Convention nº 182

La convention nº 182 sur les pires formes de travail des enfants a été adoptée en juin 1999. Elle demande l'interdiction et l'élimination des pires formes de travail des enfants, à titre d'urgence. Le texte qui suit est une version narrative simplifiée de la convention nº 182. Pour consulter la convention complète, dans sa forme originale et article par article, veuillez cliquer ici. Vous pouvez également naviguer dans ce site pour découvrir d'autres ressources en rapport avec la question.

Les pires formes de travail des enfants

La convention nº 82 définit les pires formes de travail des enfants comme suit:

  • Tous types d'esclavage, y compris la vente et la traite d'enfants; le travail forcé pour payer une dette; tous autres types de travail forcé, y compris l'utilisation d'enfants dans des guerres ou des conflits armés;
  • Toutes activités qui exploitent sexuellement les enfants, telles que la prostitution, la pornographie ou des spectacles pornographiques;
  • Toute implication dans des activités illégales, en particulier la production ou le trafic de drogue;
  • Tout travail qui porte atteinte à la santé, à la sécurité ou au bien-être des enfants (appelé «travail dangereux»).

Actions destinées à identifier le travail des enfants, élaboration de lois et de programmes d'action, suivi et évaluation

Chaque pays qui approuve et accepte la convention par «ratification» doit adopter des mesures immédiates pour abolir les pires formes de travail des enfants et, dans cette convention, le mot «enfant» se réfère à toute personne âgée de moins de 18 ans.

En ce qui concerne le «travail dangereux», chaque pays doit définir dans des lois les types de travail qui peuvent porter atteinte à la santé, à la sécurité et au bien-être des enfants de moins de 18 ans, afin que ceux-ci soient protégés contre ces travaux. En élaborant ces lois, les autorités de chaque pays doivent travailler en coopération avec les organisations d'employeurs et de travailleurs. Les autorités doivent discuter régulièrement de la liste des travaux considérés dangereux avec les organisations d'employeurs et de travailleurs et, si nécessaire, actualiser leurs lois.

Chaque pays doit s'efforcer de trouver les moyens d'évaluer comment la convention est appliquée, afin de s'assurer que la loi est respectée, et prendre les mesurer nécessaires pour assurer que les pires formes de travail des enfants ne surviennent pas ou sont éliminées.

Chaque pays devrait également créer des programmes spéciaux d'action pour éliminer les pires formes de travail des enfants, en consultation avec les organisations d'employeurs et de travailleurs.

Chaque pays qui a ratifié la convention nº 182 doit garantir que la loi interdit les pires formes de travail des enfants et doit tout faire pour assurer le respect de la loi. Si un pays constate des situations de pires formes de travail des enfants, il doit prendre des mesures pour punir les personnes responsables de ces actes criminels.

L'importance de l'éducation

Chaque pays doit prendre en compte l'importance de l'éducation des enfants. Les pays doivent prendre des mesures — dans des délais précis — pour:

  • Éviter que les enfants ne tombent dans les pires formes de travail des enfants.
  • Aider à retirer les enfants des pires formes de travail des enfants et assurer une protection et un soutien à la réintégration des enfants dans la société.
  • Donner la possibilité aux enfants d'aller à l'école gratuitement et donner des opportunités de formation professionnelle aux enfants plus âgés qui ont été soustraits aux pires formes de travail des enfants.
  • Identifier et aider les enfants qui courent des risques particuliers.
  • Prendre en considération la situation particulièrement vulnérable des filles.

Travailler en partenariat et solidarité avec les autres

Les pays sont priés de s'entraider dans la mise en œuvre de la convention nº 182, grâce à la coopération internationale. Ils peuvent s'entraider dans les questions relatives au développement économique, pour réduire la pauvreté et pour permettre à tous les enfants de recevoir une éducation.

Les dessins présentés dans cette page font partie de l’exhibition «Regards d’enfants sur le travail des enfants» de l’association GenevaWorld. Les dessins en entête de cette page ont été élaborés par Mizra, 12 ans, Singapour; Huynh, 16 ans, Viet Nam; Hanif, 15 ans, Indonésie; Eugène, 11 ans, Madagascar. ©GenevaWorld.