Statistiques sur le revenu

Il existe plusieurs concepts ayant trait au revenu de l’emploi : les taux de salaire, les gains, le revenu lié à l'emploi et le coût de la main-d’œuvre, répondant à des utilisations et objectifs différents ; on peut définir les salaires comme étant le prix du travail, le revenu du travail, le coût de la rémunération du travail voire le coût de l’emploi de main-d’œuvre en soi. Chacune de ces notions se fonde sur un concept spécifique. Mais ces concepts sont tous étroitement interdépendants et sont souvent examinés ensemble.

En règle générale, le concept de salaire versé en contrepartie d’un travail accompli correspond aux sommes versées en espèces ou leur équivalent (en cas de paiement en nature) à une personne durant une période définie, pour sa participation à des activités économiques. La période de versement du salaire n’est pas nécessairement la même que la période de travail.

Le concept de taux de salaire correspond au tarif de base d’une unité de travail, avant que soient ajoutées les primes pour les heures supplémentaires, le travail posté ou les indemnités pour charge de famille, et avant déduction des cotisations aux régimes de sécurité sociale et des versements de l’impôt anticipé. Les taux de salaire peuvent être exprimés sur la base d’unités de temps – par exemple une heure, une semaine, un mois etc. ou sur la base du volume de travail effectué « à la pièce ». Le taux de salaire est le plus étroit de tous les concepts de revenu et ne s’applique qu’aux salariés.

Le concept de gains correspond généralement au salaire que l’employeur verse directement à ses salariés sur une base régulière et durant une période de référence donnée. Il inclut le salaire de base pour les heures normales effectuées ou le travail accompli ainsi que la rémunération afférente aux heures non effectuées, par exemple pour le congé annuel, les jours fériés ou les journées de maladie. Il inclut en outre d’autres versements accordés par l’employeur pour divers motifs et notamment : les heures supplémentaires, le travail effectué en dehors des heures normales, les travaux pénibles, les primes régulières et les avantages sociaux tels que les indemnités pour charge de famille. Par ailleurs, il exclut toutes les primes ponctuelles même lorsqu’elles sont versées par l’employeur. A l’instar des taux de salaire au temps, les gains sont enregistrés en valeur brute, c’est-à-dire avant déduction des cotisations de sécurité sociale ou des abattements fiscaux.

Le concept de revenu lié à l’emploi salarié est la mesure la plus exhaustive du niveau de rémunération des salariés. Il inclut, outre les gains, toutes les primes et paiements irréguliers et toutes les prestations de sécurité sociale versées directement par l’employeur ou par des régimes de sécurité sociale, s’ils s’inscrivent dans le cadre de l’emploi. Ces prestations comprennent les allocations familiales, les allocations d’études et les prestations de maladie et de maternité. Elles incluent également les prestations fournies aux personnes n’ayant plus d’emploi, comme les allocations chômage, les pensions de retraite et d’invalidité. Tous ces avantages sociaux font partie du revenu lié à l'emploi salarié, mais cela seulement s’ils résultent de la participation des intéressés à une activité économique. Dans les pays dotés d’un régime de sécurité sociale au titre duquel des prestations sont versées indépendamment de l’exercice d’une activité professionnelle, ces prestations ne font pas partie du revenu lié à l’emploi salarié. Pour éviter le double comptage, elles sont enregistrées après déduction des cotisations des travailleurs aux régimes de sécurité sociale.

Le concept de coût de la main-d'oeuvre correspond au coût effectif supporté par l’employeur pour l'emploi de main-d'oeuvre. Il inclut deux composantes, l’une afférente aux gains et l’autre extérieure aux gains. La composante liée aux gains est proche du concept de gains, avec toutefois quelques différences dans la prise en compte des éléments en nature et leurs modalités d’évaluation. La composante extérieure aux gains consiste principalement dans des éléments qui constituent des paiements en nature aux travailleurs, mais qui du point de vue de l’employeur, sont considérés comme des coûts - par exemple, les frais de restaurant d’entreprise, de garderie d’enfants et autres dépenses analogues. Cette composante inclut également toutes les cotisations et dépenses de sécurité sociale, les frais de formation professionnelle et les impôts basés sur l’emploi ou sur les bordereaux de salaire, qui ne font pas partie des gains.

Le concept de revenu lié à l’emploi indépendant est le seul concept s’appliquant aux travailleurs indépendants. Il est égal à la valeur des biens et services produits par le travailleur indépendant, après déduction des frais d’exploitation (par exemple les salaires, les matières premières, les impôts et l’amortissement des machines et instruments), auxquels s’ajoutent tous salaires perçus et prestations de sécurité sociale (après déduction des cotisations). Le revenu lié à l’emploi indépendant inclut également les prestations reçues par des personnes indépendantes n’ayant plus emploi, par exemple les allocations de chômage ainsi que les pensions de retraite et d’invalidité. A l’instar de l’emploi salarié, toutes ces prestations sociales ne sont incluses dans le revenu lié à l’emploi indépendant que dans la mesure où leurs bénéficiaires ont exercé une activité professionnelle auparavant.