L'OIT est une institution specialisée des Nations-Unies
Pacte mondial pour l'emploi > La microassurance s’étend à un rythme impressionnant selon l’OIT et ...

La microassurance s’étend à un rythme impressionnant selon l’OIT et la Fondation Munich Re

Le nombre de personnes couvertes par la micro-assurance a augmenté de près de 6,5 fois en cinq ans, atteignant près de 500 millions aujourd'hui, selon la dernière enquête de l'OIT / Fondation Munich Re.

Actualité | 10 avril 2012

Genève/Munich (Nouvelles de l’OIT) – Les mécanismes de microassurance ont connu un essor considérable au fil des cinq dernières années et bénéficient maintenant à quelque 500 millions de personnes dans le monde selon le Fonds pour l’innovation en microassurance de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et la Munich Re Foundation. La microassurance a pour but de protéger les personnes à faibles revenus contre les risques – accident, maladie, décès dans la famille, catastrophes naturelles, perte de biens – en échange du paiement de primes d’assurance adaptées à leurs besoins et à leurs capacités de paiement.

Le second volume de «Protéger les plus démunis: guide la microassurance», qui vient d’être publié par les deux organisations, affirme que le nombre de personnes couvertes par la microassurance est passé de 78 millions en 2007 à 135 millions de 2009, pour atteindre près de 500 millions aujourd’hui.

«Depuis 2008, nous avons constaté que de nombreuses innovations voyaient le jour pour relever le défi consistant à proposer de meilleures prestations d’assurance à un plus grand nombre de personnes à faibles revenus», déclare Craig Churchill, responsable du Fonds pour l’innovation en microassurance et Président du Microinsurance Network, une plate-forme mondiale rassemblant divers acteurs en vue de promouvoir l’élaboration et la distribution de véritables services d’assurance aux plus démunis. «Dorénavant, nous devons nous employer à renforcer l’efficacité des produits d’assurance afin qu’ils puissent réduire la vulnérabilité de ces personnes. Le guide arrive à point nommé pour aider les assureurs, les circuits de distribution, les bailleurs et les autres acteurs à comprendre ce que signifie l’accès des travailleurs pauvres à des services de gestion des risques de qualité».

Les résultats montrent que l’Asie – avec ses deux locomotives de la microassurance que sont la Chine et l’Inde – imprime la tendance, représentant près de 80 pour cent du marché. On estime qu’environ 60 pour cent des personnes qui sont couvertes par la microassurance dans le monde vivent en Inde, 15 pour cent en Amérique latine et 5 pour cent en Afrique.

Selon le rapport, pour de multiples raisons, l’Asie est le fer de lance du développement de ce secteur: populations nombreuses et denses, intérêt manifesté par les assureurs publics et privés, canaux de distribution appropriés et soutien actif des pouvoirs publics.

«En effet, ce que le monde développé a mis plusieurs centaines d’années à accomplir ne pourra pas être reproduit en une seule décennie dans les pays en développement, même avec les nouvelles technologies et les connaissances dont nous disposons actuellement. Pour que le système fonctionne effectivement, il est indispensable que de nombreux acteurs du secteur public ou privé qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble et qui ont souvent des objectifs et des modes de fonctionnement très différents s’impliquent. Ce qui compte maintenant, c’est de trouver le moyen d’amener les principaux acteurs à collaborer efficacement», affirme Dirk Reinhard, Vice-président de la Munich Re Foundation.

Selon le guide, de nombreuses innovations se sont produites dans le domaine de la microassurance ces dernières années. Par exemple, de nouveaux produits couvrant toutes sortes de risques ont été testés et distribués aux ménages pauvres grâce à une diversification accrue des circuits (par exemple, les banques, les détaillants ou les opérateurs de téléphonie mobile). Les compagnies d’assurance commerciale se sont également engagées sur le marché des faibles revenus, créant d’importantes capacités d’échelle. Au moins 33 des 50 plus grandes compagnies d’assurance commerciale dans le monde proposent maintenant des produits de microassurance, alors qu’elles n’étaient que 7 en 2005.

En 26 chapitres, le Guide de la microassurance volume II couvre une large gamme de sujets: tendances par secteurs, contribution de la microassurance à la protection sociale, renforcement de la résistance, assurance santé, assurance vie, garantie agricole, distribution des produits, rentabilité et valeur pour le client de la microassurance.

La microassurance ne permettra sans doute pas à elle seule de briser le cercle de la pauvreté, mais c’est l’un des outils précieux de notre arsenal de réduction de la pauvreté. Si on l’associe à la protection sociale, à la prévention et l’atténuation des risques, et qu’on la complète avec des services financiers de gestion des risques comme l’épargne et les prêts d’urgence, la microassurance peut jouer un rôle fondamental pour gérer efficacement les risques, réduire la vulnérabilité des populations et contribuer à lutter contre la pauvreté.

Les auteurs

L’Organisation internationale du Travail (OIT) par l’intermédiaire du Fonds pour l’innovation en microassurance s’efforce d’améliorer l’accès à une assurance de qualité pour les familles à bas revenus des pays en développement afin de les aider à se prémunir contre les risques et à surmonter leur pauvreté. Le Fonds a été lancé en 2008 avec le soutien d’une donation de la Fondation Bill & Melinda Gates.

La Munich Re Foundation cherche à apporter des réponses à toute une série de questions diverses afin de trouver des solutions durables dans le domaine de la prévention des risques. Les questions concernant le développement sont liées à la gestion des risques et à la réduction de la pauvreté. Avec le Microinsurance Network, elle accueille l’édition annuelle de la Conférence internationale sur la microassurance.

En savoir plus sur le Guide de la microassurance

La nouvelle publication intitulée «Guide de la microassurance volume II» vient compléter le premier guide de la microassurance qui avait été publié par l’OIT et la Munich Re Foundation en 2006; il est disponible en anglais, espagnol, français et portugais. Les deux volumes regroupent des contributions émanant de divers auteurs y compris des actuaires et des économistes, des experts des politiques publiques et du développement, et rassemblent les différents points de vue nécessaires pour éclairer le développement du domaine émergeant de la microassurance.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
Martina Mayerhofer - mamayerhofer@munichre-foundation.org,+49 89 3891 8888 - www.microinsurancecompendium.org
Sarah Bel bel@ilo.org, +4122/799-8297 - www.ilo.org/microinsurance
Département de la communication et de l’information publique de l’OIT au +4122/799-7912, ou communication@ilo.org.

Tags: protection sociale, sécurité sociale, microfinance

Unité responsable: Département de Communication (DCOMM)

Ce contenu est disponible en
English  Español 
A A+A++  Imprimer  Envoyer
Fermer

Courriel

La microassurance s’étend à un rythme impressionnant selon l’OIT et la Fondation Munich Re

Pour

Adresse e-mail:
Séparez les adresses par une virgule (,)

Vos coordonnées:

Votre nom:
Votre E-mail:
Envoyer
Partager ce contenu
Craig Churchill, responsable du Fonds de l'OIT pour l’innovation en microassurance © 2014
© 1996-2014 Organisation internationale du Travail (OIT) | Droit d'auteur et autorisations | Déclaration de protection de la vie privée | Déni de responsabilité