L'OIT est une institution spécialisée des Nations-Unies
ILO-fr-strap
Go to the home page
Plan du site | Contactez-nous
> Page d'accueil

Actualités

Février 2016

• La mondialisation en images et en débat au festival "Filmer le travail", à Poitiers.

Le festival "Filmer le travail", organisé par l'association éponyme, connait actuellement sa 7e édition, édition dont le fil conducteur cette année aura été la mondialisation des systèmes productifs (du 29 janvier au 7 février).

L'événement propose une riche sélection de films, bien entendu, mais aussi des concours et diverses conférences et rencontres.

Ainsi, une journée de rencontres professionnelles a eu lieu le lundi 1er février, autour du thème "le travail aux prises avec la mondialisation des systèmes productifs".

L'OIT y était représentée dans le cadre d'une table ronde dédiée à la sous-traitance et aux risques du travail dans les pays émergents, avec Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l'OIT pour la France et Bernard Thibault, membre du Conseil d'administration du BIT, aux côtés desquels on pouvait également entendre Catherine Coutelle, députée, Marie-ange Moreau, juriste et Yves Struillou, Directeur général du travail.

> Consulter le programme de la journée de rencontres.

> Lire l'édito du festival par le Directeur du Bureau de l'OIT pour la France.

> Site de l'édition 2016 du festival.

• Présentation du rapport "Emploi et questions dans le monde - Tendances 2016" par Raymond Torres, Directeur du département de la recherche du BIT.

Raymond Torres présentera les principales conclusions du dernier rapport "Emploi et questions sociales dans le monde" (aussi dit "WESO") le vendredi 19 février, à partir de 10h00, au siège du Conseil économique, social et environnemental*.

Emmanuel Jessua, directeur des études à Coe-Rexecode, Frédéric Lerais, directeur général, IRES, et Mathieu Plane, directeur adjoint, département analyse et prévision, OFCE, seront à ses côtés.

Le débat sera animé par Sylvie Brunet, présidente de la section du travail et de l'emploi du CESE, et Cyril Cosme, directeur du Bureau de l'OIT pour la France.

> Télécharger le rapport en anglais ou le résumé en français sur le site global de l'OIT.

Le nombre de places est limité. Merci de vous inscrire en écrivant à cette adresse : paris@ilo.org.

*Conseil économique, social et environnemental, salle 301, 9 place d'Iéna, 75016 Paris.

• 9e édition du Baromètre sur la perception des discriminations dans l'emploi, en partenariat avec le Défenseur des Droits.

Cette 9e édition, à nouveau issue d'une collaboration entre le Bureau de l'OIT pour la France et le Défenseur des Droits, a pour thème : "Le physique de l'emploi : discriminations et apparence physique".

Une présentation des résultats se tiendra le lundi 15 février 2016, de 9h30 à 12h00, au Club CONFAIR* à Paris.

La matinée débutera par une allocution de Jacques Toubon, Défenseur des droits, et de Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l'OIT pour la France.

La présentation des résultats sera suivie par une table ronde réunissant :
- Sylvie Benkemoun, psychologue et vice-présidente du G.R.O.S. (Groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids),
- Christine Rabret, Directrice Égalité des chances, Orange,
- Bernard Thibault, ancien Secrétaire général de la CGT et membre du Conseil d'administration du Bureau international du travail.

Thibaut de Saint Pol, sociologue et Chef du bureau en charge de l'état de santé de la population de la DREES, participera à cette matinée en qualité de grand témoin.

Nathalie Bajos, directrice de la promotion de l'égalité et de l'accès aux droits du Défenseur des droits, et Cyril Cosme, conclueront cette présentation.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire à : evenement@defenseurdesdroits.fr

*Club CONFAIR (Salon Vivaldi) 54, rue Laffitte 75009 PARIS

Décembre 2015

• Colloque "Mobilisation internationale contre l'esclavage moderne", le jeudi 17 décembre 2015 de 14h à 18h au Sénat.

>> MISE A JOUR du 2 février 2016 : le compte-rendu du colloque est désormais disponible !

Dans le cadre de la campagne mondiale de mobilisation contre le travail forcé, l’Organisation internationale du travail (OIT) et la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) ont organisé un colloque sur le Protocole additionnel à la Convention n°29 de l’OIT sur le travail forcé, le jeudi 17 décembre au Sénat.

L'événement s'est déroulé sous le haut patronage de Madame Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Il s'inscrit dans le cadre de la campagne 50 for freedom, menée par l'Organisation internationale du Travail et ses partenaires, la Confédération syndicale internationale et l'Organisation internationale des employeurs.

Photos du colloque :

Myriam El Khomri, Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle ou du dialogue social.

Henriette Siliadin, victime d'esclavage moderne.

Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l'OIT pour la France, Nicolas Le COZ, Président du GRETA; Garance Pineau, membre employeur du CA du BIT; Yves Veyrier, vice-président travailleur de la commission de la CIT sur le travail forcé, Beate Andrees.

Beate Andrees; Colonel Yannick Herry, commandant de l'Office central de lutte contre le travail illégal; Raymond Poincet, Direction générale du travail, pôle "lutte contre le travail illégal"; Magali Lafourcade, secrétaire générale adjointe de la CNCDH; Federica Marengo, coordinatrice du dispositif national d'accueil et de protection des victimes de la traite

> Voir le pogramme du colloque.

> Télécharger le dossier de presse.

> Télécharger le communiqué de presse.

> Voir le site de 50 for freedom.

• Guy Ryder à la conférence "L'avenir du travail" de France Stratégie.

Le 8 décembre, Guy Ryder, Directeur général de l'OIT, était reçu par France Stratégie afin de s'exprimer sur le thème de l'avenir du travail. Il y a introduit le débat.

Guy Ryder et Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie (crédit : France Stratégie)

> Lire l'intervention de Guy Ryder.

• Présentation du livre À la rencontre de l’Europe au travail - Récits de voyages d’Albert Thomas (1920-1932).

Le Mercredi 9 décembre 2015, le bureau de l’OIT pour la France a organisé à l'hôtel Westin une présentation du livre : À la rencontre de l’Europe au travail, Récits de voyages d’Albert Thomas (1920-1932) publié par l’OIT sous la direction de Dorothea Hoehtker et Sandrine Kott. L'ouvrage met à la disposition du grand public le récit des voyages en Europe d'Albert Thomas, premier Directeur de l'OIT.

Alain Supiot, Professeur au Collège de France (Chaire Etat social et mondialisation : analyse juridique des solidarités), Guy Ryder, Directeur Général du BIT et Dorothea Hoehtker, co-auteur de l’ouvrage sont intervenus lors de cette présentation.

> Lire l'allocution de Guy Ryder, Directeur général du BIT.

> Lire l'allocution de Dorothea Hoehtker, co-auteur de l'ouvrage.

Les photos de l'événement :

Alain Supiot et Guy Ryder.

Dorothea Hoehtker.

Dorothea Hoehtker et Alain Supiot.

> Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur

• Tribune de Guy Ryder, Directeur général de l'OIT, dans le Huffington Post : "La réponse au dérèglement climatique passe par l'emploi et la justice sociale"

A l'occasion de la COP21, Guy Ryder a signé une tribune dans le Huffington Post. Il y rappelle notamment que l'implication de l'OIT en faveur du travail décent et de la justice sociale est une composante nécessaire de la réponse au dérèglement climatique.

> Lire la tribune sur le Huffington Post

Novembre 2015

• Les documents de présentation du colloque du 19 novembre "Chaînes d’approvisionnement mondiales et travail décent : Quels outils pour évaluer les conditions de travail ?"

Le 19 novembre s'est tenue la conférence internationale sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et le travail décent, organisée par le Bureau de l'OIT pour la France et l'université Paris-Dauphine.

Voici une sélection des documents de présentation et d'études qui ont été utilisés par les différents intervenants :

- Tout d'abord, les actes du colloque.

- Le programme définitif.

- L'étude sur les audits sociaux dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, par Mme Pauline Barraud de Lagerie, Maître de conférences, Université Paris Dauphine : la version powerpoint, ainsi qu'une synthèse de ses résultats.

- L'exemple de la chaîne de valeur du bambou au Vietnam, par Merten Sievers, Global coordinator - Value chain development, Unité en charge des PME de l'OIT.

- La présentation (en anglais) de Raymond Torres, Directeur du département de recherche de l'OIT : Changing Production Patterns and Jobs.

• Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l'OIT pour la France, est intervenu sur le plateau de Soir 3 le 30 octobre, au sujet des emplois verts.

> Voir la vidéo sur Dailymotion

• 3 questions à Tuomo Poutiainen, Directeur du programme RMG (Ready-made Garment) au Bangladesh pour l'OIT.

Le 22 octobre dernier, Tuomo Poutiainen, Directeur du programme RMG (Ready-made Garment) au Bangladesh pour l’OIT, en visite au siège du MEDEF, a effectué un point d’information sur l’état d’avancement du programme qu’il dirige (évaluation des sites de production, coopération technique, better work..), 2 ans et demi après le drame du Rana Plaza. Le Bureau de l'OIT pour la France en a profité pour lui poser trois questions.

- Deux ans et demi après le Rana Plaza, quelles sont les grandes priorités du programme RMG que vous dirigez au Bangladesh ?

Tout d’abord, on peut dire que le Bangladesh a fait de nombreux progrès depuis le Rana Plaza. Dans l’ensemble les droits des travailleurs sont mieux protégés aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a deux ans et on observe des améliorations notables en matière de sécurité des bâtiments et des lieux de travail. Cependant, ce n’est que le début et il reste encore beaucoup de travail pour arriver à des changements concrets et qui s’inscrivent dans la durée. Parmi les priorités, on peut citer : 1/ le développement d’un système d’inspection du travail plus efficace, 2/ la fondation d’une culture de santé et de sécurité au travail au travers d’une collaboration renforcée entre le patronat et les syndicats et 3/ l’application et le respect des régulations en matière d’inspection des bâtiments.

- Quel est l'état d'avancement du programme d'inspection des sites d'exportation mis en oeuvre après l'accident du Rana Plaza ?

Le première phase d’inspection est terminée et près de 3,500 usines exportatrices ont été inspectées par les trois initiatives (Accord, Alliance et Initiative nationale) pour relever les défauts existants en matière de construction, prévention des incendies et installations électriques. A présent, les efforts doivent se concentrer sur la mise en œuvre de plans d’action individuels au niveau de chaque usine. Il est également nécessaire de donner aux acteurs nationaux la capacité de prendre en charge le suivi de ces plans d’action et le maintien d’un système efficace de santé et sécurité au travail au niveau de l’entreprise.

- En quoi consiste le programme Better Work au Bangladesh ? Comment l'OIT coopère t'elle avec les entreprises qui s'approvisionnent au Bangladesh ?

Better Work est le fruit d’un partenariat unique entre l’OIT et la Société financière internationale (SFI). Le but de Better Work est d’opérer un changement durable dans les usines et les chaînes d’approvisionnement mondiales en général. Le programme joue un rôle important dans l’ensemble du travail du BIT au Bangladesh en ce qu’il renforce les capacités d’amélioration des conditions de travail de façon concrète là où se trouvent les besoins, c’est-à-dire au niveau de l’entreprise. Better Work soutient et fournit des orientations en fonction de la situation de chaque usine. A terme, les usines doivent devenir plus autonomes dans le traitement des problèmes identifiés. Les entreprises qui s'approvisionnent du Bangladesh jouent un rôle essentiel au niveau de l’engagement avec les usines. Il y est prévu que l’acheteur qui participe au programme Better Work soutienne le processus d’amélioration en appuyant l’usine dans la mise en œuvre d’un système de suivi en conformité avec les normes fondamentales du travail, tout en dynamisant leur compétitivité commerciale. C’est la combinaison unique entre d’un côté les acheteurs et de l’autre les partenaires tripartites –gouvernement, patronat et syndicats – qui fait la réussite de Better Work.

• L'Ambassadeur Nicolas Niemtchinow nommé conseiller du DG du BIT Guy Ryder pour piloter l'Initiative du centenaire sur l'Avenir du travail.

L'Ambassadeur Nicolas Niemtchinow est nommé Conseiller spécial pour l’Initiative sur l’avenir du Travail au cabinet du Directeur Général, à compter du 1er novembre 2015.

Né le 27 avril 1968, Nicolas Niemtchinow est titulaire d’une maîtrise d’histoire (Université Paris Sorbonne - 1989), diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de Paris (Section des Lettres - 1992), diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris (Section service public -1993) et diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration (droit public, finances publiques, gestion publique, droit européen, droit du travail et questions sociales) (1995).

Après son diplôme de l’Ecole Nationale d’administration en 1995, Nicolas Niemtchinow est entré au ministère français des Affaires étrangères. De 1995 à 1998, il est expert au sein de la direction générale des Affaires politiques. De 1998 à 2002, il est Premier secrétaire à l’Ambassade de France en Russie. De 2002 à 2005, il est nommé chef de mission adjoint à l’Ambassade de France en Jordanie. De 2005 à 2009, il revient au Ministère français des Affaires étrangères où il est sous-directeur au sein de la direction des Affaires politiques. En 2009, il est nommé conseiller diplomatique du Ministre de la Défense. De mars 2011 à février 2012, il exerce les fonctions de directeur-adjoint du Cabinet du Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, période durant laquelle il assure des fonctions de coordination générale de la politique étrangère française, en particulier sur les enjeux globaux comme les Objectifs du Millénaire pour le développement et les Objectifs du développement du développement durable post-2015.

De février 2012 à août 2015, Nicolas Niemtchinow est Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et des organisations internationales en Suisse.

Dans l’exercice de cette dernière mission, Nicolas Niemtchinow s’est particulièrement impliqué en soutien de la réforme de l’OIT, notamment pour promouvoir un rôle plus actif et plus reconnu de l’OIT au sein de la gouvernance internationale comme instance de référence sur les questions d’emploi, de dialogue social et de formation professionnelle. Il s’est personnellement beaucoup impliqué dans la mise en valeur des travaux scientifiques de l’OIT, et a participé régulièrement aux colloques ou ateliers de réflexion organisés par l’OIT.

• Conférence de presse du 2 novembre 2015 : « La lutte contre le changement climatique : une opportunité pour créer des emplois et réduire la pauvreté » au CESE.

Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil économique, social et environnemental et Cyril Cosme, Directeur du bureau de l’Organisation internationale du travail pour la France ont organisé une Conférence de presse sur : « La lutte contre le changement climatique : une opportunité pour créer des emplois et réduire la pauvreté » au Conseil économique, social et environnemental le Lundi 2 novembre 2015 à laquelle participaient Moustapha Kamal Gueye, expert du programme Green Jobs du BIT et Marie-Béatrice Levaux, rapporteur d’un avis du CESE sur : « l’emploi dans la transition écologique ».

> Lire le communiqué de presse

> Consulter le dossier de presse complet

Octobre 2015

• 19 novembre 2015 - Chaînes d’approvisionnement mondiales et travail décent : Quels outils pour évaluer les conditions de travail ?

Le Bureau de l'OIT pour la France et l’Université Paris Dauphine organisent une conférence internationale le 19 novembre 2015 à Paris, sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et le travail décent. Cette conférence s’inscrit dans la continuité des Entretiens France BIT organisé le 20 janvier dernier au Collège de France.

Le but de cette conférence est de poursuivre une discussion de haut niveau entre experts, entreprises et partenaires sociaux sur l’objectif du travail décent dans les chaînes d’approvisionnement, thème central de la Conférence Internationale du Travail de 2016.

La première session portera sur les principaux enseignements concernant les réseaux de production mondiale contenus dans le rapport 2015 du BIT sur les Perspectives pour l’emploi et le social dans le monde. La deuxième session s’interrogera sur les outils à disposition des entreprises multinationales pour évaluer les conditions de travail tout au long de leur chaine d’approvisionnement et en particulier le recours aux audits privés. Enfin, la troisième portera spécifiquement sur le rôle de l’OIT dans la promotion du travail décent dans les chaines d’approvisionnement sur la base des leçons tirées à la suite du drame du Rana Plaza.

> Voir le programme du colloque

> S'inscrire au colloque

• Intervention de Guy Ryder au 13e Congrès de la CES à Paris, le 30 septembre 2015

Guy Ryder, Directeur Général de l'OIT, a pris la parole le 30 septembre 2015, lors du 13e Congrès de la Confédération européenne des syndicats. Ce Congrès réunissait à la Maison de la Mutualité 500 délégués syndicaux nationaux, représentant 90 organisations syndicales de 39 pays européens différents. 10 fédérations syndicales et des invités d'honneur y étaient également présents.

Le Président Hollande, le Président Juncker, le Président du Parlement européen Martin Schultz ainsi qu'Anne Hidalgo sont intervenus en ouverture du congrès. La CES doit désigner son prochain secrétaire général, l'Italien Luca Visentini, qui succédera à Bernadette Segol.

> Lire la version originale du discours de Guy Ryder (en anglais)

> Lire la traduction, non-officielle, en français

Septembre 2015

• En septembre 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies adoptera son nouveau programme de développement.

Le programme de développement durable d'ici 2030 - qui comprend 17 objectifs de développement durable - sera soumis pour adoption formelle aux chefs d'Etat et de gouvernement de la planète qui se réuniront lors d'un sommet spécial des Nations Unies du 25 au 27 septembre 2015.

Le programme "Transformer notre monde: programme de développement durable d'ici 2030" doit remplacer les Objectifs du millénaire pour le développement à compter de l'année prochaine.

L'objectif de développement durable n° 8 vise à "promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous". Cet objectif global, renforcé par des références à divers aspects du travail décent tels que la protection sociale et le développement des compétences dans le cadre d'autres objectifs proposés, est une réponse indispensable aux préoccupations de nombreux gouvernements et aux revendications des peuples de toutes les régions.

D'autres objectifs ciblent l'emploi des jeunes, le travail des enfants et le travail forcé, le développement des compétences, l'autonomisation des femmes, ainsi que l'accroissement de la productivité et du plein emploi productif.

Le programme de développement durable réaffirme également la nécessité de respecter, de protéger et de promouvoir les libertés fondamentales pour tous, et reconnaît l'importance de la protection sociale ainsi que la contribution positive des travailleurs migrants au développement durable et à une croissance qui soit profitable à tous.

"Au cours des dernières années, l'OIT n'a cessé d'œuvrer aux côtés des gouvernements, des organisations d'employeurs et de travailleurs, des organisations multilatérales ainsi que des acteurs de la société civile pour placer le travail décent pour tous au cœur de la croissance inclusive et du développement durable", déclare le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

"Que ce thème fasse désormais partie intégrante du nouveau programme universel de développement durable est une excellente nouvelle. Le soutien unanime des pays membres des Nations Unies donne à la communauté internationale l'impulsion dont nous avons besoin pour collaborer en vue de nous attaquer aux formidables défis auxquels se heurtent l'humanité et notre planète, notamment ceux auxquels nous devons faire face dans le monde du travail."

"L'OIT est prête à collaborer avec nos mandants et en partenariat avec tous les acteurs du développement, de sorte que nous puissions réaliser ces objectifs ambitieux si déterminants pour faire progresser la justice sociale", ajoute-t-il.

Le programme vise à parvenir, d'ici à 2030, au plein emploi productif et à garantir à toutes les femmes et à tous les hommes, y compris les jeunes et les personnes handicapées, un travail décent et un salaire égal pour un travail de valeur égale. Il s'agit notamment, d'ici cinq ans, de réduire considérablement la proportion de jeunes non scolarisés et sans emploi ni formation, par l'élaboration et la mise en place d'une stratégie mondiale de promotion de l'emploi des jeunes.

Parmi les indicateurs de la promotion d'une croissance partagée et du travail décent comptent le soutien à l'entrepreneuriat, la créativité et l'innovation, et l'encouragement à la formalisation et la croissance des micro, petites et moyennes entreprises.

Ce programme préconise également la protection des droits au travail et la promotion d'environnements de travail sûrs et sécurisés pour tous les travailleurs, y compris les travailleurs migrants, notamment les travailleuses migrantes et les personnes qui occupent des emplois précaires.

Des mesures immédiates et effectives en vue d'éradiquer le travail forcé et de mettre fin à l'esclavage moderne et à la traite des êtres humains doivent être prises.

Les Etats Membres de l'Organisation des Nations Unies s'engageront également à garantir l'interdiction et l'élimination des pires formes de travail des enfants et à mettre un terme au travail des enfants sous toutes ses formes d'ici 2025.

Un mécanisme de suivi du programme est prévu pour les quinze prochaines années. Un bilan sera fait régulièrement et des orientations proposées à l'Assemblée Générale des Nations Unies en impliquant toutes les parties prenantes sur la base de rapports d'étapes établis par le Secrétaire Général de l'ONU. Un forum politique de haut niveau se réunira tous les quatre ans pour recenser les progrès accomplis, les nouveaux défis et prendre les mesures pour accélérer la mise en œuvre des objectifs.

En savoir plus :

> Voir le mini-site du Développement durable sur le site de l'ONU

> Lire le communiqué de Gilbert Houngbo, Directeur général adjoint de l'OIT

> Voir les pages du site de l'OIT consacrées au Programme de développment pour 2030

• Guy Ryder, Directeur Général de l'OIT, participera à la COP 21, la Conférence internationale sur le climat qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Pour l'OIT le changement climatique et le travail décent sont indissociables à la fois dans termes de priorités mondiales et d'urgence. Un nouvel accord sur le changement climatique doit aborder l'emploi, l'inclusion sociale et les questions de transition juste pour être viable.

Les mesures prises pour lutter contre le changement climatique peuvent offrir de nouvelles opportunités de création d'emplois, améliorer la qualité des emplois existants et renforcer l'inclusion sociale pour des millions de personnes à travers le monde. Les transitions vers des économies à faible émission de carbone entraînent des transformations structurelles, les Etats devront diversifier leurs économies et s'adapter aux effets du changement climatique, les entreprises devront innover et investir dans le recyclage et la modernisation des compétences.

Sur la base de travaux de recherche et d'analyse entrepris depuis 2007, et compte tenu de l'expérience accumulée à partir des programmes de coopération technique dans un certain nombre de pays en développement, l'OIT a acquis une solide compréhension de la façon de lutter contre le changement climatique grâce à des politiques concernant l'emploi, la protection sociale, les compétences et le développement des entreprises.

La 104e session de la Conférence internationale du travail qui s'est tenue à Genève du 1er au 13 juin a consacré un sommet aux répercussions du changement climatique sur les travailleurs et les entreprises. Plusieurs invités de haut rang, parmi lesquels le Président de la République française, François Hollande, le Président du Panama, Juan Carlos Varela, et le lauréat 2014 du Prix Nobel de la paix, Kailash Satyarthi, ainsi que des représentants des employeurs et des travailleurs se sont adressés à la Conférence à cette occasion.

En marge du Sommet, le Ministre du Travail français a signé avec le Représentant du Gouvernement du Pérou, qui exerçait la présidence de la COP20, une Déclaration invitant l'ensemble du monde du travail à s'engager dans la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique.

L'OIT propose en outre un agenda des solutions pour impliquer toutes les parties prenantes dans la transition vers l'économie bas carbone sur les changements climatiques et le travail décent. Cet agenda est composé d'outils, de conseils de politique générale, de modèles d'intervention et des pratiques réussies représentant la contribution des acteurs dans le monde du travail pour lutter contre le changement climatique.

Enfin, le Conseil d'administration de l'OIT a décidé la tenue d'une réunion tripartite d'experts sur le développement durable, des emplois décents et verts en octobre prochain en vue de préparer des directives pratiques qui aideraient les pays dans la mise en œuvre d'un cadre de transition juste.

En savoir plus :

> Lire l'intervention de Guy Ryder au CESE

> Voir le site de la COP21 sur le portail du Gouvernement

> Lire le compte-rendu de l'intervention de François Hollande

Juillet 2015

• 3- 5 juillet 2015 - 15ème Rencontres Economiques d'Aix en Provence

Les Rencontres économiques d'Aix en Provence ont rassemblé du 3 au 5 juillet chercheurs, étudiants, personnalités du monde politique et chefs d'entreprises issus de 35 pays. La question du travail était au coeur de cette 15ème édition "Et si le travail était la solution?" à laquelle le DG du BIT Guy Ryder participait. Dans une interview, il rappelle les principaux facteurs de transformation du travail, la nécessité de répondre au défi de l'emploi à l'échelle mondiale et insiste sur l'actualité du mandat de l'OIT en faveur de la justrice sociale.

Pour en savoir plus

 

Juin 2015

• Le Président de la République François Hollande à la 104ème session de la Conférence internationale du Travail

Le Président François Hollande participait cette année au Sommet mondial du travail organisé dans le cadre de la CIT. Le Prix Nobel de la Paix Kailash Satyarthi, emblème de la lutte contre le travail des enfants et de la promotion de la scolarisation dans le monde, ainsi que le chef d'Etat du Panama, Juan Carlos Varela, figuraient parmi les hôtes de ce Sommet.

Le Président de la République a placé son interventiondans la continuité de la tradition ayant conduit chacun de ses prédécesseurs depuis François Mitterrand à participer une fois au cours de leur mandat à la Conférence internationale du travail. En l'accueillant dans la salle des assemblées du Palais des Nations, le Directeur Général Guy Ryder a rappelé les propos tenus par le Président François Hollande l'an dernier, lors du soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie. En citant la Déclaration de Philadelphie "tous les êtres humains ont le droit de poursuivre le progrès matériel, le développement spirituel, dans la liberté et la dignité et avec des chances égales", le Président concluait "ce message nous oblige encore aujourd'hui".

Dans son intervention, le Président Hollande a une nouvelle fois rappelé la force des relations entre la France et l'OIT. Se tournant vers les défis de l'avenir, il a souligné le rôle de l'Organisation Internationale du Travail et de ses normes dans la promotion d'une mondialisation régulée, combinant développement économique et progrès social,orientée vers le développement durable. Il a également insisté sur l'enracinement des valeurs du tripartisme dans la culture des relations sociales en France, et confirmé la ratification prochaine du protocole à la Convention 29 sur le travail forcé.

Du haut de la tribune de la CIT et dans la perspective de la Conférence de Paris sur le climat,(30 novembre-11 décembre 2015) le Président a enfin appelé les acteurs sociaux comme les entreprises à prendre toute leur part dans la mise en œuvre de la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique. Les politiques de l'emploi et les politiques sociales doivent contribuer à"l'agenda des solutions" que la future présidence française de la COP21 entend promouvoir pour impliquer toutes les parties prenantes dans la transition vers l'économie bas carbone.

En marge du Sommet, le ministre du Travail M.François Rebsamen a signé avec le Représentant du Gouvernement du Pérou, qui exerçait la présidence de la COP20, une Déclaration invitant l'ensemble du monde du travail à s'engager dans la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique.

• Accord de partenariat France-BIT

En présence du Président François Hollande, Guy Ryder et François Rebsamen ont signé le 11 juin, l'accord renouvelant le partenariat entre la France et le BIT. A travers ce partenariat, le gouvernement français, en particulier le Ministère du travail, confirme son soutien financier aux programmes de coopération technique du BIT dans le domaine des droits fondamentaux, de la gouvernance et du dialogue social, de l'emploi et de la protection sociale. Ces programmes concerneront principalement les pays d'Afrique francophone. L'AFD sera pour la première fois associée à la mise en œuvre de cet accord dans le but de développer de nouvelles synergies entre l'OIT et la politique d'aide au développement de la France. L'accord prévoit également de nouvelles modalités de soutien aux activités de l'OIT, à travers la mobilisation de l'expertise des opérateurs français des politiques publiques (Pôle Emploi notamment) et de la nouvelle agence de coopération Expertise France. Le Centre de formation de l'OIT à Turin participera également à la mise en œuvre des programmes et bénéficiera des financements de l'accord. Enfin, l'accord de partenariat apportera son appui aux efforts de l'OIT pour promouvoir la responsabilité sociale des entreprises et renforcer les capacités en matière de recherche et d'analyse du Bureau (cf.Entretiens France-BIT et Initiative sur l'Avenir du travail).

• Avenir du travail

Le Directeur Général a consacré son rapport à la CIT, à l'Initiative du centenaire sur l'Avenir du travail. Cette initiative invite l'ensemble des mandants de l'OIT à prendre la mesure des nouvelles réalités du travail et de l'emploi et leur impact sur les moyens nécessaires au plan mondial pour faire avancer la cause de la justice sociale. Dans ce rapport, quatre conversations sur l'Avenir du travail sont proposées pour structurer la réflexion à mener d'ici 2019 : le travail et la société (quelle est la place du travail dans la société, dans la construction de l'identité de chacun et de la citoyenneté ?), des emplois décents pour tous (comment promouvoir des modes de développement et de régulation économique qui améliorent l'emploi, les conditions de travail et réduisent les inégalités ?), l'organisation du travail et de la production (conséquences sur les systèmes sociaux et l'emploi des transformations incessantes de l'entreprise, des innovations technologiques et de l'internationalisation des chaines de production), la gouvernance du travail (avenir des normes internationales du travail et du tripartisme).

En France, grâce au soutien du gouvernement français inscrit dans l'accord de partenariat signé le 11 juin, les Entretiens France-BIT pourront servir de cadre à cette réflexion.

• Résultats de la 104ème session de la CIT

Au cours de cette 104ème session, la CIT a achevé ses travaux entamés l'an dernier et adopté une nouvelle recommandation sur la transition de l'économie informelle vers l'économie formelle.Cette nouvelle norme fournit aux mandants de l'Organisation un cadre stratégique intégrant à la fois le développement économique des entreprises et la promotion des droits de centaines de millions de travailleurs dans le monde ainsi que leur accès à un emploi décent et à la protection sociale. La Commission d'application des normes est également parvenue au consensus en adoptant 24 recommandations sur les cas de non-conformité qui lui étaient soumis. Saluant l'esprit constructif dans lequel se sont tenus les travaux cette année, le Directeur Général a conclu la CIT en se réjouissant de ce succès pour le tripartisme. Pour en savoir plus sur la 104ème session de la CIT.

Pour en savoir plus

Avril 2015

• 30 Avril 2015 -Relever le défi du changement climatique: promouvoir une transition juste vers une économie à faible émission de carbone.

.e 29 avril, lors de l'assemblée plénière du Conseil économique social et environnemental, le Directeur général du BIT M. Guy Ryder a souligné le rôle majeur des politiques sociales et des politiques de l'emploi dans les stratégies de transition écologique.

Promouvoir une transition juste comme le fait l'OIT, c'est précisément lutter à la fois contre le changement climatique et ses conséquences, contre la pauvreté, les inégalités et pour l'amélioration des conditions de travail.

L'implication des acteurs du monde du travail, travailleurs et employeurs, est un facteur clef de succès des négociations sur le climat dans la perspective de la Conférence de Paris cette année. La question du changement climatique est à l'ordre du jour du Sommet mondial du travail, qui se tiendra le 11 juin à Genève, auquel le Président de la République François Hollande a été invité à participer

Discours du Directeur Général..

28 Avril 2015 -Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail 2015

"Construire une culture de la prévention en matière de sécurité et santé au travail"

Message du Directeur général du BIT

Guy Ryder, directeur général du bureau international du travail, était à Paris en cette journée du 28 avril 2015 dédiée comme chaque année à la santé et à la sécurité au travail. Dans son allocution prononcée aux côtés du Ministre du travail François Rebsamen, en présence des partenaires sociaux et des grands acteurs français de la prévention des risques professionnels, M. Guy Ryder a insisté sur le développement d'une culture de la prévention sur les lieux de travail. C'est en effet par la prévention que nous pourrons réduire le nombre de victimes de maladies professionnelles et des accidents du travail, qui sont au nombre de 2,3 millions selon les dernières estimations du BIT.

L'actualité est régulièrement ponctuée de drames qui retiennent l'attention du monde entier : travailleurs de la santé contaminés par des patients atteints de maladies mortelles, mineurs bloqués au fond de leur mine sans que l'on sache s'ils pourront remonter à la surface, effondrement d'usines, accidents d'avion, explosions de plates-formes pétrolières et catastrophes nucléaires.

Tandis que les médias changent de sujet, les conditions de travail dangereuses demeurent la réalité quotidienne et silencieuse de nombreux travailleurs. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Plus de 313 millions de travailleurs sont chaque année victimes d'accidents non mortels, ce qui représente 860 000 blessés par jour. Chaque jour, 6400 personnes décèdent des suites d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle, ce qui équivaut à 2,3 millions de décès par an. Il ne fait aucun doute que les accidents du travail et les maladies professionnelles font partie des problèmes sanitaires mondiaux à forte charge de morbidité.

La crise économique ou la course obligée au profit ne peuvent justifier que l'on rogne sur la sécurité au travail. En effet, ne pas investir dans la sécurité coûte très cher. Quatre pour cent du produit intérieur brut mondial, soit le montant astronomique de 2800 milliards de dollars, sont drainés chaque année vers les dépenses dues à la perte de temps de travail, aux interruptions de production, aux soins médicaux, à la réadaptation et à l'indemnisation.

La santé et la sécurité au travail est depuis toujours l'un des domaines d'action prioritaires de l'OIT, et en 2008, le droit à un milieu de travail sûr et salubre a été reconnu en tant que droit humain fondamental dans la Déclaration de Séoul sur la sécurité et la santé au travail. Il est temps de faire de ce droit une réalité concrète pour les travailleurs du monde entier.

La bonne gouvernance en matière de sécurité et de santé au travail est fondée sur le principe de prévention. Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, l'OIT lance un appel pressant en faveur de la construction d'une culture de la prévention dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail.

A l'échelle nationale, cette culture de la prévention se compose des éléments suivants:

1. Respect à tous les niveaux du droit à un milieu de travail sûr et salubre

2. Participation active de tous les acteurs concernés à la création d'un milieu de travail sûr et salubre par la mise en place d'un système de droits, de responsabilités et obligations bien défini

3. Importance prioritaire accordée au principe de prévention

Comment développer et perpétuer une culture de la prévention ? Grâce à la participation de nombreux partenaires : gouvernements, travailleurs et employeurs et leurs organisations, spécialistes et experts. Un dialogue constructif entre ces catégories d'acteurs favorise la recherche d'un consensus et la participation démocratique de ceux qui jouent un rôle essentiel dans le monde du travail.

Le moment est venu de regrouper les acquis de la sécurité et santé au travail dans une stratégie de prévention en mettant en commun, diffusant et reproduisant dans la mesure du possible les bonnes pratiques et en nouant des partenariats pour accélérer l'avènement d'une culture mondiale de la prévention.

Pour ce faire, la sensibilisation et la connaissance des dangers et des risques ainsi que des moyens de les prévenir et de les maîtriser sont essentielles. Une bonne gouvernance renforcera les capacités nationales et facilitera la mobilisation de ressources aux niveaux national et international. Une gestion rationnelle de ces fonds suppose la conception et la mise en pratique de stratégies nationales de sécurité et santé au travail efficaces qui s'étendront à tous les secteurs et en particulier aux petites et très petites entreprises ainsi que dans l'économie informelle et l'agriculture.

Chacun d'entre nous peut contribuer à la prévention des décès et accidents au travail et des maladies professionnelles. Je vous invite à vous joindre à la Campagne Safe Day que l'OIT organise pour sensibiliser, mobiliser davantage de personnes et soutenir les acteurs concernés. Ensemble, nous pouvons construire une culture de la prévention en matière de sécurité et santé au travail.

Discours du Directeur Général

Discours du Ministre

Pour en savoir plus sur la journée mondiale

Mars 2015

11 Mars -Présentation du rapport de l’OIT : Perspectives pour l’emploi et le social dans le monde,tendances 2015 par Ekkehard Ernst, Chef de l’équipe de l’OIT en charge des politiques macro-économiques.

Le mercredi 11 mars 2015 le Bureau de l’OITl pour la France a convié ses mandants à la présentation du rapport de l’OIT : Perspectives pour l’emploi et le social dans le monde, tendances 2015 par Ekkehard Ernst, Chef de l’équipe de l’OIT en charge des politiques macro-économiques. Des représentants du Ministère du Travail et des organisations patronales et syndicales ont participé à la rencontre. Ce rapport analyse les prévisions relatives au chômage à l’échelle mondiale et explique les facteurs à l’origine de ces tendances dont le creusement des inégalités et la baisse de la part salariale.

Pour en savoir plus

 

Février 2015

13 février - Publication du baromètre OIT/Défenseur des droits sur les discriminations au travail.

Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l’OIT pour la France et Jacques Toubon, Défenseur des droits ont présenté ce vendredi le 13 février 2015 à Paris les résultats du 8ème Baromètre DDD/OIT relatif à la « Perception des discriminations dans l’emploi ».

Cette huitième édition du Baromètre sur la perception des discriminations dans l'emploi réalisé par l'IFOP pour l'OIT et le Défenseur des droits a pour focus le ressenti des discriminations par les demandeurs d’emploi d’origine étrangère non européenne. L'ensemble des résultats traduit une forte sensibilité des chômeurs à l'égard des discriminations à l'embauche particulièrement dans un contexte de crise qui en augmente le risque. Un tiers des demandeurs d'emploi affirme avoir déjà été victime de discriminations. La lutte contre ces discriminations est jugée nécessaire à la quasi-unanimité. En outre, si les critères de l'âge (plus de 55 ans) et du genre (notamment la maternité) restent perçus comme les plus discriminants, les deux tiers des victimes d'origine étrangère déclarent que la discrimination était fondée sur leur origine.

Présentation des résultats du 8ème baromètre (633kb)

Etudes précédentes : Baromètre Février 2008 - Baromètre Mai 2009 - Baromètre Janvier 2010 - Baromètre Décembre 2011 - Baromètre Janvier 2012. - Baromètre janvier 2013 Enquête ( octobre 2013 ) sur la perception des discriminations des demandeurs d'emploi (1.01MB ppt ). - Présentation des résultats du 7ème baromètre sur les discriminations au travail - Focus 2013 -L'égalité homme/femme.

 

6 au 15 février 2015 - 6ème édition du Festival international " Filmer le travail ".

Le Festival "Filmer le travail" se déroule chaque année à Poitiers. La 6ème édition s’y déroulera du 6 au 15 février 2014. Le festival est organisé par l'association Filmer le travail, à l’initiative de l’Université de Poitiers, l'Espace Mendès France de Poitiers et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT Poitou-Charentes), en collaboration avec la Région Poitou-Charentes et la Ville de Poitiers.

Il bénéficie aussi du soutien du Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation Professionnelle et du dialogue Social, du Ministère de la Culture et de la Communication, du CNRS, de l'INA et du Bureau de l’OIT pour la France.

Compétition internationale, rétrospectives, séances spéciales sont au programmes de ce 6ème festival ouvert aux non-professionnels. La reconnaissance du travail des femmes est l’une des thématiques de cette manifestation qui fera l’objet d’une projection - débat le samedi 7 février à laquelle participera, aux côtés de Catherine Coutelle, députée et présidente de la Délégation de l’Assemblée Nationale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l'OIT pour la France.

 

4 février 2015 - Présentation du Rapport mondial sur les salaires 2014-2015.

Le Bureau de l'Organisation internationale du Travail pour la France a organisé une réunion à Paris le 4 février pour présenter le nouveau Rapport mondial sur les salaires 2014-2015 de l'OIT.

La présentation du rapport a été faite par Philippe Marcadent, Chef du service des marchés du travail inclusifs, des relations professionnelles et des conditions de travail au BIT. Elle était suivie de la prise de parole par trois grands témoins :

  • Eric Heyer, Directeur adjoint au Département analyse et prévision, OFCE

  • Frédéric Lerais, Directeur Général, IRES

  • Denis Ferrand, Directeur Général de Coe-Rexecode qui ont fait part de leurs réactions et commentaires sur cette nouvelle publication de l'OIT.

Publié tous les deux ans, le rapport sur les salaires passe en revue les principales tendances salariales dans les pays développés, émergents et en développement. Parmi les tendances relevées, on peut noter :

- la croissance des salaires en 2013 ralentit, on est loin des taux de croissance observés avant 2008 ;

- la croissance positive des salaires réels reposent quasi exclusivement sur l'évolution observée dans les pays en développement et les pays émergents ;

- la Chine à elle seule représente la moitié de la croissance enregistrée à l'échelle mondiale ; le rattrapage des salaires moyens des pays émergents par rapport à ceux des économies développées se poursuit (rapport de 1 à 3) - Les salaires stagnent dans les économies développées et dans certains cas restent en deçà de leur niveau de 2007 en termes réels ; le décrochage par rapport à l'évolution de la productivité se confirme ces deux dernières années, avec quelques exceptions

Le rapport revient plus précisément sur la question des inégalités de revenu et souligne que les inégalités sur le marché du travail, en particulier les inégalités de salaires, en sont la principale cause.

Le rapport analyse également les discriminations qui frappent notamment les femmes et les travailleurs migrants, dont les salaires sont systématiquement inférieurs, sans que cela ne s'explique par la structure des emplois occupés (qualifications).

Le rapport conclut qu'un certain nombre de mesures peuvent être efficaces pour agir sur les salaires et les inégalités. Au-delà des mesures fiscales et des transferts, c'est le cas par exemple du salaire minimum, des négociations collectives sur les salaires, des politiques d'emploi visant les catégories désavantagées ou encore des mesures luttant contre les pratiques discriminatoires.

Vous trouverez ci-après les présentations des différents intervenants.

 

3 février - Le microcrédit professionnel et l’accompagnement à la création d’entreprise remplissent un rôle à la fois économique et social.

Le microcrédit professionnel et l’accompagnement à la création d’entreprise remplissent un rôle à la fois économique et social. Où en est le microcrédit professionnel aujourd’hui ? Comment mieux le faire connaitre ? Quels sont les besoins en accompagnement ? Quel rôle peuvent jouer les acteurs publics ? Peut-on inspirer et s’inspirer de certaines expériences européennes ? Le Bureau international du travail, la Caisse des Dépôts et la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) ont organisé le 3 février à Paris un colloque sur ces questions avec notamment la participation de Peter Poschen, Directeur du Département des Entreprises au BIT et de Bernd Balkenhol, Consultant BIT.

Pour en savoir plus

Janvier 2015

20 janvier -Entretiens France - BIT.

Les « Entretiens France BIT » se sont tenus au Collège de France le mardi 20 janvier, avec notamment la participation d'Alain Supiot, Professeur au Collège de France, de Fréderic Lerais Directeur de l'IRES, de Marie-Ange Moreau, Professeur à l'Universite de Lyon, de Raymond Torres du Département Recherche du BIT et de Jean-Claude Javillier, Professeur émérite de l'Université Paris Panthéon-Assas. Organisée conjointement par le Ministère du travail français et le BIT, la conférence a été ouverte par Claude Jeannerot, le nouveau Délégué du gouvernement français au conseil d’administration du BIT et conclue par le Ministre François Rebsamen. A l’issue de débats denses et riches, le Ministre a confirmé le renouvellement cette année de l’accord de partenariat entre la France et le BIT et l’inscription d’un nouveau volet sur la recherche. L’essentiel des exposés et des débats a porté sur les nouveaux modes de production, caractérisés par une extension des chaines d’approvisionnement à l’échelle internationale, et leur impact sur l’emploi et le travail. Dans son intervention, le Directeur général du BIT, Guy Ryder, a rappelé l’importance de la question des chaines de valeur, à l’ordre du jour de la Conférence internationale du travail de 2016. Il a également rappelé l’initiative prise dans le cadre de la préparation du centenaire de l’OIT (2019) sur l’Avenir du travail et l’importance de la recherche pour mieux comprendre les tendances à l’œuvre dans la transformation des réalités du travail et de l’emploi. Comme l’ont confirmé ces « Entretiens France BIT », la recherche française pourra apporter une contribution utile à ces travaux.

 

20 janvier 2015 - Nouveaux modes de production au niveau mondial : Quelles opportunités et quels enjeux pour l’emploi et le travail ?

Le Ministère français du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social ainsi que le Département de recherche de l'OIT et le Bureau de l'OIT pour la France organisent une Conférence internationale le 20 janvier 2015 à Paris, sur les nouveaux modes de production au niveau mondial. Cette conférence sera accueillie par le Collège de France (Chaire "Etat social et mondialisation: analyse juridique des solidarités").

Pour vous inscrire

Pour en savoir plus

 

11 janvier - Marche républicaine

« Je suis Charlie »

Guy Ryder, Directeur général du BIT, a exprimé dès le soir de l’attentat contre Charlie Hebdo, dans une lettre adressée au Président de la République François Hollande, ses condoléances et son émotion. Il a au nom du BIT et de ses valeurs salué la mémoire des victimes. Dimanche 11 janvier, Guy Ryder participait à la grande Marche républicaine, aux côtés des nombreux chefs d’Etat et de gouvernement, ministres venus du monde entier à Paris, contribuant ainsi à la mobilisation exceptionnelle de la communauté internationale. Lors de la réception qui précédait à L’Elysée, Guy Ryder s’est longuement entretenu avec le Ministre du travail François Rebsamen. Au cours de cette marche, il a également pu avoir quelques échanges avec les représentants du monde du travail, témoignant ainsi de la solidarité du BIT avec l’ensemble des mandants français.

 
 
Dernière mise à jour: 10.02.2016 ^ top