1987 portant Code du travail.

Israël

–        Loi no 5714-1954 sur l’emploi des femmes.
–        Loi no 5713-1953 sur le travail des jeunes.

Italie

–        Loi no 25 du 5 février 1999 sur les dispositions permettant à l’Italie d’honorer ses obligations découlant de sa qualité de membre de l’Union européenne – Droit communautaire 1998.
–        Décret-loi no 532 du 26 novembre 1999 portant dispositions relatives au travail de nuit.

Japon

–        Loi no 49 du 7 avril 1947 sur les normes du travail, telle que modifiée par la loi no 107 du 9 juin 1995.
–        Loi no 76 du 15 mai 1991 sur le bien-être des travailleurs ayant à charge des enfants ou d’autres membres de la famille, notamment le congé pour la garde des enfants et pour les soins à la famille.

Jordanie

–        Loi no 8 de 1996 portant Code du travail.
–        Arrêté ministériel no 4201 du 30 avril 1997 concernant les emplois et les horaires interdits aux femmes.

Kenya

–        Loi du Parlement no 2 du 15 avril 1976 concernant l’emploi.

Koweït

–        Arrêté ministériel no 28 de 1976 sur la définition du terme nuit.
–        Loi no 38 de 1964 sur l’emploi dans le secteur privé.
–        Arrêté ministériel no 5 de 1985.

Lesotho

–        Code du travail, tel que modifié jusqu’au 25 octobre 1994.

Lettonie

–        Code du travail, tel que modifié jusqu’au 25 octobre 1994.

Liban

–        Loi du 23 septembre 1946 portant Code du travail, telle que modifiée par la loi no 536 du 24 juillet 1996.

Jamahiriya arabe libyenne

–        Loi no 58-2970 du 1er mai 1970 portant Code du travail.
–        Arrêté ministériel du 18 octobre 1972 spécifiant les circonstances dans lesquelles des femmes peuvent être employées de nuit entre 8 heures du soir et 7 heures du matin.

Lituanie

–        Code des lois du travail no VIII-526 du 1er juin 1972.
–        Loi no I-266 du 7 octobre 1993 sur la protection des travailleurs (sécurité au travail), telle que modifiée jusqu’au 3 novembre 1994.

Luxembourg

–        Loi du 3 juillet 1975 concernant la protection de la maternité de la femme au travail dans sa teneur modifiée au 7 juillet 1998.
–        Loi du 28 octobre 1969 concernant la protection des enfants et des jeunes travailleurs.

Madagascar

–        Loi no 94-029 du 25 août 1995 portant Code du travail.
–        Décret no 72-226 du 6 juillet 1972 portant réglementation des heures supplémentaires de travail et fixant les majorations de salaire pour le travail de nuit, des dimanches et des jours fériés.

Malaisie

–        Loi no 40 du 28 avril 1966 portant réglementation du travail des enfants et des adolescents (emploi), telle que modifiée jusqu’en 1988.
–        Loi sur l’emploi no 265 de 1955, telle que modifiée jusqu’en 1981.

Malawi

–        Loi no 22 de 1939 sur l’emploi des femmes, des adolescents et des enfants (chap. 55:04).
–        Loi no 6 de 2000 sur l’emploi.

Mali

–        Loi no 92-020 du 23 septembre 1992 portant Code du travail.
–        Décret no 96-178/P-RM du 13 juin 1996 portant application de diverses dispositions du Code du travail.

Maroc

–        Dahir du 2 juillet 1947 portant Code du travail.
–        Arrêté viziriel du 8 mars 1948 déterminant les dérogations à l’interdiction du travail de nuit des femmes et des enfants.

Maurice

–        Loi no 50 du 24 décembre 1975 tendant à modifier et à codifier la législation relative au travail.
–        Loi sur les zones franches d’exportation de 1970.
–        Loi no 11 du 28 avril 1993 sur l’expansion industrielle.

Mauritanie

–        Loi nº 63-023 du 23 janvier 1963 portant Code du travail.
–        Arrêté nº 5254/IGTLS/AOF du 19 juillet 1954 relatif au travail des femmes et des femmes enceintes.

Mexique

–          Constitution politique des Etats-Unis du Mexique.
–        Loi fédérale sur le travail, telle que modifiée jusqu’au 1er octobre 1995.
–        Loi du 19 décembre 1995 sur la sécurité sociale.

République de Moldova

–        Loi du 25 mai 1973 portant Code du travail dans sa teneur modifiée au 23 juillet 1998.

Mozambique

–        Loi no 8/98 du 20 juillet 1998.

Namibie

–        Loi du 13 mars 1992 sur le travail.

Nicaragua

–        Loi no 185 du 30 octobre 1996 portant Code du travail.
–        Loi no 287 du 27 mai 1998 sur l’enfance et l’adolescence.

Niger

–        Ordonnance nº 96-039 du 29 juin 1996 portant Code du travail.
–        Décret nº 67-126/MFP/T du 7 septembre 1967 portant partie réglementaire du Code du travail.

Norvège

–        Loi no 4 du 4 février 1977 sur la protection des travailleurs et l’environnement du travail, telle que modifiée ultérieurement, en dernier lieu par la loi nº 19 du 28 février 1997.
–        Ordonnance no 554 du 30 avril 1998 relative au travail des enfants et des adolescents.

Nouvelle-Zélande

–        Loi no 129 du 10 juillet 1987 relative au congé parental et à la protection de l’emploi.

Oman

–        Législation du travail promulguée par le décret du sultanat no 34/73.
–        Décision ministérielle no 19/74.

Pakistan

–        Loi de 1934 sur les fabriques, telle que modifiée jusqu’en 1987.
–        Loi de 1923 sur les mines.
–        Loi de 1991 sur le travail des enfants.
–        Ordonnance de 1958 relative à l’indemnité de maternité dans l’ouest du Pakistan.

Panama

–        Décret no 252 du 30 décembre 1971 portant adoption du Code du travail, tel que modifié jusqu’en 1995.

Papouasie-Nouvelle-Guinée

–        Loi du travail no 54 du 21 août 1978.

Paraguay

–        Loi no 213 du 29 juin 1993 portant Code du travail, telle que modifiée par la loi no 496 du 22 août 1995.

Pays-Bas

–        Loi du 23 novembre 1995 sur les horaires de travail.

Pérou

–          Constitution du 29 décembre 1993.
–        Synthèse de la législation du travail, telle qu’approuvée par la résolution ministérielle 58-97-TR du 7 juillet 1997.
–        Loi no 27337 du 21 juillet 2000 portant Code des enfants et des adolescents.
–        Loi no 26664 du 25 juin 1996.
–        Décret-loi no 728 du 21 mars 1997.

Philippines

–        Code du travail, décret présidentiel no 442 du 1er mai 1974, tel que modifié.
–        Loi no 8282 de 1997 sur la sécurité sociale.

Pologne

–        Loi du 26 juin 1974 portant Code du travail, telle que modifiée jusqu’en 1996.

Portugal

–        Décret-loi no 409/71 du 27 septembre 1971 portant nouvelle réglementation de la durée du travail.
–        Loi no 4/84 du 5 avril 1984 relative à la protection de la maternité et de la paternité.
–        Loi no 142/99 du 31 août 1999.
–        Loi no 58/99 du 30 juin 1999.

Qatar

–        Loi no 3 de 1962 sur le travail.

République démocratique du Congo

–          Ordonnance-loi no 67/310 du 9 août 1967 portant Code du travail.
–        Arrêté no 68/13 du 17 mai 1968 fixant les conditions de travail des femmes et des enfants.

Roumanie

–        Loi no 10 du 23 novembre 1972 portant Code du travail.

Royaume-Uni

–        Règlement 1999 relatif à la gestion de la santé et de la sécurité au travail.
–        Loi de 1996 sur les droits du travail.
–        Règlement 1999 sur le congé de maternité et le congé parental.

Anguilla

–        Ordonnance de 1988 portant normes du travail équitables.

Iles Falkland (Malouines)

–        Ordonnance de 1967 sur le travail des femmes, des adolescents et des enfants.

Gibraltar

–        Ordonnance sur le travail.
–        Règlement de 1996 sur l’emploi (maternité et santé et sécurité).

Guernesey

–        Loi de 1926 relative au travail des femmes, des adolescents et des enfants.

Ile de Man

–        Loi de 1991 sur le travail.

Fédération de Russie

–        Code du travail du 9 décembre 1971, tel que modifié jusqu’au 30 avril 1999.

Rwanda

–        Loi du 28 février 1967 portant Code du travail.
–        Décret du 14 mars 1957 sur la limitation de la durée du travail, le repos dominical et le repos des jours fériés.

Sénégal

–        Loi no 97-17 du 1er décembre 1997 portant Code du travail.
–        Arrêté no 5254/IGTLS/AOF du 19 juillet 1954 relatif au travail des femmes et des femmes enceintes.
–        Arrêté no 3724/IT du 22 juin 1954 relatif au travail des enfants.
–        Décret no 70-182 du 20 février 1970 déterminant les heures pendant lesquelles le travail est considéré comme travail de nuit.

Seychelles

–        Règlement du 24 avril 1991 (S.I. 34) relatif aux conditions d’emploi.
–        Règlement du 27 juin 1991 (S.I. 45) relatif aux conditions d’emploi (dans sa teneur modifiée).
–        Arrêté du 31 janvier 1997 (S.I. 14) sur la zone commerciale internationale (conditions d’emploi).

Singapour

–        Loi sur le travail, telle que modifiée jusqu’au 30 avril 1996.
–        Règlement no S 101 du 26 avril 1988 sur l’emploi (travailleuses).

Slovaquie

–        Loi no 451/1992 portant Code du travail.

Slovénie

–        Loi du 28 septembre 1989 sur les droits fondamentaux découlant des relations du travail (Texte no 921).
–        Loi du 29 mars 1990 sur les relations du travail, telle que modifiée par la loi du 30 janvier 1991.
–        Convention collective générale pour les activités commerciales (Journal officiel no 40-2205/1997).

Sri Lanka

–        Loi no 32 de 1984 sur l’emploi des femmes, des adolescents et des enfants dans sa teneur modifiée.
–        Loi no 47 de 1956 sur le travail des femmes, des adolescents et des enfants.
–        Loi no 43 de 1985 sur les prestations de maternité (dans sa teneur modifiée
–        Ordonnance du 28 juillet 1941 sur les prestations de maternité (chap. 140).

Suède

–        Loi (1982:673) de juin 1982 sur les horaires de travail.

Suisse

–        Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l’industrie, l’artisanat et le commerce dans sa teneur modifiée au 20 mars 1998.
–        Code des obligations, loi fédérale du 30 mars 1911 complétant le Code civil suisse.
–        Ordonnance no 1 du 10 mai 2000 relative à la loi fédérale sur le travail.

Suriname

–        Loi de 1963 sur le travail, telle que modifiée par le décret E-41 du 12 septembre 1983.

Swaziland

–        Loi no 5 du 26 septembre 1980 sur le travail.

République arabe syrienne

–        Loi no 91 du 5 avril 1959 portant Code du travail.
–        Ordonnance no 1663 du 28 décembre 1985 concernant l’emploi des femmes aux postes de production.
–        Arrêté no 666 du 20 juillet 1976 déterminant les cas, les travaux et les occasions avec lesquels il est permis de faire travailler les femmes entre 8 heures du soir et 7 heures du matin.

Tchad

–        Loi no 038/PR/96 du 11 décembre 1996 portant Code du travail.

République tchèque

–        Loi no 65/1965 portant Code du travail, telle que modifiée jusqu’en 1996.

Thaïlande

–        Loi (B.E.2541) du 12 février 1998 sur la protection des travailleurs.

Togo

–        Ordonnance no 16 du 8 mai 1974 portant Code du travail.
–        Arrêté no 884-55/ITLS du 28 octobre 1955 relatif au travail des femmes et des enfants.

Tunisie

–        Loi no 66-27 du 30 avril 1966 portant promulgation du Code du travail dans sa teneur modifiée par la loi no 96-62 du 15 juillet 1996.

Turquie

–        Loi sur le travail no 1475 du 25 août 1971.
–        Décret no 7/6909 du 27 juillet 1973 portant règlement relatif aux conditions de travail pour les femmes employées en équipe de nuit à des travaux industriels.

Ukraine

–        Code du travail du 11 avril 1994.
–        Règlement no 381 du 27 mars 1996 visant à réduire le travail des femmes dans la production ainsi que le travail de nuit des femmes (Texte no 277).
–        Loi no 3694-12 du 15 décembre 1993 portant modification du Code du travail.

Uruguay

–        Décret no 37/997 du 14 février 1997.
–        Décret du 1er juin 1954.
–        Loi no 11577 du 14 octobre 1950.
–        Loi no 15084 du 28 novembre 1980.

Venezuela

–        Loi du 27 novembre 1990 sur le travail, telle que modifiée par la loi du 19 juin 1997.
–        Décret no 1563 du 31 décembre 1973 sur les règlements d’application de la loi sur le travail.
–        Décret no 3235 du 20 janvier 1999.

Viet Nam

–        Code du travail du 23 juin 1994.

Yémen

–        Code du travail, loi no 5 de 1995, telle que modifiée par la loi no 25 de 1997.

Zambie

–        Loi (chap. 505) du 13 avril 1933 sur le travail des femmes, des adolescents et des enfants, telle que modifiée en dernier lieu par la loi no 4 du 6 septembre 1991.
–        Arrêté (général) du 23 octobre 1997 (S.I. 119) sur les salaires minimums et les conditions d’emploi.

Zimbabwe

–        Loi no 12 de 1992 sur les relations du travail (chap. 28:01).


Annexe III

Dispositions principales des instruments relatifs au travail de nuit
des femmes dans l’industrie

Convention no 4

Convention concernant le travail de nuit des femmes

La Conférence générale de l’Organisation internationale du Travail,

Convoquée à Washington par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, le 29 octobre 1919;

Après avoir décidé d’adopter diverses propositions relatives à l’emploi des femmes pendant la nuit, question comprise dans le troisième point de l’ordre du jour de la session de la Conférence tenue à Washington;

Après avoir décidé que ces propositions seraient rédigées sous forme d’une convention internationale,

adopte la convention ci-après, qui sera dénommée Convention sur le travail de nuit (femmes), 1919, à ratifier par les Membres de l’Organisation internationale du Travail, conformément aux dispositions de la Constitution de l’Organisation internationale du Travail.

Article 1

          1. Pour l’application de la présente convention, seront considérés comme «établissements industriels», notamment:

a)      les mines, carrières et industries extractives de toute nature;

b)      les industries dans lesquelles des produits sont manufacturés, modifiés, nettoyés, réparés, décorés, achevés, préparés pour la vente, ou dans lesquelles les matières subissent une transformation; y compris la construction des navires, les industries de démolition de matériel, ainsi que la production, la transformation et la transmission de la force motrice en général et de l’électricité;

c)      la construction, la reconstruction, l’entretien, la réparation, la modification, ou la démolition de tous bâtiments et édifices, chemins de fer, tramways, ports, docks, jetées, canaux, installations pour la navigation intérieure, routes, tunnels, ponts, viaducs, égouts collecteurs, égouts ordinaires, puits, installations télégraphiques ou téléphoniques, installations électriques, usines à gaz, distribution d’eau, ou autres travaux de construction, ainsi que les travaux de préparation et de fondation précédant les travaux ci-dessus.

          2. Dans chaque pays l’autorité compétente déterminera la ligne de démarcation entre l’industrie, d’une part, le commerce et l’agriculture, d’autre part.

Article 2

          1. Pour l’application de la présente convention, le terme «nuit» signifie une période d’au moins onze heures consécutives, comprenant l’intervalle écoulé entre 10 heures du soir et 5 heures du matin.

          2. Dans les pays où aucun règlement public ne s’applique à l’emploi des femmes pendant la nuit dans les établissements industriels, le terme nuit pourra provisoirement, et pendant une période maximum de trois années, désigner, à la discrétion du gouvernement, une période de dix heures seulement, laquelle comprendra l’intervalle écoulé entre 10 heures du soir et 5 heures du matin.

Article 3

        Les femmes, sans distinction d’âge, ne pourront être employées pendant la nuit dans aucun établissement industriel, public ou privé, ni dans aucune dépendance d’un de ces établissements, à l’exception des établissements où sont seuls employés les membres d’une même famille.

Article 4

          L’article 3 ne sera pas appliqué:

a)      en cas de force majeure, lorsque dans une entreprise se produit une interruption d’exploitation impossible à prévoir et n’ayant pas un caractère périodique;

b)      dans le cas où le travail s’applique soit à des matières premières, soit à des matières en élaboration, qui seraient susceptibles d’altération très rapide, lorsque cela est nécessaire pour sauver ces matières d’une perte inévitable.

Article 5

          Dans l’Inde et au Siam, l’application de l’article 3 de la présente convention pourra être suspendue par le gouvernement, sauf en ce qui concerne les manufactures (factories) telles qu’elles sont définies par la loi nationale. Notification de chacune des industries exemptées sera faite au Bureau international du Travail.

Article 6

          Dans les établissements industriels soumis à l’influence des saisons, et dans tous les cas où des circonstances exceptionnelles l’exigent, la durée de la période de nuit indiquée à l’article 3 pourra être réduite à dix heures pendant soixante jours par an.

Article 7

          Dans les pays où le climat rend le travail de jour particulièrement pénible, la période de nuit peut être plus courte que celle fixée par les articles ci-dessus, à la condition qu’un repos compensateur soit accordé pendant le jour.

          […]

Convention no 41

Convention concernant le travail de nuit des femmes
(révisée en 1934)

La Conférence générale de l’Organisation internationale du Travail,

Convoquée à Genève par le Conseil d’administration du Bureau international du Travail, et s’y étant réunie le 4 juin 1934, en sa dix-huitième session;

Après avoir décidé d’adopter diverses propositions relatives à la révision partielle de la convention concernant le travail de nuit des femmes adoptée par la Conférence à sa première session, question qui constitue le septième point à l’ordre du jour de la session;

Considérant que ces propositions doivent prendre la forme d’une convention internationale,

adopte, ce dix-neuvième jour de juin mil neuf cent trente-quatre, la convention ci-après, qui sera dénommée Convention (révisée) du travail de nuit (femmes), 1934.

Article 1

          1. Pour l’application de la présente convention, seront considérés comme «établissements industriels», notamment:

a)      les mines, carrières et industries extractives de toute nature;

b)      les industries dans lesquelles des produits sont manufacturés, modifiés, nettoyés, réparés, décorés, achevés, préparés pour la vente, ou dans lesquelles les matières subissent une transformation; y compris la construction des navires, les industries de démolition de matériel, ainsi que la production, la transformation et la transmission de la force motrice en général et de l’électricité;

c)      la construction, la reconstruction, l’entretien, la réparation, la modification ou la démolition de tous bâtiments et édifices, chemins de fer, tramways, ports, docks, jetées, canaux, installations pour la navigation intérieure, routes, tunnels, ponts, viaducs, égouts collecteurs, égouts ordinaires, puits, installations télégraphiques ou téléphoniques, installations électriques, usines à gaz, distribution d’eau ou autres travaux de construction, ainsi que les travaux de préparation et de fondation précédant les travaux ci-dessus.

          2. Dans chaque pays, l’autorité compétente déterminera la ligne de démarcation entre l’industrie, d’une part, le commerce et l’agriculture, d’autre part.

Article 2

          1. Pour l’application de la présente convention, le terme «nuit» signifie une période d’au moins onze heures consécutives, comprenant l’intervalle écoulé entre 10 heures du soir et 5 heures du matin.

          2. Toutefois, en cas de circonstances exceptionnelles affectant les travailleurs employés dans une industrie ou dans une région déterminée, l’autorité compétente pourra, après consultation des organisations patronales et ouvrières intéressées, décider que, pour les femmes occupées dans cette industrie ou dans cette région, l’intervalle entre 11 heures du soir et 6 heures du matin pourra être substitué à l’intervalle entre 10 heures du soir et 5 heures du matin.

          3. Dans les pays où aucun règlement public ne s’applique à l’emploi des femmes pendant la nuit dans les établissements industriels, le terme nuit pourra provisoirement, et pendant une période maximum de trois années, désigner, à la discrétion du gouvernement, une période de dix heures seulement, laquelle comprendra l’intervalle écoulé entre 10 heures du soir et 5 heures du matin.

Article 3

          Les femmes, sans distinction d’âge, ne pourront être employées pendant la nuit dans aucun établissement industriel, public ou privé, ni dans aucune dépendance d’un de ces établissements, à l’exception des établissements où sont seuls employés les membres d’une même famille.

Article 4

          L’article 3 ne sera pas appliqué:

a)      en cas de force majeure, lorsque dans une entreprise se produit une interruption d’exploitation impossible à prévoir et n’ayant pas un caractère périodique;

b)      dans le cas où le travail s’applique soit à des matières premières, soit à des matières en élaboration, qui seraient susceptibles d’altération très rapide, lorsque cela est nécessaire pour sauver ces matières d’une perte inévitable.

Article 5

          Dans l’Inde et au Siam, l’application de l’article 3 de la présente convention pourra être suspendue par le gouvernement, sauf en ce qui concerne les manufactures (factories) telles qu’elles sont définies par la loi nationale. Notification de chacune des industries exemptées sera faite au Bureau international du Travail.

Article 6

          Dans les établissements industriels soumis à l’influence des saisons, et dans tous les cas où des circonstances exceptionnelles l’exigent, la durée de la période de nuit indiquée à l’article 2 pourra être réduite à dix heures pendant soixante jours par an.

Article 7

          Dans les pays où le climat rend le travail de jour particulièrement pénible, la période de nuit peut être plus courte que celle fixée par les articles ci-dessus, à la condition qu’un repos compensateur soit accordé pendant le jour.

Article 8

          La présente convention ne s’applique pas aux femmes qui occupent des postes de direction impliquant une responsabilité et qui n’effectuent pas normalement un travail manuel.

          […]

Convention no 89

Convention concernant le travail de nuit des femmes occupées
dans l’industrie (révisée en 1948)

La Conférence générale de l’Organisation internationale du Travail,

Convoquée à San Francisco par le Conseil d’administration du Bureau international du Travail, et s’y étant réunie le 17 juin 1948, en sa trente et unième session;

Après avoir décidé d’adopter diverses propositions relatives à la révision partielle de la convention sur le travail de nuit (femmes), 1919, adoptée par la Conférence à sa première session, et de la convention sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 1934, adoptée par la Conférence à sa dix-huitième session, question qui constitue le neuvième point à l’ordre du jour de la session;

Considérant que ces propositions devraient prendre la forme d’une convention internationale,

adopte, ce neuvième jour de juillet mil neuf cent quarante-huit, la convention suivante, qui sera dénommée Convention sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 1948.

PARTIE I. DISPOSITIONS GENERALES

Article 1

          1. Aux fins de la présente convention, seront considérées comme «entreprises industrielles», notamment:

a)      les mines, carrières et industries extractives de toute nature;

b)      les entreprises dans lesquelles des produits sont manufacturés, modifiés, nettoyés, réparés, décorés, achevés, préparés pour la vente, détruits ou démolis, ou dans lesquelles les matières subissent une transformation, y compris les entreprises de construction de navires, de production, de transformation et de transmission de l’électricité et de la force motrice en général;

c)      les entreprises du bâtiment et du génie civil, y compris les travaux de construction, de réparation, d’entretien, de transformation et de démolition.

          2. L’autorité compétente déterminera la ligne de démarcation entre l’industrie, d’une part, l’agriculture, le commerce et les autres travaux non industriels, d’autre part.

Article 2

          Aux fins de la présente convention, le terme nuit signifie une période d’au moins onze heures consécutives comprenant un intervalle déterminé par l’autorité compétente, d’au moins sept heures consécutives et s’insérant entre 10 heures du soir et 7 heures du matin; l’autorité compétente pourra prescrire des intervalles différents pour différentes régions, industries, entreprises ou branches d’industries ou d’entreprises, mais consultera les organisations d’employeurs et de travailleurs intéressées avant de déterminer un intervalle commençant après 11 heures du soir.

Article 3

          Les femmes, sans distinction d’âge, ne pourront être employées pendant la nuit dans aucune entreprise industrielle, publique ou privée, ni dans aucune dépendance d’une de ces entreprises, à l’exception des entreprises où sont seuls employés les membres d’une même famille.

Article 4

          L’article 3 ne sera pas appliqué:

a)      en cas de force majeure, lorsque dans une entreprise se produit une interruption d’exploitation impossible à prévoir et n’ayant pas un caractère périodique;

b)      dans le cas où le travail s’applique soit à des matières premières, soit à des matières en élaboration, qui seraient susceptibles d’altération très rapide, lorsque cela est nécessaire pour sauver ces matières d’une perte inévitable.

Article 5

          1. Lorsque, en raison de circonstances particulièrement graves, l’intérêt national l’exigera, l’interdiction du travail de nuit des femmes pourra être suspendue par une décision du gouvernement, après consultation des organisations d’employeurs et de travailleurs intéressées.

          2. Cette suspension devra être notifiée au Directeur général du Bureau international du Travail par le gouvernement intéressé dans son rapport annuel sur l’application de la convention.

Article 6

          Dans les entreprises industrielles soumises à l’influence des saisons, et dans tous les cas où des circonstances exceptionnelles l’exigent, la durée de la période de nuit indiquée à l’article 2 pourra être réduite à dix heures pendant soixante jours par an.

Article 7

          Dans les pays où le climat rend le travail de jour particulièrement pénible, la période de nuit peut être plus courte que celle fixée par les articles ci-dessus, à la condition qu’un repos compensateur soit accordé pendant le jour.

Article 8

          La présente convention ne s’applique pas:

a)      aux femmes qui occupent des postes de direction ou de caractère technique et impliquant une responsabilité;

b)      aux femmes occupées dans les services de l’hygiène et du bien-être et qui n’effectuent pas normalement un travail manuel.

          […]

Protocole relatif à la convention sur le travail de nuit (femmes)
(révisée), 1948

La Conférence générale de l’Organisation internationale du Travail,

Convoquée à Genève par le Conseil d’administration du Bureau international du travail, et s’y étant réunie le 6 juin 1990, en sa soixante-dix-septième session;

Après avoir décidé d’adopter diverses propositions relatives au travail de nuit, question qui constitue le quatrième point à l’ordre du jour de la session;

Après avoir décidé que ces propositions prendraient la forme d’un protocole relatif à la convention sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 1948 (désignée ci-après comme «la convention»),

adopte, ce vingt-sixième jour de juin mil neuf cent quatre-vingt-dix, le protocole ci-après, qui sera dénommé Protocole de 1990 relatif à la convention sur le travail de nuit (femmes) (révisée), 1948.

Article 1

          1. (1) La législation nationale, adoptée après consultation des organisations les plus représentatives des employeurs et des travailleurs, peut prévoir que des modifications de la durée de la période de nuit définie à l’article 2 de la convention et des dérogations à l’interdiction du travail de nuit prévue à son article 3 pourront être introduites par décision de l’autorité compétente:

a)      dans une branche d’activité ou une profession déterminée, à condition que les organisations représentatives des employeurs et des travailleurs intéressées aient conclu un accord ou aient donné leur accord;

b)      dans un ou plusieurs établissements déterminés qui ne sont pas couverts par une décision prise conformément à l’alinéa a), à condition:

c)      dans un établissement déterminé qui n’est pas couvert par une décision prise conformément à l’alinéa a) et dans lequel un accord n’a pu être conclu conformément à l’alinéa b) i), à condition que:

         (2) Aux fins du présent paragraphe, les termes représentants des travailleurs désignent les personnes reconnues comme tels par la législation ou la pratique nationale selon la convention concernant les représentants des travailleurs, 1971.

         2. La législation nationale visée au paragraphe 1 précisera les circonstances dans lesquelles ces modifications et dérogations peuvent être permises et les conditions auxquelles elles doivent être soumises.

Article 2

         1. Il devra être interdit d’appliquer aux travailleuses les modifications et les dérogations permises conformément à l’article 1 ci-dessus pendant une période précédant et suivant l’accouchement; cette période sera de seize semaines au minimum, dont au moins huit avant la date présumée de l’accouchement. La législation nationale pourra permettre la levée de cette interdiction à la demande expresse de la travailleuse concernée, à condition que ni sa santé ni celle de son enfant ne soient mises en danger.

         2. Sur présentation d’un certificat médical qui en atteste la nécessité pour la santé de la mère ou de l’enfant, l’interdiction au paragraphe 1 du présent article doit aussi s’appliquer à d’autres périodes se situant:

a)      pendant la grossesse; ou

b)      pendant un laps de temps déterminé prolongeant la période après l’accouchement fixée conformément au paragraphe 1 ci-dessus.

         3. Au cours des périodes fixées conformément aux paragraphes 1 et 2 du présent article:

a)      une travailleuse ne pourra pas être licenciée ni recevoir un préavis de licenciement, sauf s’il existe de justes motifs sans rapport avec la grossesse ou l’accouchement;

b)      le revenu de la travailleuse doit être maintenu à un niveau suffisant pour pourvoir à son entretien et à celui de son enfant dans des conditions de vie convenables. Le maintien de ce revenu peut être assuré par l’affectation à un travail de jour, la prolongation du congé de maternité, l’octroi de prestations de sécurité sociale, par d’autres mesures appropriées ou par une combinaison de ces mesures.

         4. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 du présent article ne doivent pas avoir pour effet de réduire la protection et les avantages liés au congé de maternité.

Article 3

          Des informations sur les modifications et les dérogations introduites conformément au présent protocole devront être fournies dans les rapports sur l’application de la convention soumis en application de l’article 22 de la Constitution de l’Organisation internationale du Travail.

Article 4

          1. Un Membre peut ratifier le présent protocole en même temps qu’il ratifie la convention, ou à tout moment après la ratification de celle-ci, en communiquant sa ratification formelle du protocole au Directeur général du Bureau international du Travail aux fins d’enregistrement. Cette ratification prendra effet douze mois après la date où elle aura été enregistrée par le Directeur général. A compter de ce moment, le Membre intéressé sera lié par la convention telle que complétée par les articles 1 à 3 du présent protocole.

          […]

 

Mise à jour par HK. Approuvée par RH. Dernière modification: 18 juin 2001.