L'OIT est une institution spécialisée des Nations-Unies
Promouvoir l'emploi, protéger les personnes
Accueil OIT > A propos de l'OIT > OIT info > Actualités > Le Forum mondial pour l’emploi s’est ouvert avec un vibrant ...
Etats arabes

Le Forum mondial pour l’emploi s’est ouvert avec un vibrant appel en faveur d’une reprise axée sur l’emploi

Les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs ont débuté un Forum arabe pour l’emploi de trois jours alors que l’impact de la crise économique mondiale sur les emplois et les entreprises de la région est une source de préoccupation grandissante; ils ont lancé un appel urgent à agir sur la base du Pacte mondial pour l’emploi de l’OIT.

Communiqué de presse | 19 octobre 2009

BEYROUTH (Nouvelles du BIT) – Les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs ont débuté un Forum arabe pour l’emploi de trois jours alors que l’impact de la crise économique mondiale sur les emplois et les entreprises de la région est une source de préoccupation grandissante; ils ont lancé un appel urgent à agir sur la base du Pacte mondial pour l’emploi de l’OIT.

«La crise nous pousse à construire un nouveau modèle de croissance durable et productive, fondé sur des entreprises durables et sur le travail décent, avec des marchés dynamiques agissant dans le cadre d’objectifs de politique publique partagés, attentif aux questions d’environnement, soucieux du sort des plus vulnérables», a déclaré le Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) Juan Somavia dans son discours d’ouverture du Forum.

Citant la hausse du chômage, du travail informel et précaire, les entreprises qui tournent au ralenti, les investissements différés et le chômage des jeunes, M. Somavia a alerté sur «un possible retour de bâton social. Les travailleurs estiment que, bien que n’ayant aucune responsabilité dans la gestion financière de l’économie mondiale, ce sont eux et leur famille qui en paient le prix. De nombreuses entreprises, en particulier les PME, éprouvent la même chose».

M. Ahmed Mohamed Luqman, Directeur général de l’Organisation arabe du Travail (OAT), a rappelé: «Notre mission au cours de ce Forum est d’identifier le rôle que doit jouer le monde arabe pour mettre en œuvre le Pacte mondial pour l’emploi dans le cadre d’une coopération et d’une coordination étroites, mais aussi d’identifier des priorités et un plan d’action à l’échelon du monde arabe».

Le Forum, organisé conjointement par l’OIT et l’AOT, réunit des représentants des 22 Etats arabes (Note 1) pour envisager les façons de soutenir l’emploi et d’étendre la protection sociale pour leurs citoyens.

En dépit des répercussions de la crise économique sur le monde arabe, M. Somavia a fait référence à un certain nombre d’évolutions positives dans divers pays, y compris l’essor de l’entreprenariat et de l’initiative privée chez les jeunes, le rôle croissant des femmes dans le monde des affaires, la société civile et sur le marché du travail, la croissance des investissements privés et du développement des entreprises et l’expansion de la protection sociale.

«Nous avons une tâche urgente, celle d’élaborer un plan d’action afin de mettre en pratique le Pacte mondial pour l’emploi dans toute la région», a-t-il ajouté. «Un plan d’action national, régional et tripartite qui réponde à la crise grâce à des mesures pour l’emploi et la protection sociale, par le dialogue social et dans le respect des droits des travailleurs. Ce faisant, nous pourrons dans le même temps traiter certaines des inégalités structurelles qui ont freiné le développement de la région.»

Selon M. Luqman, «le Pacte mondial pour l’emploi prolonge l’esprit de la Déclaration de Doha qui émanait du Forum arabe pour le développement et l’emploi, organisé par l’AOT et le gouvernement du Qatar à Doha; adoptée par le Sommet économique, social et de développement arabe qui s’est tenu au Koweït au début de l’année, elle a consacré la période 2010-2020 Décennie arabe pour l’emploi. Le Sommet s’est ainsi engagé à réduire les taux de chômage et le nombre de travailleurs pauvres de moitié d’ici la fin de la décennie».

M. Luqman a surtout mis en exergue «le cinquième thème du Pacte qui contient un vaste programme de coopération que doivent exécuter les deux organisations, l’OIT et l’AOT. Il s’agit tout autant de consolider de nouvelles possibilités d’emploi que de garantir la mobilité de la main-d’œuvre, le dialogue social et de soutenir l’égalité entre hommes et femmes».

S’exprimant au nom des employeurs, Imad Chehab, Secrétaire général de l’Union générale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture des pays arabes, a déclaré: «Le monde arabe doit être particulièrement vigilant en ce qui concerne les taux de chômage, qui étaient déjà les plus élevés au monde dès avant la crise. La nécessité de créer 50 millions d’emplois d’ici à 2020 de façon à absorber les quelque 4 millions de nouveaux arrivants sur le marché du travail chaque année est l’un des plus énormes défis auxquels soit confrontée la région. Ces chiffres plaident en faveur d’efforts conjoints pour trouver des solutions, en particulier au chômage des jeunes qui, dans certains pays, atteint des niveaux records». M. Chehab a également accepté le Pacte mondial pour l’emploi et souligné «le rôle du secteur privé dans la reprise et la nécessité d’abaisser les barrières qui entravent l’économie réelle pour relancer la création d’emploi».

Hasan Djeman, Secrétaire général de la Confédération internationale des syndicats arabes s’est référé à «l’importance du dialogue social entre des partenaires sociaux libres et indépendants pour coordonner les efforts en vue d’apporter la justice sociale qui est le fondement de la stabilité sociale et politique». Il a ajouté que «la démocratie et le développement [étaient] indissociables. Le respect des libertés fondamentales et des droits individuels, mais aussi la bonne gouvernance, la liberté d’association, l’égalité entre hommes et femmes et la fin de l’hégémonie de l’Etat sur la société, tous sont indispensables à la paix sociale et à la stabilité et permettent à chaque citoyen arabe d’exprimer sa créativité. C’est ainsi que nos nations pourront suivre la voie des pays développés».

Son Excellence Khaled Qabbani, représentant du Premier ministre du Liban, ministre d’Etat, a déclaré: «La stabilité est la pierre angulaire du développement et la clé du succès des politiques socio-économiques. Quel que soit le pays, la main-d’œuvre est un outil puissant pour le développement durable; ce sont les travailleurs qui construisent les pays. Le plus important est de se doter d’une législation qui garantisse la justice sociale pour les classes laborieuses, le respect des droits des travailleurs et des normes arabes et internationales du travail. En outre, nous devons encourager le développement économique grâce auquel des emplois seront créés».

Le Forum devrait débattre de toute une série de recommandations stratégiques, à savoir:

  • Faire de l’emploi l’objectif explicite des politiques économiques, qu’il s’agisse de relance budgétaire et de relance des investissements au niveau macroéconomique ou d’amélioration de l’employabilité grâce à des politiques actives du marché du travail.
  • Introduire ou étendre l’assurance chômage et créer un minimum de protection sociale donnant accès à des soins médicaux, à des pensions de retraite pour les personnes âgées et à des allocations pour les familles avec enfants et pour les personnes handicapées.
  • Adopter des politiques qui respectent à la fois le droit à l’emploi des ressortissants nationaux et les droits des travailleurs migrants, tout en maximisant les allocations et en réduisant les risques des migrations liées au travail.
  • Donner la priorité à des solutions «anti-crise» négociées. Le dialogue social et la négociation collective revêtent une importance particulière en ce moment et devraient être promus comme des instruments utiles, non seulement pour faire face aux conséquences sociales de la crise mais aussi pour en traiter les causes – grâce à une meilleure gouvernance – et pour rétablir une stabilité et une croissance riche d’emplois et qui n’exclut personne.
  • M. Somavia a dit que le temps était venu de prendre ses responsabilités et d’agir de façon unanime; il a demandé aux participants à la réunion «de se rallier largement à une vision commune» et «d’axer les débats sur la réponse à la crise, sur les moyens de se frayer un chemin novateur vers une croissance équilibrée et durable, vers une mondialisation juste intégrant une dimension sociale forte».

    Note à l’attention des journalistes:

    Pour plus d’informations ou pour obtenir un interview, merci de contacter:

    Unité Médias et Communication du Bureau de l’OIT
    Mlle Reham Rached
    Tél.: +961-1-752400 (ext 108)
    Portable: +961-3292722
    Courriel: rached@ilo.org

    Vous pouvez également consulter le site web du Forum arabe pour l’emploi à l’adresse suivante: www.ilo.org/arabstates/aef qui propose une documentation de référence préparée à l’occasion du Forum.


    Note 1 - Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Comores, Djibouti, Egypte, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Mauritanie, Maroc, Oman, Autorité palestinienne, Qatar, Somalie, Soudan, Syrie, Tunisie, Emirats arabes unis et Yémen.

    Tags: emploi

    Unité responsable: Département de Communication (DCOMM)

    Référence: ILO/09/51

    Commentaires

     

     
    comments powered by Disqus
    Ce contenu est disponible en
    English  Español 
    A A+A++  Imprimer  Envoyer
    Fermer

    Courriel

    Le Forum mondial pour l’emploi s’est ouvert avec un vibrant appel en faveur d’une reprise axée sur l’emploi

    Pour

    Adresse e-mail:
    Séparez les adresses par une virgule (,)

    Vos coordonnées:

    Votre nom:
    Votre E-mail:
    Envoyer
    Partager ce contenu
    Retournez en haut de la page