Une page d'histoire

Depuis sa création en 1919, l'OIT a connu deux Directeurs généraux français, Albert Thomas (1919-1932), et Francis Blanchard (1974-1989), dont les mandats comptent parmi les plus longs de l'histoire de l'Organisation.

Le Conseil d'Administration pour sa part a connu une présidence française à neuf reprises.

En même temps qu'était élu, dès 1919, le premier Directeur général, Albert Thomas, c'est également un autre Français, Arthur Fontaine, qui fut élu premier président du Conseil d'Administration. Un mandat d'une durée exceptionnelle qui s'acheva en 1931. Paul Ramadier a présidé le Conseil de 1951 à 1952. Alexandre Parodi, qui a présidé la Conférence Internationale du Travail en 1945, a également présidé le Conseil de 1962 à 1963. Gabriel Ventejol présida cette institution de 1981 à 1982. Le délégué employeur Jean-Jacques Oechslin présida, honneur exceptionnel pour un représentant non-gouvernemental, le Conseil de 1985 à 1986. Puis ce fut le tour d’Yvon Chotard, et là également fait rarissime, qui a été élu aux deux tours de rôle successifs de l'Europe, de 1991 à 1992 et de 1995 à 1996. Huit ans plus tard, c’est Philippe Seguin qui accède, en juin 2004, à la présidence de ce Conseil, suivi de Gilles de Robien de 2012 à 2013. 

Enfin, c’est un français, Jean-Marc Schindler, Inspecteur Général des Affaires maritimes, qui fut élu, en 2001, à la présidence du Groupe de travail de haut niveau chargé d’élaborer le projet de Convention intégrée sur le travail maritime ainsi qu'à la présidence de la Conférence maritime de février 2006 qui adopta cette Convention.

Les employeurs français ont également marqué de leur forte présence le Conseil d'administration. Ils ont toujours occupé, et ce presque sans interruption depuis 1919, un siège de membre titulaire. Le Conseil de l'OIT a connu trois personnalités françaises de très haut niveau. Le premier étant Alfred Lambert-Riot, délégué général de l'UIMM (Union des Industries et métiers de la Métallurgie), qui occupa le poste de vice-président de 1930-1931. Le second Pierre Waline, délégué général de l'UIMM, a été vice-président du Conseil pendant 21 ans, de 1953 à 1974. Il présida la Conférence Internationale du Travail en 1971. Le troisième fut Jean-Jacques Oechslin, Directeur des questions sociales du CNPF, délégué des employeurs depuis 74, qui assuma les fonctions de vice-président et de président (1985-1986) pendant près de 19 ans de 1979 à 1998. Enfin, là encore fait rarissime pour un délégué non gouvernemental, il présida la Conférence internationale du Travail en 1998.

Les travailleurs pour leur part ont eu le privilège d'être représentés par Léon Jouhaux, Secrétaire Général de la CGT, qui a siégé au Conseil d'Administration pendant près de 35 ans, soit de 1919 jusqu'en 1954. Il reçut le prix Nobel de la Paix en 1951. Autre témoignage de permanence et de continuité de la présence française, Marc Blondel, ex secrétaire général de la CGT Force Ouvrière, a participé de 1981 à 1993, puis de 1996 à 2008 aux travaux du Conseil d'administration et de la Conférence. Depuis 2014, c'est, pour la première fois, la CGT qui représente les travailleurs français au Conseil d'administration du BIT. Bernard Thibault y siège en effet actuellement en qualité de membre titulaire.