La face cachée du chômage des jeunes

Les conditions extrêmement défavorables qui règnent sur le marché du travail obligent de nombreux jeunes à abandonner totalement leur recherche d’emploi ou à se maintenir dans le système éducatif. A l’échelle mondiale, on dénombre environ 6,4 millions de jeunes de moins dans la population active.

Actualité | 17 mai 2012
GENÈVE (Nouvelles de l’OIT) – Plus de 6 millions de jeunes dans le monde ont soit abandonné leur recherche d’emploi, soit décidé de prolonger leurs études en raison des conditions extrêmement défavorables prévalant sur le marché du travail, indique l’édition 2012 du Rapport sur les tendances mondiales de l’emploi des jeunes (www.ilo.org/getyouth) publiée par l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Selon le rapport, le nombre total des jeunes découragés, âgés de 15 à 24 ans, atteint 6,4 millions à l’échelle mondiale. En prenant ce nombre en compte, le taux de chômage mondial ajusté serait de 13,6 pour cent au lieu des 12,6 pour cent actuels. A l’échelle mondiale, ce déficit de demande de travail s’élève à 1,2 pour cent pour les jeunes hommes et 0,5 pour cent pour les jeunes femmes.

Des différences frappantes entre les régions


Dans les économies développées et l’Union européenne, la crise s’est traduite par environ 2 millions de jeunes retirés du marché du travail. Dans les pays de l’OCDE, les taux de chômage élevés vont de pair avec des taux d’activité moindres qui traduisent un effet de découragement des travailleurs.

Par contraste, le taux de participation des jeunes en Europe centrale et du Sud-Est (hors UE) et dans la CEI est plus élevé qu’attendu sur la base des tendances d’avant la crise, et susceptible d’être pour partie motivé par la pauvreté.

Evaluer la «part cachée» du chômage des jeunes


L’ajustement du taux de chômage des jeunes peut être obtenu en comparant les tendances d’avant la crise de la participation des jeunes à la force de travail et les estimations de l’OIT de la population économiquement active. Dans la figure ci-dessous, cette comparaison est réalisée pour chaque région en 2011 et séparément pour les jeunes hommes et les jeunes femmes.

Par exemple, si le taux de chômage est ajusté pour tenir compte des « abandons », le taux de chômage des jeunes à l’échelle mondiale passerait de 12,4 à 13,6 pour cent pour les hommes, et de 13,0 à 13,5 pour cent pour les jeunes femmes.

 
Source: ILO calculations based on ILO, Trends Econometric Models, October 2011, and ILO (2011d), Economically Active Population Estimates and Projections, 6th edition.