L'OIT est une institution specialisée des Nations-Unies

Questions-réponses sur le travail dangereux des enfants

Le thème de la Journée mondiale contre le travail des enfants de 2011 porte sur le travail dangereux des enfants. Selon l'estimation globale la plus récente du Bureau international du Travail,115 millions d'enfants accomplissent des travaux dangereux. Des travaux qui, par leur nature ou les circonstances dans lesquelles ils s'exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité des enfants.

Article | 10 mai 2011

Qu'est-ce la Journée mondiale contre le travail des enfants ?

Lancée à l’origine par l’Organisation internationale du Travail (OIT) en 2002, la Journée mondiale contre le travail des enfants attire l’attention sur l’étendue mondiale du travail des enfants et sur les actions et les efforts nécessaires pour l’éliminer. Chaque 12 juin, la Journée mondiale rassemble les gouvernements nationaux, les organisations d’employeurs, les syndicats, la société civile et des millions d’enfants et d’adultes partout dans le monde, pour mettre l’accent sur le fléau des enfants travailleurs et recommander un changement.

Pourquoi le thème de la Journée mondiale contre le travail des enfants de 2011 est le travail dangereux des enfants ?

La communauté internationale et les États membres de l’OIT se sont fixés comme objectif l’abolition des pires formes de travail des enfants d’ici 20161. Dans la mesure où l’écrasante majorité des pires formes de travail des enfants impliquent des travaux dangereux, la lutte contre le travail dangereux des enfants nous rapproche de cet objectif.

Le besoin d'actions urgentes pour atteindre cet objectif a fait l'objet de la Conférence mondiale sur le travail des enfants, à La Haye, en 2010, qui a adopté une Feuille de route en vue de l’élimination des pires formes de travail des enfants, qui a été avalisée dans le Plan d'action mondial de l'OIT.

La Journée mondiale contre le travail des enfants de 2011 va mettre en lumière au niveau mondial le travail dangereux des enfants et demander des actions urgentes pour résoudre le problème. A l'occasion de cette Journée mondiale, nous demandons:

  • Une nouvelle urgence dans l'identification et la lutte contre le travail dangereux des enfants, comme moyen important de progresser vers l'objectif mondial d'abolir les pires formes de travail des enfants;
  • La reconnaissance que le travail dangereux fait partie du problème plus large du travail des enfants, l'accélération des efforts aux niveaux mondial, national et local en faveur d'actions contre toutes les formes de travail des enfants au moyen de l'éducation, de la protection sociale et de stratégies destinées à promouvoir le travail décent et productif pour les jeunes et les adultes; et
  • La mise en place d'actions tripartites fortes sur la question du travail dangereux des enfants, en utilisant les normes internationales et l'expérience des organisations d'employeurs et de travailleurs dans le domaine de la sécurité et de la santé.

Qu'entend-on par travail dangereux des enfants ?

Il s’agit des travaux susceptibles de nuire à la santé, la sécurité et la moralité des enfants. Certains secteurs ou types de travail comportent des risques particuliers, mais toute forme de travail des enfants peut comporter des dangers susceptibles de leur nuire. Les enfants peuvent être exposés directement à des dangers professionnels tels que des outils coupants ou des produits chimiques toxiques. D’autres dangers pour les enfants peuvent être moins apparents, comme le risque de mauvais traitements ou les problèmes découlant d’heures de travail excessives. Plus le travail est dangereux, plus extrêmes sont les conséquences.

La recommandation n° 190 de l'OIT fournit des orientations quant à certains des facteurs à prendre en compte pour déterminer ce qui est du travail dangereux. A savoir:

  • des travaux qui exposent les enfants à des sévices physiques, psychologiques, ou sexuels;
  • des travaux qui s'effectuent sous terre, sous l'eau, à des hauteurs dangereuses, ou dans des espaces confinés;
  • des travaux qui s’effectuent avec des machines, du matériel ou des outils dangereux, ou qui impliquent de manipuler ou porter de lourdes charges;
  • des travaux qui s’effectuent dans un milieu malsain pouvant, par exemple, exposer des enfants à des substances, des agents ou des procédés dangereux, ou à des conditions de température, de bruit ou de vibrations préjudiciables à leur santé; et
  • des travaux qui s’effectuent dans des conditions particulièrement difficiles, par exemple pendant de longues heures, ou la nuit, ou pour lesquels l’enfant est retenu de manière injustifiée dans les locaux de l’employeur.

Combien d'enfants sont concernés et dans quels secteurs ?

L’OIT estime que, sur les 215 millions d’enfants qui travaillent dans le monde, 115 sont impliqués dans des travaux dangereux, dont 41 millions sont des filles et 74 millions de garçons; 53 millions d’entre eux sont âgés de 5 à 14 ans et 62 millions de 15 à 17 ans. Un des problèmes est que le nombre d’enfants travailleurs effectuant des travaux dangereux a augmenté au sein du groupe d’âge de 15 à 17 ans. La plus forte concentration d’enfants effectuant des travaux dangereux se trouve dans l’agriculture (59 pour cent), suivie par 30 pour cent dans les services (par exemple, le travail domestique et le travail dans la rue) et 11 pour cent dans l’industrie (par exemple, les petits ateliers, les mines et le bâtiment).

Quels sont certains des dangers spécifiques pour les enfants dans ces secteurs ?

  • Dans l’agriculture, les enfants peuvent être exposés à des pesticides toxiques et des lames et outils dangereux, porter de charges lourdes et subir des attaques ou des piqûres d’animaux ou d’insectes (par exemple, des moustiques transmettant le paludisme ou d’autres maladies).
  • Dans les mines, les enfants peuvent utiliser des produits chimiques toxiques, être confrontés aux risques d’éboulements et, parfois, travailler avec des explosifs.
  • Dans le bâtiment, les enfants peuvent transporter de charges lourdes, travailler à des hauteurs élevées et courir le risque d’être blessés par des machines dangereuses.
  • Dans les industries manufacturières, les enfants peuvent utiliser des solvants toxiques, effectuer des travaux répétitifs dans des positions pénibles et être blessés par des outils coupants.
  • Dans le travail domestique, les enfants peuvent être victimes de diverses formes de mauvais traitements, travailler de longues heures et vivre dans l’isolement, loin de leur famille et de leurs amis.
  • Dans la mendicité et le ramassage d’ordures, les enfants peuvent courir des risques d’infection par des produits chimiques toxiques et les ordures.

Quel est l'impact du travail dangereux sur les enfants ?

Les travaux dangereux peuvent avoir des impacts immédiats et à long terme sur les enfants. Il peut s’agir de blessures (par exemple, une coupure par une lame), handicap (par exemple, un membre écrasé par une machine), jusqu’à entraîner la mort (par exemple, à cause d’un empoisonnement aux pesticides).

Les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables aux effets des travaux dangereux car ils sont encore en phase de développement physique et mental. Leur exposition aux produits chimiques dangereux et aux tensions physiques peut également nuire à leur développement adéquat et sain. De surcroît, certains des problèmes physiques ou psychologiques causés par le travail ne sont pas évidents ou restent cachés pendant de nombreuses années, comme dans les cas de l'empoisonnement aux métaux lourds et ne surgir que plus tard, au cours de leur vie en créant des problèmes pour le développement intellectuel ou social.

Comment détermine-t-on le travail des enfants? Existe-t-il une liste internationale de travaux dangereux pour les enfants ?

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (CRC) précise le droit de l’enfant d’être protégé contre l’exploitation économique, y compris les travaux susceptibles d’être dangereux (art. 32). Les principales normes de l’OIT relatives au travail des enfants, qui complètent la CRC, sont la convention n° 138 sur l’âge minimum d’admission à l’emploi et la convention n° 182 sur les pires formes de travail des enfants, ainsi que les recommandations n° 146 et n° 190 qui les accompagnent. Ces normes internationales importantes prévoient que la détermination de quels travaux sont dangereux pour les enfants devrait être faite localement.

Ces normes de l’OIT requièrent que les gouvernements décident dans leur contexte national quels travaux sont dangereux pour les enfants, après consultation des organisations d’employeurs et de travailleurs, et à interdire ces travaux aux enfants. La recommandation n° 190 de l’OIT suggère des éléments à prendre en compte lors de l’élaboration de la liste des travaux dangereux: par exemple, le travail souterrain, avec des machines dangereuses, dans un environnement malsain, pendant de longues heures ou de nuit.

Un grand nombre de pays ont désormais établi des listes de travaux dangereux pour les enfants, mais beaucoup d'entre eux doivent actualiser leurs listes, alors que d'autres doivent encore en dresser. Un des objectifs de la Journée mondiale est de s'assurer que tous les pays ont pris une telle mesure et disposent donc d'une base solide pour agir.

Quelles sont les mesures essentielles à prendre pour lutter contre le travail dangereux des enfants ?

Le problème des travaux dangereux fait partie de la question plus large du travail des enfants. Les gouvernements doivent s’assurer que les enfants en-dessous de l’âge minimum suivent une éducation et que ceux ayant atteint l’âge légal d’admission à l’emploi travaillent dans des conditions de sécurité. Combattre le travail des enfants exige donc que les gouvernements s’assurent que les enfants ont la possibilité de suivre une éducation de qualité au moins jusqu’à l’âge minimum d’admission à l’emploi. Cela requiert aussi des mesures de lutte contre la pauvreté, qui nourrit le travail des enfants, en promouvant la sécurité sociale, assurant un travail décent aux adultes et appliquant les lois contre le travail des enfants. En ce qui concerne la question spécifique des travaux dangereux, l’expérience de l’OIT montre que le plus efficace est d’adopter une combinaison de plusieurs types d’action. Cela requiert:

  • L’établissement ou l’examen de la liste de travaux dangereux, après consultation avec les organisations d’employeurs et les syndicats.
  • L’amélioration de la collecte de données sur les accidents et maladies professionnels, y compris par une analyse du sexe et de l’âge des enfants concernés.
  • Des campagnes de sensibilisation de manière à ce que tant les adultes que les enfants reconnaissent les dangers.
  • L’élaboration de politiques et l’actualisation des règlements de protection des enfants.
  • La promotion d’une application effective de la loi, en intégrant le travail des services d’inspection du travail et les activités d’autres acteurs.
  • Le travail avec les représentants des travailleurs et les organisations d’employeurs, pour s’assurer que le travail est sûr pour tous.
  • Les gouvernements ont la responsabilité de s'assurer que les enfants en dessous de l'âge minimum suivent une éducation et que ceux ayant atteint l'âge légal d'admission à l'emploi travaillent dans des conditions de sécurité.

Comment l'OIT aide-t-elle les enfants travailleurs dans le monde ?

L’OIT collabore, par l’intermédiaire de son Programme international pour l’abolition du travail des enfants (IPEC), avec les gouvernements et les partenaires sociaux pour élaborer de cadres légaux et d’initiatives politiques compatibles avec les conventions de l’OIT sur le travail des enfants et pour renforcer les capacités nationales pour abolir le travail des enfants. L’OIT collabore également au niveau local en aidant les enfants travailleurs et les communautés. Ceci implique de soutenir les partenaires qui cherchent à protéger les enfants contre le travail des enfants et d’élaborer des stratégies de prévention du travail des enfants. L’attention portée à la situation particulière des enfants et des adolescents qui effectuent des travaux dangereux constitue l’une des priorités de ces programmes, et la situation des filles fait également l’objet d’une attention particulière. Les programmes de l’OIT aident les enfants pauvres à accéder à l’éducation et, dans le cas des adolescents, à obtenir une formation professionnelle et des opportunités de travail décent. L’objectif ultime consiste à donner aux enfants l’occasion d’avoir un meilleur avenir.

1 Les autres formes de travail des enfants spécifiées dans les normes de l'OIT sont l'esclavage et les pratiques analogues, la prostitution enfantine et l'utilisation d'enfants dans des activités illicites.

Tags: travail des enfants

Unité responsable: Principe et droits fondamentaux au travail/IPEC

Ce contenu est disponible en
English  Español 
A A+A++  Imprimer  Envoyer
Fermer

Courriel

Questions-réponses sur le travail dangereux des enfants

Pour

Adresse e-mail:
Séparez les adresses par une virgule (,)

Vos coordonnées:

Votre nom:
Votre E-mail:
Envoyer
Partager ce contenu
© 1996-2014 Organisation internationale du Travail (OIT) | Droit d'auteur et autorisations | Déclaration de protection de la vie privée | Déni de responsabilité