Étude & Résultate

13ème Baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi

La 13e édition du baromètre a donc pour objet non seulement de dresser un état des lieux des discriminations en France mais également de s’interroger sur trois enjeux spécifiques, peu explorés dans les éditions précédentes.

Actualité | 2 décembre 2020
Le 1er décembre 2020, Claire Hédon, Défenseure des droits, et Cyril Cosme, Directeur du Bureau de l'OIT pour la France ont ouvert la présentation publique des résultats du 13ème baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, réalisé en partenariat par l’OIT et le Défenseur des droits.

L’élimination de la discrimination et la promotion de l’égalité au travail
font partie pour l’OIT des droits humains fondamentaux au travail reconnus au niveau international.

Marie-Anne Valfort, économiste au sein de la Division des politiques sociales de l'OCDE et enseignante-chercheuse à l'Ecole d'économie de Paris et à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Christine Blanc-Michelland, responsable de la Mission Diversité chez Enedis, Bernard Thibault, membre du conseil d'administration représentant les travailleurs à l'OIT et Anousheh Karvar, Déléguée du Gouvernement français auprès de l'OIT ont partagé leur analyse de la question.

Les intervenants ont souligné l’ampleur, la fréquence des discriminations au travail, phénomène encore largement sous-estimé et dont la mesure est essentielle. Ces discriminations sont ressenties avec une acuité particulière en France par rapport aux autres pays européens.

Les conséquences sont délétères et durables pour les personnes concernées qui sont de plus en plus nombreuses à réagir, en faisant appel notamment aux représentants du personnel.

L’ampleur de ce phénomène rappelle ainsi l’importance pour les entreprises et les administrations de s’engager pleinement dans la lutte contre les discriminations.

George Pau-Langevin, Adjointe auprès de la Défenseure des droits, en charge de la lutte contre les discriminations et la promotion de l'égalité a conclu en promettant des actions en faveur de l’amélioration de la connaissance du phénomène, de la sensibilisation et de la formation des acteurs sur le sujet.

Chiffres clés de la discrimination au travail :
  • 23% des personnes actives déclarent avoir vécu une discrimination ou un harcèlement discriminatoire (-7 points par rapport à 2013). Principaux critères évoqués :
         * l’apparence physique (40%)
         * le sexe (40%)
         * l’état de santé (30%)
  • 42% des personnes actives déclarent avoir été témoins de discrimination(s) ou de harcèlement discriminatoire (+8 points par rapport à 2012).
A noter : Les victimes sont deux fois plus nombreuses à entamer des démarches à la suite d’une discrimination par rapport à 2012.