Statistiques nationales

L’établissement de statistiques sur les salaires est une tâche des plus délicates en raison des difficultés que pose la collecte des données. Celles-ci peuvent être obtenues à partir de trois grands types de sources: les enquêtes auprès des établissements (notamment en utilisant les rapports administratifs soumis par les établissements/entreprises aux autorités nationales et assimilés à des « enquêtes »); les enquêtes sur la main-d’œuvre et auprès des ménages; et les documents administratifs (essentiellement les dossiers de sécurité sociale). Chaque type de source a ses propres caractéristiques et fournit un certain type de données.

Dans les enquêtes auprès des ménages, qui sont la seule source susceptible de garantir une couverture totale des travailleurs dans la plupart des pays, y compris des travailleurs indépendants, le salaire est un sujet sensible. Il faut s’attendre à une moindre qualité des réponses que dans le cadre d’une enquête auprès des établissements, où les informations sont obtenues à partir des bordereaux de salaire. Toutefois, on constate une augmentation du nombre de pays dans lesquels les estimations de salaires basées sur des enquêtes auprès des ménages dans le secteur formel concordent avec les estimations basées sur les établissements. L’objectif premier des enquêtes par sondage sur la main-d’œuvre et auprès des ménages est de fournir des informations sur les niveaux et les tendances de l’emploi, du chômage et parfois du sous-emploi. Ces enquêtes procurent parfois des informations sur les gains et la durée du travail pour les activités principales et secondaires des membres individuels. Les statistiques sur les salaires peuvent être ventilées par sexe et sur la base d’autres caractéristiques des travailleurs.

Quelles que soient les carences des enquêtes auprès des ménages, elles ont le mérite de couvrir l’ensemble de la population active et de fournir des informations sur les travailleurs individuels et sur une multitude de sujets ; elles sont utilisées pour mesurer non seulement les salaires (ou le revenu de l’emploi) mais aussi le revenu total des ménages. Les enquêtes auprès des ménages peuvent procurer des statistiques sur les salaires ventilées par sexe, permettant de calculer les écarts salariaux entre hommes et femmes ; par profession, pour mesurer les inégalités de salaires entre les professions ; par secteur – formel ou informel et selon d’autres variables encore, notamment l’appartenance syndicale; ces enquêtes peuvent produire des statistiques sur la répartition des salaires (nombre de travailleurs par niveau de salaire) aux fins d’obtenir des indicateurs des inégalités salariales.

Les enquêtes auprès des établissements procurent des informations tirées des bordereaux de salaire et se réfèrent à une rémunération brute en espèces. Elles sont considérées comme étant la source qui fournit les informations les plus exactes et les plus cohérentes. Toutefois, elles ne couvrent généralement que les salariés fixes des établissements du secteur formel, et de ce fait, excluent la majorité des travailleurs dans les pays en développement. Les enquêtes auprès des établissements laissent aussi de côté les travailleurs occasionnels, les familles des travailleurs et l’ensemble du secteur informel. Elles ne produisent pas de statistiques représentatives de l’ensemble de la population active, mais seulement d’un sous-ensemble de celle-ci. En principe, il est possible d’obtenir des données ventilées par sexe. Pour autant, dans un certain nombre de pays, ces enquêtes ne fournissent que des données sans distinction des sexes, soit que la réglementation comptable et financière applicable aux établissements n’exige pas d’enregistrement plus détaillé, soit que l’enregistrement de données par sexe soit considéré comme un fardeau excessif pour les employeurs – d’où le risque d’un taux élevé de non-réponses. De surcroît, la plupart des établissements fournit des informations sur les gains réguliers qui sont perçus en espèces à échéances fixes. Ces informations excluent les paiements exceptionnels qui ne sont pas perçus à chaque échéance mais qui sont néanmoins réguliers (par exemple le 13e mois de salaire) ainsi que les paiements en nature, qui peuvent constituer une part importante des gains au regard des définitions énoncées dans les normes internationales.

L’idéal serait d’utiliser ces deux sources à la fois pour mesurer les salaires (le revenu de l’emploi), mais dans les pays en développement, la priorité serait plutôt d’inclure des questions sur les salaires dans les enquêtes auprès des ménages.

L’OIT compile régulièrement deux types de statistiques sur les salaires moyens (taux de salaires et/ou gains: (i) par branche d'activité économique et dans la production manufacturière, par groupe d’industries, et (ii) par profession, pour une liste prédéfinie de 159 professions réparties dans 49 groupes d'activité économique. Ces statistiques sont publiées respectivement dans l’Annuaire des statistiques du Travail du BIT et dans les Statistiques des salaires et de la durée du travail par profession et des prix de produits alimentaires – Résultats de l’enquête d’octobre, et disponibles sur Internet dans LABORSTA depuis 1969.

Chaque fois que cela est possible, ces statistiques sont ventilées par sexe. Toutefois, la possibilité d’obtenir des statistiques sur les salaires ventilées par sexe dépend dans une large mesure du type de source de données.