Introduction et sujets des statistiques du travail

Les statistiques du travail mettent en évidence le nombre, la répartition, les caractéristiques et les contributions des participants au marché du travail ainsi que les variations de ces éléments dans le temps. D’un point de vue économique, elles permettent d’analyser, d’évaluer et de surveiller le comportement de l’économie et de vérifier l’efficacité des politiques économiques en vigueur ou applicables à long terme. D’un point de vue social, elles sont précieuses pour atteindre l’objectif du travail décent par des programmes de création d’emplois, de formation et de reconversion, et pour aider les groupes vulnérables que sont les jeunes, les personnes âgées, les femmes, etc. à trouver ou à conserver un emploi décent.

Les statistiques du travail portent habituellement sur un large éventail de sujets liés au monde du travail et incluent notamment les statistiques sur la dimension et la structure de la population économiquement active, à savoir :

  • la population active occupée et ses sous-catégories, y compris les personnes en situation de sous-emploi, les personnes actives dans le secteur informel, les enfants qui travaillent, les travailleurs migrants etc.;
  • et les chômeurs.

Ces deux catégories correspondent à la population économiquement active, et forment, avec la population économiquement inactive, les trois catégories, exhaustives et mutuellement exclusives composant la population totale d’un pays. La population économiquement inactive comprend deux catégories de population dont on reconnaît de plus en plus l’importance. L’une inclut les personnes qui fournissent des services destinés à la consommation de leur ménage (services fournis pour la propre consommation des ménages) et qui actuellement ne sont pas prises en compte dans les statistiques nationales de la production, et ne sont donc pas considérées comme ayant un emploi, mais leur contribution au bien-être de la population est de plus en plus reconnue. L’autre catégorie se compose de personnes qui seraient disposées à travailler et disponibles pour le faire, mais qui ne recherchent pas activement un emploi pour diverses raisons (travailleurs découragés). En règle générale, ces personnes ne sont pas considérées comme étant au chômage dans les statistiques nationales, même si l’on reconnaît qu'elles exercent une pression importante sur le marché du travail en vue d’obtenir un emploi.

Les statistiques du travail englobent de surcroît des informations sur les caractéristiques des populations pourvues d’un emploi et des chômeurs, et notamment:

  • le revenu de l’emploi des personnes salariées et des personnes indépendantes durant une période donnée, de même que les gains perçus par les personnes occupant un emploi salarié;
  • la durée du travail de ces personnes;
  • leur participation à des grèves et lockouts, leur adhésion à un syndicat, les négociations collectives et autres caractéristiques en matière de dialogue social;
  • leurs accidents du travail et maladies professionnelles causés par l’exposition à des facteurs de risques au travail;
  • leurs professions;
  • leur situation dans la profession
  • l’industrie ou branche d'activité économique de l’établissement qui les emploie;
  • le secteur institutionnel (entreprise, ménage, public);
  • la demande de main-d’œuvre ou les vacances de postes,
  • le coût de l’emploi de main-d’œuvre, ou le coût de la main-d’oeuvre,
  • l’ampleur et caractéristiques de leur couverture sociale,
  • leurs expériences en formation (formation continue),
  • les revenus et dépenses des ménages où ils vivent .

L’indice des prix à la consommation est étroitement lié aux statistiques du travail en raison de son importance pour la détermination des salaires minima, des salaires réels et des revenus, puisqu’il permet de mesurer les variations, au cours du temps, du niveau général des prix des biens et services acquis ou payés par la population aux fins de consommation.

Les sujets précités sont généralement couverts par les programmes nationaux de statistiques du travail, conformément à la convention (n°160) ; leur mesure est régie par des directives internationales qui se présentent sous la forme de résolutions et de directives internationales adoptées par la Conférence internationale des statisticiens du travail.