L'OIT en action: Résultats 2014-2015

L'OIT en action: des prix Nobel de la paix

En 2014 et 2015, le prix Nobel de la paix a offert une reconnaissance mondiale à certaines des valeurs fondamentales de l’OIT, dont la lutte contre le travail des enfants et la promotion du dialogue social au niveau national.

Je refuse d’accepter l’idée qu’ensemble, nous ne parviendrons pas à mettre fin au travail des enfants en une génération."

 – Kailash Satyarthi, lauréat du prix Nobel de la paix 2014, au Sommet sur le monde du travail, Conférence internationale du Travail, 11 juin 2015
Kailash Satyarthi
Ardent défenseur de l’éducation pour tous et de la participation des enfants à la campagne contre le travail des enfants, Kailash Satyarthi, conjointement avec Malala Yousafzai, a reçu le prix Nobel de la paix en 2014 pour son rôle dans «le combat contre l’oppression des enfants et des jeunes et en faveur du droit de tous les enfants à l’éducation».

La collaboration de l’Organisation avec M. Satyarthi a commencé au début des années 1990 par l’intermédiaire de la Fondation «Child Workers in Asia» (les enfants qui travaillent en Asie) et de l’appui de l’OIT à l’action menée par le Bachpan Bachao Andolan (BBA) (Mouvement Sauver les enfants), l’organisation communautaire qu’il a fondée. Les villages de type nouveau adaptés aux enfants créés par le BBA ont contribué à l’adoption, par l’OIT, d’une approche intégrée et axée sur la réalité locale du travail des enfants.

Cette collaboration a ensuite pris la forme d’une action de sensibilisation par le biais de la Marche mondiale contre le travail des enfants. Créée avec l’appui de l’OIT, cette action plaide pour l’adoption d’une nouvelle norme pour lutter contre les pires formes de travail des enfants. Après avoir traversé 107 pays, la Marche mondiale a rejoint Genève au printemps 1999, où la Conférence internationale du Travail a adopté à l’unanimité en 1999 la convention (no 182) sur les pires formes de travail des enfants. Cette convention, qui a donné lieu à 180 ratifications, est rapidement devenue la convention de l’OIT la plus ratifiée.

Le prix Nobel de la paix est un hommage au courage, à la persévérance et aux principes de l’UGTT, de l’UTICA et de leurs partenaires. Je salue leur engagement en faveur des droits de l’homme et de la démocratie. L’OIT est fière d’être associée à ces organisations et à leurs activités."

 – Guy Ryder, Directeur général de l’OIT
(de g. à d.) M Houcine Abbassi, Secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) ; Mme Wided Bouchamaoui, Président de l’Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (UTICA) ; M Abdessattar ben Moussa, Président de la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme ; et M Fadhel Mahfoudh, Avocat tunisien. © AFP
En 2015, le prix Nobel de la paix a été décerné au Quartet du dialogue national tunisien – qui rassemble l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et l’Ordre des avocats de Tunisie (ONAT) –, qui a facilité la tenue de négociations pacifiques et la conclusion d’un accord sur la nouvelle Constitution, adoptée en 2014.

C’était la conséquence naturelle du soutien préalablement apporté par l’OIT à l’UGTT et à l’UTICA pour arriver à un contrat social en 2012, grâce notamment à un projet de l’OIT sur le dialogue social financé par la Norvège.

Le contrat social ainsi établi a été signé le 14 janvier 2013 et a constitué une étape importante de l’évolution politique en Tunisie. En 2014, avec l’appui de l’OIT, le ministère tunisien des Affaires sociales a formulé un projet de loi définissant les principales fonctions du Conseil national du travail.