L’OIT à l’épreuve de la mondialisation financière: Peut-on réguler sans contraindre?

Cet ouvrage traite de la validité des choix institutionnels sur lesquels repose l’OIT face aux réalités d’une économie globalisée et financiarisée dont la crise de 2007 et ses multiples rebondissements ont permis à beaucoup de découvrir le nouveau visage.


L’OIT célébrera dans quelques années son centenaire. Après le paradoxal âge d’or de la guerre froide, les paris institutionnels de ses fondateurs – et en particulier celui de concilier par la persuasion les exigences du progrès social et les contraintes de l’interdépendance en économie ouverte – se trouvent soumis à une redoutable épreuve de vérité.

Ce livre, qui fait partie d’un projet plus vaste concernant la pertinence des divers choix institutionnels effectués en 1919 dans le contexte actuel, s’efforce de montrer que le pari de la persuasion n’est pas (encore) un pari perdu, non seulement parce qu’il n’existe pas d’alternative contraignante plausible, mais parce que le potentiel de l’OIT pour promouvoir une régulation effective et universelle par la persuasion est considérable, bien qu’encore trop peu exploité.