Employeurs et travailleurs

L’approche tripartite de l’OIT – des gouvernements qui collaborent avec des syndicats et des employeurs – constitue un moyen de résoudre les conflits sociaux par le dialogue. Cette structure, unique dans le système des Nations Unies, devient vitale en ces temps de tension sociale, où le respect des mécanismes de dialogue social, dont la négociation collective, et leur utilisation est indispensable à une reprise durable.

Des organisations d’employeurs et de travailleurs ont joué un rôle majeur dans les efforts mondiaux visant à atténuer les effets de la crise.

Employeurs

La crise économique mondiale a bouleversé l’économie réelle et presque tous les employeurs, des plus grands conglomérats aux plus petites entreprises, dont les travailleurs indépendants, ont été contraints de repenser leurs plans commerciaux et de se défendre au cours de la récession.

En Australie, les mesures de base extraites du Pacte comprenaient une adaptation des conventions de travail qui ont permis aux entreprises de réduire les coûts alors que la demande faiblissait, sans licenciements collectifs. Cette approche flexible a permis de contenir le taux de chômage et au marché du travail de demeurer solide, avec une prévision de chômage stable à 6 % pour 2010. Le plus récent rapport «Employers’ Organisations responding to the impact of the crisis» (Les organisations d’employeurs répondent à l’impact de la crise)” cite certains exemples où l’action collective a été mise à profit.

Au Chili, la Confederación de la Producción y del Comercio (CPC) a adopté en mai 2009 un Pacte tripartite du travail avec le gouvernement et les syndicats afin d’éviter les pertes d’emploi, dans l’espoir que les six mesures prises en vertu du Pacte réduiront le taux de chômage de 1,5 % au profit de quelque 125.000 travailleurs.

Des accords similaires ont été conclus dans de nombreux pays, dont l’Afrique du Sud, où les partenaires sociaux ont adopté un Accord cadre qui expose la réponse collective à la crise du gouvernement, des syndicats, des entreprises et des communautés.

Travailleurs

Le Bureau des activités pour les travailleurs (ACTRAV), préoccupé par les effets sociaux de la crise sur les travailleurs et leur famille, a établi le Service d’aide d'ACTRAV sur la crise économique et financière , qui offre des conseils et des informations aux travailleurs et aux syndicats dans le monde entier.

Le service – modéré par la Confédération internationale des syndicats, la Fédération mondiale des syndicats, l’Organisation des syndicats africains, les Fédérations syndicales internationales et les centrales syndicales nationales – fait également office de centre dépositaire des connaissances pour tous.

Les travailleurs, qui supportent déjà le poids de la crise, doivent également être des acteurs de la solution et prendre place à la table de discussion sur les causes, les conséquences et les stratégies de relance.