La sécurité sociale pour tous

Selon le Rapport mondial sur la sécurité sociale 2010/11: donner une couverture sociale en période de crise et au-delà1 du BIT, seuls 20 pour cent de la population mondiale en âge de travailler ont accès à des systèmes complets de sécurité sociale.


Selon le Rapport mondial sur la sécurité sociale 2010/11: donner une couverture sociale en période de crise et au-delà du BIT, seuls 20 pour cent de la population mondiale en âge de travailler ont accès à des systèmes complets de sécurité sociale. Face à cet immense défi, deux évolutions importantes ont marqué l’extension de la protection sociale pour tous en cette année 2011.

Lors de sa 100e session historique en juin 2011, la Conférence internationale du Travail (CIT) est parvenue à un consensus tripartite global sur la sécurité sociale qui souligne son importance comme un droit humain et comme une nécessité sociale et économique pour les pays à tous les niveaux de développement.

Les gouvernements, les employeurs et les travailleurs qui participaient à la CIT ont appelé à étendre les deux dimensions de la sécurité sociale: viser la couverture universelle avec au moins des niveaux minimaux de protection à travers les socles nationaux de protection (dimension horizontale) et garantir progressivement des niveaux de protection plus élevés inspirés par les dernières normes de l’OIT en matière de sécurité sociale (dimension verticale).

La Conférence a également décidé d’inscrire la discussion concernant une possible recommandation sur le socle de protection sociale à l’ordre du jour de sa 101e session en 2012.

L’agenda pour le socle de protection sociale a été soutenu par une série de rendez-vous politiques nationaux et internationaux. Ce fut notamment le cas du Sommet du G20 à Cannes (France), en novembre dernier, qui a pris en compte les recommandations sur la protection sociale contenues dans une nouvelle étude préparée par le Groupe consultatif mondial sur le socle de protection sociale, dirigé par l’ancienne Présidente du Chili et Directrice d’ONU Femmes, Michelle Bachelet. Le rapport soutient que l’établissement de socles nationaux de protection sociale dans chaque société est une option politique réaliste et appelle le G20 à en faire une authentique priorité politique.

Cette importante évolution est le résultat d’une décennie de travail intensif pour promouvoir l’extension de la sécurité sociale pour tous.

«Seuls 20 pour cent de la population mondiale en âge de travailler ont accès à des systèmes complets de sécurité sociale»

Le «nouveau consensus sur la sécurité sociale» qui s’était dégagé de la CIT en 2001 fut une étape marquante. Affirmant avec force que la sécurité sociale était un droit humain fondamental, ce premier consensus tripartite appelait à un resserrement des liens entre la stratégie de l’OIT pour l’extension de la sécurité sociale, sa stratégie de l’emploi et ses autres politiques sociales.

Le nouveau consensus a également conduit, en 2003, au lancement de la «Campagne mondiale sur la sécurité sociale et la couverture pour tous» et au développement du concept de socle de protection sociale – encourageant les stratégies nationales qui garantissent un niveau minimum d’accès aux services essentiels et à la sécurité du revenu pour tous – à l’appui de cette campagne.

En avril 2009, le concept a été formellement approuvé par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) comme l’une des stratégies communes des Nations Unies en réponse à la crise. L’importance du socle pour, entre autres objectifs, favoriser le redressement après la toute dernière crise économique mondiale, a été reconnue par les partenaires sociaux de l’OIT qui ont intégré ce concept dans le Pacte mondial pour l’emploi adopté par la CIT lors de sa session de juin 2009.

Envisagée dans ce contexte, l’année 2011 ouvre une nouvelle phase dans la promotion de l’extension de la sécurité sociale par l’OIT, ses mandants et ses partenaires. L’accès garanti à la sécurité sociale pour tous par le biais des socles nationaux de protection sociale s’inspirant d’une possible recommandation sur le socle de protection sociale, et l’avancée progressive vers des niveaux de protection plus élevés, sont des éléments décisifs pour parvenir à des économies et des sociétés plus intégratrices.