L'OIT en action: Résultats 2014-2015

Résultats de l'OIT en Amériques: Amérique latine et les Caraïbes

En 2014-2015 l'OIT a appuyé ses mandants dans la région en matière de formalisation du travail, en mettant notamment l’accent sur les droits des travailleurs, la protection sociale et la productivité des micro et petites entreprises. Elle a également continué d’aborder les questions clés du développement, telles que l’emploi des jeunes et l’entrepreneuriat, les compétences nécessaires aux emplois de l’avenir et l’élimination du travail des enfants et du travail forcé.


L’informalité est un enjeu social très important pour cette région. Ce n’est pas une question de quantité, mais de qualité des emplois. L’économie informelle constitue un défi immense mais inévitable si nous voulons bâtir un avenir de développement durable et équitable. Le travail formel est synonyme de croissance, d’inclusion sociale et de développement durable, et c’est vrai dans tous les pays."

Guy Ryder, Directeur général de l’OIT lors de la 18e Réunion régionale des Amériques de l’OIT, 13 octobre 2014.

FLORILÈGE:

  • Dans le cadre de son Programme régional pour la promotion de la formalisation en Amérique latine et dans les Caraïbes (FORLAC), l’OIT a développé plusieurs initiatives qui ont conduit à des changements en matière de législation et de politique générale en Argentine, au Brésil, en Colombie, au Mexique et au Pérou.
  • En 2015, la Fédération des employeurs de la Jamaïque a adopté, avec l’appui de l’OIT, une politique sensible à la dimension de genre concernant la transition vers la formalité et offert à ses membres une aide à la formalisation de leurs entreprises..
  •  L’OIT a mis en œuvre des projets importants visant à appuyer les institutions publiques et les partenaires sociaux pour la création d’un environnement favorable dans lequel le respect des droits au travail sera encouragé, comme il le sera par le renforcement de l’inspection du travail et des institutions de médiation dans les conflits du travail de différents pays, dont le Guatemala et la Colombie.
  • En juin 2014, l’OIT a lancé un projet destiné à appuyer l’Inspection du travail du ministère du Travail et des Affaires sociales en Haïti. Un groupe de travail ministériel a été mis en place et une formation a été dispensée aux médiateurs des ministères, aux conciliateurs et aux inspecteurs du travail, en collaboration avec «l’ombudsperson» chargé des conflits du travail et avec «Better Work Haïti».
  • Lors de la Réunion régionale des Amériques organisée par l’OIT en 2014, 25 pays ont lancé une initiative visant à faire disparaître le travail des enfants de la région d’ici à 2025: l’Initiative régionale pour une Amérique latine et des Caraïbes sans travail des enfants. Par ailleurs, lors d’un forum sur la coopération Sud-Sud qui s’est tenu en 2015, des pays d’Amérique latine ont conclu plus de 50 accords de partage des données d’expérience sur des questions telles que le passage de l’école à la vie active, le travail des enfants dans l’agriculture, la décentralisation des politiques et le travail des enfants dans les chaînes de valeur.
  • Pour lutter contre ce fléau, l’OIT a appuyé l’élaboration de stratégies nationales telles que Crecer Felices (Grandir Heureux) au Chili.
  • En 2015, Cuba est devenu le 180e État Membre de l’OIT à ratifier la convention n˚ 182, qui appelle à l’interdiction et à l’élimination des pires formes de travail des enfants..