Notre impact, leur histoire

Stimuler l’avantage compétitif des travailleurs cambodgiens avec des compétences en environnement et en sécurité

L’anticipation des compétences utiles à la transition vers des économies vertes est l’une des nombreuses actions préconisées par un récent rapport de l’OIT. Les établissements d’enseignement professionnel du Cambodge ont commencé à introduire des compétences «vertes» et des compétences en sécurité et santé du travail dans leur cursus, avec l’appui de l'OIT.

Reportage | 4 juin 2018

PHNOM PENH, CAMBODGE (OIT Infos) – Bun Sok Roeun a étudié la soudure à l’Institut des techniques industrielles du Cambodge (ITI en anglais), un établissement d’enseignement professionnel qui participe à une initiative verte pilote. Après avoir effectué un stage chez un fabricant de matériaux de construction, le jeune homme de 18 ans s’est vu offrir un poste.

Son responsable, Lam Chanty, a apprécié sa conscience de la préservation de l’environnement autant que ses compétences techniques en soudure. «Quand les étudiants terminent leur formation à l’ITI, ils ont suffisamment de pratique et sont compétents pour travailler ici», déclare M. Chanty. «Ils savent protéger l’environnement et se protéger eux-mêmes».

Au Cambodge, les employeurs ont depuis peu tendance à embaucher des employés qui ont une sensibilité et une connaissance en matière d’écologie. «Si les travailleurs connaissent les aspects environnementaux, il leur est facile de trouver du travail», constate Bun Heang, Chef du bureau du développement des compétences au ministère cambodgien du Travail et de la Formation professionnelle.

C’est grâce au projet de l’OIT «Compétences pour le commerce et la diversification économique» (STED en anglais) qu’il a été possible d’incorporer des concepts environnementaux dans les politiques nationales. STED aide la Direction technique de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels à élaborer des normes de compétence, des programmes de formation et des outils d’évaluation pour les professions en plein essor au Cambodge.

Les métiers concernés sont la boulangerie, l’usinage, la soudure et la transformation des fruits et légumes. Les compétences environnementales consistent à:
  • Participer à une activité liée au développement durable;
  • Utiliser des technologies adaptées pour promouvoir le développement durable;
  • Contribuer à préserver l’environnement en utilisant des produits respectueux de l’environnement;
  • Et surveiller et maîtriser la contamination et la détérioration.
Le programme pilote de formation STED, mis en place grâce à l’Institut polytechnique national du Cambodge et l’ITI, apprend aux étudiants comment se protéger d’éventuels accidents, nettoyer leurs ustensiles et leurs machines correctement, réduire leur consommation d’eau et le gaspillage d’énergie dans leur activité. Si ces concepts peuvent sembler simples et élémentaires, ces petits ajustements ont un impact à long terme sur l’environnement.

«L’inclusion de la composante écologique dans les normes de compétence a pour but de renforcer la conscience environnementale des étudiants eux-mêmes et de leur inculquer comme l’une des valeurs professionnelles lorsqu’ils intègrent une entreprise», explique Mme Concepcion E. Sardaña, Conseillère technique en chef du projet STED.

Le gouvernement cambodgien a réalisé qu’il devait adopter des compétences vertes pour obtenir un développement économique et social durable. En mars 2016, Bun Heang a participé à l’Atelier régional Des compétences pour des emplois verts. Cet atelier était financé par le Programme régional de compétences OIT/Japon et visait à intégrer des éléments écologiques et des préoccupations environnementales dans la réforme de la politique des compétences et dans le développement de normes de compétence pour les pays d’Asie et du Pacifique. Après d’intenses discussions avec d’autres participants, Bun Heang a élaboré un plan d’action en vue d’incorporer la dimension environnementale dans les normes nationales de compétence.

Depuis lors, la nouvelle Politique nationale d’enseignement et de formation techniques et professionnels 2017-2025 s’est donné pour objectif de «garantir que tous les formateurs qualifiés et les stagiaires bénéficient d’une formation sur la préservation de l’environnement et l’impact qu’un emploi peut avoir sur l’environnement, notamment en cultivant les compétences vertes».

Thorng Samon, Directeur adjoint du Département de l’information sur le marché du travail au ministère, qui a participé à l’atelier régional de l’OIT sur l’Anticipation des besoins en compétences pour faciliter la transition vers une économie verte, explique que les compétences vertes sont une nouveauté pour le Cambodge dont son pays a besoin pour pérenniser la croissance économique. «Notre objectif économique est que le Cambodge soit un pays développé d’ici à 2050, nous avons donc commencé à agir pour élaborer une politique en matière de compétences écologiques pour soutenir la croissance économique.»

Pour de plus amples informations, merci de contacter:

Mme Akiko Sakamoto
Spécialiste des Compétences et de l’employabilité de l’OIT
sakamoto@ilo.org