Services publics de distribution (eau; gaz; électricité)

Les services d’utilité publique (eau, gaz, électricité) sont des services de première nécessité qui jouent un rôle déterminant dans le développement social et économique. La qualité des services d’utilité publique est une condition indispensable pour éliminer efficacement la pauvreté. En dernier ressort, les gouvernements ont la responsabilité de garantir un accès universel et fiable à ces services en vertu de cadres réglementaires responsables. La concurrence accrue exercée dans le secteur des services d’utilité publique ces dernières années a entraîné, outre une diversification des activités, une évolution des cadres réglementaires et une restructuration du capital des entreprises, ce qui a eu un impact sur la sécurité de l’emploi et les conditions de travail dans le secteur. Un personnel suffisant et une formation appropriée à l’utilisation des nouvelles technologies sont importants pour garantir l’efficacité et la sécurité sur le lieu de travail.

Le dialogue social joue un rôle important dans l’élaboration de stratégies conjointes par les partenaires sociaux destinées à améliorer les services d’utilité publique, l’objectif commun étant d'élargir l'accès à ces services à toutes les communautés, de renforcer l'efficacité des prestations, et de réviser les tarifs et autres sources de collecte de revenus. L’un des enjeux majeurs du secteur des services d’utilité publique est la nécessité de se conformer aux conventions internationales protégeant la liberté syndicale et la négociation collective et d'éviter, autant que possible, toute interruption dans la fourniture de ces services.

La moyenne d’âge des travailleurs du secteur augmente dans un certain nombre de pays, et l’on constate un grave déséquilibre entre hommes et femmes dans certaines professions, ce qui pose problème aux employeurs en termes de planification des ressources humaines. Rendre l’emploi dans le secteur accessible et attractif pour les jeunes hommes et les jeunes femmes peut être un moyen de faire face aux problèmes de recrutement et de remplacement d’une main-d’œuvre vieillissante. En outre, le fait de mettre sur pied des programmes de formation spécifiques au niveau national ou sectoriel et d’investir dans les travailleurs par le biais de mécanismes d’apprentissage et de formation tout au long de la vie peut permettre de faire face à l’évolution des besoins.