De la marginalité à l’intégration

Un projet en faveur de l’emploi des jeunes au Bangladesh remporte le concours des bonnes pratiques de l’OIT

Un projet bangladais pour l’emploi des jeunes «De la marginalité à l’intégration» a remporté l’un des premiers prix dans un concours de bonnes pratiques organisé par l’OIT et retransmis par MTV. Le projet aide les jeunes porteurs de handicap à s’insérer sur le marché du travail et à devenir des acteurs du changement.

Actualité | 9 mai 2014
GENEVE – Au Bangladesh, dans la région de Dhaka, l’association Agir sur le handicap et le développement (ADD) a créé un programme qui aide les jeunes gens handicapés à sortir de l’extrême pauvreté et à commencer un nouvelle vie de citoyens actifs.

Partant des besoins, des capacités et des aspirations des jeunes, le projet «De la marginalité à l’intégration» leur propose une combinaison de formation professionnelle et de subventions salariales temporaires, ou de formation à la création d’entreprise et d’aide financière au démarrage. Il bénéficie aux jeunes porteurs de handicap, chômeurs ou sous-qualifiés, et vivant au sein de ménages qui gagnent l’équivalent de moins de 50 dollars par mois.

De la marginalité à l’intégration
 
Les jeunes handicapés sont confrontés à un double défi. Non seulement ils sont durement frappés par la crise de l’emploi mais ils doivent aussi souvent affronter des discriminations et des barrières structurelles. Pris dans un cercle vicieux de marginalité, de pauvreté et d’exclusion sociale, ils deviennent financièrement dépendants de leur famille.

Ce projet, présenté par MTV le 11 avril, est l’un des trois lauréats – sur 103 participants – de l’Appel de l’OIT aux bonnes pratiques en faveur de l’emploi des jeunes. Tous trois ont proposé des solutions innovantes pour aider les jeunes handicapés à renforcer leur estime de soi, à acquérir des compétences employables et à intégrer le marché du travail.