Qui sont les travailleurs domestiques

Les travailleurs domestiques représentent une part importante de la main-d’œuvre mondiale du secteur informel, et figurent parmi les catégories de travailleurs les plus vulnérables. Ils travaillent pour des ménages de particuliers, souvent sans véritable contrat de travail, sans être déclarés, exclus du champ de la législation du travail. Actuellement, on dénombre au moins 53 millions de travailleurs domestiques dans le monde, sans compter les enfants qui travaillent comme domestiques, et ce nombre ne cesse d’augmenter dans les pays développés et en développement. Bien qu’un nombre conséquent d’hommes travaillent dans le secteur – souvent comme jardiniers, chauffeurs ou majordomes – le travail domestique demeure extrêmement féminisé: 83 pour cent des travailleurs domestiques sont des femmes.

Leur travail consiste en diverses tâches: nettoyer le logement, cuisiner, faire la lessive et le repassage, garder les enfants, prendre soin des personnes âgées ou des malades de la famille, servir de jardinier, gardien ou chauffeur pour la famille, et même prendre en charge les animaux de compagnie.

Un travailleur domestique peut travailler à temps plein ou à temps partiel; il peut être employé par un ménage unique ou par des employeurs multiples; il peut être logé chez son employeur ou avoir sa propre résidence. Il peut travailler dans un pays dont il n’a pas la nationalité: on parle dans ce cas de travailleur domestique migrant.

A l’heure actuelle, les travailleurs domestiques sont souvent confrontés à de très bas salaires, des horaires de travail excessifs, ils n’ont aucun jour de repos hebdomadaire garanti et sont parfois victimes d’abus physiques, mentaux ou sexuels ou d’entrave à leur liberté de circulation. L’exploitation des travailleurs domestiques peut être attribuée en partie aux lacunes de la législation nationale en matière de travail et d’emploi et reflète souvent des discriminations à raison du sexe, de la race ou de la caste.



L'OIT en action:

Des conditions de travail déplorables, l’exploitation de la main-d’œuvre et les violations des droits humains sont les principaux problèmes que rencontrent les travailleurs domestiques. L’OIT entreprend de protéger leurs droits, de promouvoir l’égalité des chances et de traitement, et d’améliorer leurs conditions de vie et de travail. Sa stratégie globale consiste à renforcer les capacités et les institutions nationales, grâce à des politiques et à des réformes législatives; à promouvoir la ratification et l’application de la Convention n° 189 sur le travail décent pour les travailleuses et les travailleurs domestiques, 2011 et de la Recommandation n° 201 ; à faciliter l’organisation des travailleurs domestiques et de leurs employeurs; à mener des actions de sensibilisation et de promotion; et à créer une base de connaissances et des outils stratégiques.

La convention (n° 189) sur les travailleurs domestiques, 2011, un traité historique établissant des normes pour le traitement des travailleurs domestiques, affirme que les travailleurs domestiques ont droit, comme tous les autres travailleurs, au respect et à la protection de leurs principes et droits fondamentaux au travail, à une protection minimum. La convention fixe un cadre normatif minimum concernant:

  • Promotion et protection des droits de l’homme
  • Principes et droits fondamentaux au travail
  • Termes et conditions d’emploi
  • Durée du travail
  • Rémunération
  • Santé et sécurité au travail
  • Sécurité sociale
  • Groupes à risques: enfants travailleurs domestiques, travailleurs logés chez l’employeur, travailleurs domestiques migrants
  • Agences d’emploi privées
  • Résolution des différends, plaintes et application du droit.