Autres catégories particulières de travailleurs

Dans la plupart des cas, les normes internationales du travail ont une valeur universelle et s'appliquent à tous les travailleurs et à toutes les entreprises. Certaines normes mentionnées précédemment concernent des industries spécifiques comme le travail à bord d'embarcations maritimes. D'autres traitent de questions liées au travail dans des secteurs très spécifiques de l'activité économique (plantations, hôtels, restaurants) ou concernent un groupe précis de travailleurs (personnel infirmier, travailleurs à domicile).

Sélection d'instruments pertinents de l'OIT

  • Convention (n° 189) sur les travailleuses et travailleurs domestiques, 2011 - [ratifications]
    Cette nouvelle convention de l’OIT ainsi que la Recommandation n° 201 décident que les travailleurs domestiques dans le monde, qui s’occupent de familles et de ménages, devront disposer des mêmes droits fondamentaux au travail que ceux des autres travailleurs: des horaires de travail raisonnables, un repos hebdomadaire d’au moins 24 heures consécutives, une limitation des paiements en liquide, une information claire sur les termes et les conditions d’embauche ainsi que le respect des principes et droits fondamentaux au travail, y compris la liberté d’association et le droit à la négociation collective.
  • Convention (n° 110) sur les plantations, 1958 et son Protocole de 1982 - [ratifications]
    Les plantations constituent toujours un secteur économique important dans de nombreux pays en développement. Ces instruments concernent le recrutement et l'embauche des travailleurs migrants et offrent une protection aux travailleurs des plantations du point de vue des contrats d'engagement, des salaires, de la durée du travail, des soins médicaux, de la protection de la maternité, des compensations en cas d'accident de travail, de la liberté syndicale, de l'inspection du travail et du logement.
  • Convention (n° 149) sur le personnel infirmier, 1977 - [ratifications]
    Comme les services médicaux se sont développés, le personnel infirmier dans de nombreux pays est devenu inadéquat en nombre et en qualité. De nombreux infirmiers et infirmières sont des travailleurs migrants qui sont confrontés à des problèmes particuliers. La convention demande à tous les États qui l'ont ratifiée de prendre les mesures nécessaires pour assurer au personnel infirmier une éducation et une formation appropriées ainsi que des conditions d'emploi et de travail, y compris des perspectives de carrière et une rémunération, qui soient propres à l'attirer et à le retenir dans la profession. Les infirmiers et infirmières doivent bénéficier de conditions au moins équivalentes à celles des autres travailleurs du pays en ce qui concerne la durée du travail, le repos hebdomadaire, les congés payés annuels, le congé-éducation, le congé de maternité, le congé de maladie et la sécurité sociale.
  • Convention (n° 172) sur les conditions de travail dans les hôtels et restaurants, 1991 - [ratifications]
    1991
  • Le secteur du tourisme contribue actuellement à hauteur de 9% du pro- duit intérieur brut mondial et emploie 8% de l’emploi total (Note 1). Toutefois, ces travailleurs, principalement des femmes et des jeunes, reçoivent des salaires d’au moins 20 pour cent inférieurs à ceux des travailleurs d’autres secteurs. Dans le but d’améliorer les conditions de travail de ces personnes et de les rapprocher de celles prévalant dans d’autres secteurs, la convention prévoit une durée du travail raisonnable et contient des dispositions sur les heures supplémentaires, les périodes de repos et les congés annuels. Elle précise également que l’achat et la vente des emplois dans les hôtels et les restaurants sont interdits.
  • Convention (n° 177) sur le travail à domicile, 1996 - [ratifications]
    Les travailleurs à domicile, dont la majorité sont des femmes, constituent une catégorie de travailleurs particulièrement vulnérables, généralement en raison du caractère informel de leur statut et du manque de protection juridique à leur égard, de leur isolement et de leur faible pouvoir de négociation. L'objectif de la convention est de promouvoir l'égalité de traitement entre les travailleurs à domicile et les autres travailleurs salariés, notamment en ce qui concerne la liberté syndicale, la protection contre la discrimination, la sécurité et la santé au travail, la rémunération, la sécurité sociale, l'accès à la formation, l'âge minimum d'admission à l'emploi et la protection de la maternité.
  • Autres instruments pertinents

Autres informations

Travailleurs domestiques

Note 1 - UNEP Green Economy Report: Tourism 2010