Indonésie
L'OIT est une institution specialisée des Nations-Unies

Indonésie

Les travaux de l'OIT en Indonésie concernant les infrastructures rurales avec utilisation intensive des ressources locales ont commencé en 1993 avec la gestion d'un projet à forte intensité de main-d'œuvre concernant des routes de district, financé par la Banque mondiale, qui visait à améliorer les méthodes fondées sur la main-d'œuvre déjà utilisées en Indonésie. Concentré sur quatre districts pilotes dans deux provinces, le projet a permis de développer et d'appliquer des techniques, une surveillance et une organisation améliorées pour la construction, l'amélioration et l'entretien de routes locales avec utilisation intensive de main-d'œuvre. Cependant, le projet n'a pas permis d'intégrer les techniques fondées sur la main-d'œuvre dans les programmes d'investissements généraux du pays car la conjoncture politique n'était pas propice à l'utilisation de telles techniques dans les années 1990.

À la suite de la crise financière en Asie, le nombre d'Indonésiens au chômage et de ceux qui vivent dans la pauvreté a spectaculairement augmenté. Selon les estimations, le chômage va augmenter et 45 millions de personnes seront au chômage en 2004. En 1999, environ 15% de la population vivait au-dessous d'un seuil de pauvreté fixé à 1 dollar par jour et environ 66%, au-dessous d'un seuil de pauvreté fixé à 2 dollars par jour. Il existe un lien entre la pauvreté et les infrastructures rurales, en Indonésie aussi, et le transfert aux autorités locales des responsabilités en matière de développement et d'entretien des infrastructures rurales en 2001 a créé une nouvelle possibilité de mettre en place des stratégies faisant largement appel aux ressources locales pour le développement des infrastructures rurales en Indonésie.

Le Programme ASIST travaille en Indonésie à deux niveaux pour élaborer un programme national pour le développement d'infrastructures rurales durables. Depuis 1999, il travaille au niveau national avec KIMPRASWIL, BAPPENAS, le Ministère de l'intérieur et le Ministère chargé de coordonner les affaires économiques pour développer un "programme à l’échelle nationale visant à intégrer les techniques fondées sur la main-d'œuvre dans les programmes d'investissements publics du pays" et élaborer une "stratégie fondée sur des infrastructures rurales durables pour la création d'emplois et l'atténuation de la pauvreté".

Au niveau local, le Programme ASIST travaille depuis le milieu de 2001 en collaboration avec l'Université Gadjah Mada avec 2 Kabupaten pour appuyer le processus de décentralisation du pays en particulier en ce qui concerne le développement des infrastructures rurales. Ces travaux sont réalisés dans le cadre d'un projet pilote de planification intégrée de l'accessibilité rurale (IRAP).

Le Programme ASIST a aidé à l'organisation d'une série d'ateliers participatifs au niveau national et local pour examiner les priorités et les stratégies s'agissant du développement d'infrastructures rurales durables pour créer des emplois et atténuer la pauvreté en Indonésie. Les ateliers ont aussi permis d'identifier les domaines dans lesquels le Programme ASIST pouvait aider à élaborer ces stratégies et programmes dans le contexte de quatre domaines techniques: planification de l'accès au niveau local, technologies fondées sur la main-d'œuvre, passation de marchés de petite envergure et systèmes d'entretien des infrastructures au niveau local.

Les activités récentes montrent clairement que le gouvernement s'est impliqué dans le Programme ASIST et souhaite sérieusement élaborer des stratégies de développement d'infrastructures rurales durables. Il faut encore que le Programme apporte un soutien supplémentaire pour faire avancer l'initiative et développer un certain nombre de projets pilotes qui compléteront les travaux effectués au niveau de la politique. La stratégie nationale est fondée sur les domaines prioritaires pour la fourniture d'une assistance qu'ont identifiés les différents ateliers et processus de consultation.

Stratégie nationale


L'objectif global des travaux du Programme ASIST en Indonésie est de créer des emplois décents et d'atténuer la pauvreté au moyen de travaux d'infrastructures rurales durables. C'est pourquoi le Programme entend collaborer avec le gouvernement et les principaux donateurs du pays pour influer sur les programmes d'investissements en infrastructures en faveur de la création d'emplois et de l'atténuation de la pauvreté sans que cela n'entraîne de coûts additionnels. La stratégie que le Programme ASIST a élaborée pour atteindre cet objectif comporte huit volets:

  • Aider à établir un forum de coordination des infrastructures rurales. Une "Réunion consultative de haut niveau sur le développement d'infrastructures rurales dans le contexte de la création d'emplois et de l'atténuation de la pauvreté" est convenue de créer un forum interorganisations chargé d'examiner les priorités et les stratégies afin d'utiliser le développement d'infrastructures pour créer des emplois et alléger la pauvreté en Indonésie.
  • Continuer à fournir une assistance pour l'élaboration d'une stratégie nationale en matière de développement d'infrastructures rurales durables. Le Programme ASIST a aidé KIMPRASWIL à établir un projet de document de stratégie. Il faut étoffer davantage cette stratégie pour en faire une stratégie nationale pour le développement d'infrastructures rurales durables.
  • Aider le Forum de coordination des infrastructures rurales à élaborer son agenda pour la coordination des activités et à établir une base de données et un centre d'information sur les infrastructures rurales durables. Une fois établi, le Forum se réunira régulièrement et le Programme ASIST continuera de lui fournir un appui technique. Il aidera aussi le gouvernement, par l'intermédiaire du Forum, à identifier les possibilités d'investissement là où il serait possible d'intégrer des procédures et des technologies en matière de développement d'infrastructures rurales durables.
  • Une préoccupation essentielle du programme de l'OIT de promotion du travail décent concerne les conditions de vie et de travail de la main-d'œuvre. Conformément à la politique visant à réduire le déficit de travail décent, le Programme ASIST étudiera les options offertes pour contribuer à améliorer les conditions de travail dans les secteurs des infrastructures rurales. La première étape consistera à évaluer la situation réelle au regard des politiques et pratiques pertinentes en matière de travail. Une activité de suivi consisterait à établir un ensemble de recommandations pour lutter contre les déficits de travail décent.
  • Rechercher un financement auprès des donateurs bilatéraux pour développer et mettre en œuvre des projets pilotes de petite envergure qui permettront d'étoffer la politique relative au développement d'infrastructures rurales durables. Une activité importante ici consiste à obtenir des fonds pour reproduire les activités de démonstration du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale dans d'autres domaines.
  • Étudier les options pour intégrer les procédures et technologies de développement d'infrastructures rurales durables dans les grands programmes d'investissement soutenus par les bailleurs de fonds. À cette fin, le Programme ASIST s'efforcera de collaborer étroitement avec les principaux donateurs pour les investissements en Indonésie (Banque mondiale, BAD et Japon). Ce faisant, il ajoutera de la valeur à leurs programmes et aidera les donateurs à atteindre leurs objectifs en matière d'atténuation de la pauvreté et de création d'emplois.
  • Élaborer des lignes directrices, des manuels et des matériels de formation sur la planification de l'accès au niveau local, les technologies fondées sur la main-d'œuvre, la passation de marchés de petite envergure et l'entretien des infrastructures rurales adaptés à la situation en Indonésie et rédigés en bahasa indonésien.
  • Développer une réserve de spécialistes locaux pour aider à continuer de développer des procédures en matière d'infrastructures rurales durables et soutenir les travaux qui auront commencé après la cessation progressive de l'assistance technique apportée par le Programme ASIST. Il s'agira notamment de continuer à travailler avec les universités, les consultants locaux et les techniciens du gouvernement central et des autorités locales.

Projet modèle du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale


L'Université Gadjah Mada (UGM) à Yogyakarta collabore avec le Programme ASIST de l'OIT dans le cadre d'un projet qui testera et démontrera les effets de l'utilisation d'un outil de planification au niveau local appelé Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale.

En 1996, des travaux de recherche ont été effectués après l'établissement et la mise en œuvre du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale en Indonésie, au moyen de quelques projets modèles. Ces activités préliminaires ont permis de faire une constatation principale, à savoir que ce système est effectivement susceptible d'être un outil de planification important pour améliorer les infrastructures rurales en Indonésie. Cependant, on est aussi arrivé à la conclusion que, tel qu'il se présentait à cette époque, il était peu probable que ce système puisse être adopté comme nouvel outil de planification rurale en Indonésie car l'État était encore trop centralisé et il existait déjà un processus de planification du développement rural participatif officiellement approuvé. Tout cela a changé avec la nouvelle loi de décentralisation qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2001.

Gouvernance locale


L'Indonésie s'est lancée dans un processus de décentralisation. Ce processus a eu pour conséquence directe que les autorités des kapubaten (districts) se sont vu confier plus de responsabilités dans divers domaines, entre autres le développement d'infrastructures, le développement des ressources humaines et le développement socioéconomique. Les budgets, par exemple, des kabupaten Bantu et Kutai ont presque doublé par rapport à l'année précédente. Dans les kecamatan (sous-districts) et les desa (communes) un besoin de développement des capacités s'est immédiatement fait sentir, en particulier dans le domaine de la planification des infrastructures.

L'Université Gadjah Mada et le Programme ASIST de l'OIT ont saisi cette occasion pour aider le gouvernement dans son entreprise de décentralisation. De plus, par le renforcement de la capacité locale d'identifier, concevoir, mettre en œuvre et entretenir les infrastructures prioritaires, on acquerra des connaissances sur la structure, le fonctionnement et les responsabilités des autorités locales qui seront utiles pour reproduire le Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale dans d'autres parties de l'Indonésie.

Mise au point du projet


L'objectif principal de ce projet est de démontrer et de tester l'utilisation des procédures du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale dans deux districts pilotes, Bantul (Yogyakarta – partie centrale de Java) et Kutai (Kalimantan-Est – Bornéo). Les expériences et les résultats seront utilisés pour élaborer des lignes directrices et des matériels de formation spécifiquement conçus pour l'Indonésie. M. Roberto Akuwen, fonctionnaire du muluka BAPPENAS a été détaché comme coordinateur national de ces activités.

Le 16 octobre, la mise au point du projet modèle a été discutée avec des fonctionnaires supérieurs de l'administration locale de Bantul. Il a été convenu de procéder à deux essais avec des configurations différentes dans chaque district. Dans le district de Bantul, la méthode serait mise en application dans deux kecamatan. Les membres de l'équipe du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale travailleraient en collaboration avec leurs homologues du kabupaten. À Kutai, la méthode serait appliquée dans quatre desa (comprenant plusieurs villages appelés dusun) dans deux kecamatan.

S'agissant de la poursuite de la mise au point de la méthode du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale en Indonésie, il sera essentiel que les activités menées à Kutai et celles menées à Bantul soient complémentaires. C'est à cette condition que l'on pourra mettre à profit les expériences menées au niveau des dusun, des desa, des kecamatan et des kabupaten pour élaborer un processus de planification au niveau local adapté à la situation en Indonésie et établir des lignes directrices et des matériels de formation. Des procédures semblables seront donc appliquées pour le recueil des données, la cartographie et l'inventaire des infrastructures. Seules l'analyse des informations et la définition des priorités interviendront à des niveaux différents et différeront légèrement dans la mise au point.

Enfin, les expériences menées au niveau des dusun, des desa, des kecamatan et des kabupaten seront utilisées pour affiner le processus de planification au niveau local adapté à la situation en Indonésie et élaborer des lignes directrices et des matériels de formation spécifiques.

Kutai


Kutai est un district relativement peu développé mais disposant de ressources financières abondantes. La présence de pétrole et l'augmentation de la part du revenu national due aux nouvelles lois de décentralisation financière ont offert à Kutai de nouvelles possibilités de développer ses collectivités. Un calcul approximatif montre que le budget annuel de Kutai est à présent supérieur à 100 millions de $EU. Les autorités locales ont décidé d'attribuer 100 000 $EU à chacun des desa. Ces fonds devraient être consacrés au développement des infrastructures (30%), au développement des ressources humaines et au développement socio-économique. Les capacités locales à Kutai semblent être le frein principal au développement futur.

Il a été demandé aux membres de l'équipe du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale de travailler au niveau des desa pour identifier, concevoir, mettre en œuvre et entretenir des projets d'infrastructures rurales. Ces travaux se feraient en collaboration avec les homologues au niveau des kecamatan et du kabupaten également, pour faire en sorte qu'ils puissent ensuite être reproduits aux niveaux supérieurs.

Bantul


La taille actuelle du réseau routier du kapubaten est un sujet de préoccupation important à Bantul. Le réseau qui relevait de sa responsabilité était de 950 km, et il sera réduit à 650 km du fait que 300 km passeront sous la responsabilité des desa. Une aide sera octroyée à Bantul pour définir le processus à suivre pour établir les priorités concernant les routes et le renforcement des capacités au niveau des desa pour la planification de l'entretien.

Au cours d'une réunion tenue le 17 octobre avec le maire de Bantul, celui-ci a fait part de son très grand intérêt pour cette approche et a suggéré de présenter les résultats initiaux lors de la réunion annuelle des autorités locales à Jakarta à la fin du premier semestre de 2002. En tant que représentant régional, il pouvait demander qu'un temps d'intervention lui soit attribué durant ce séminaire pour expliquer en détail les effets et les difficultés de cet exercice. Le maire considère le Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale comme un outil important dans le processus de décentralisation/démocratisation qu'il est en train de mettre en place à Bantul. Il cherche à accroître les responsabilités et les ressources des kecamatan. La capacité locale de planifier et de mettre en œuvre des projets est une condition préalable impérative dans ce processus.

Formation


Une série d'ateliers d'orientation et une formation ont été organisés durant le dernier trimestre de 2001 pour présenter le Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale aux fonctionnaires locaux concernés et les former au recueil de données, à l'inventaire des routes et à la cartographie. Un atelier régional a été organisé au début de mars 2002 pour présenter les procédures à suivre pour définir les priorités. Plusieurs représentants d'autres kapubaten y ont participé et ont manifesté leur intérêt pour cette approche.

Ensuite...

Dans les prochains mois, les membres de l'équipe travailleront avec les autorités locales pour compléter l'analyse des données et définir les priorités concernant les infrastructures. Il est prévu que les activités de démonstration du Système de planification intégrée de l'accessibilité rurale au niveau des autorités locales seront achevées avant la fin de juin 2002 de façon que les priorités établies puissent être prises en considération pour la répartition des fonds par le gouvernement. Les budgets annuels sont discutés et présentés aux assemblées législatives locales vers la fin de mai chaque année.

Faits nouveaux au niveau macroéconomique


Comme indiqué au point 1 de la stratégie nationale, le Programme ASIST soutient l'établissement d'un forum de coordination des infrastructures rurales. C'est pourquoi deux ateliers ont été organisés sur le rôle du développement des infrastructures rurales dans la création d'emplois et l'atténuation de la pauvreté.

Premier atelier


En novembre 2001, l'OIT a organisé un atelier de niveau national sur les technologies fondées sur la main-d'œuvre pour étudier les priorités et les stratégies en ce qui concerne l'utilisation du développement d'infrastructures pour créer des emplois et atténuer la pauvreté en Indonésie. L'atelier a permis d'identifier les domaines dans lesquels l'OIT pourrait apporter son assistance au niveau national pour élaborer des stratégies et des programmes en matière de travaux publics à haute intensité de ressources et aider les organismes nationaux à transférer certaines responsabilités aux autorités locales. Ces activités ont été menées dans le contexte de quatre domaines techniques: planification de l'accès au niveau local, technologies fondées sur la main-d'œuvre, passation de marchés de petite envergure et systèmes d'entretien des infrastructures au niveau local. Un exercice de suivi semblable a été mené au niveau des kabupaten et des kecamatan dans 5 provinces: Papouasie-ouest, Sulawesi-sud-est, Kalimantan-est, Java-ouest et Sumatra-sud.

Deuxième atelier


Un deuxième atelier intitulé "Réunion consultative de haut niveau sur le développement d'infrastructures rurales dans le contexte de la création d'emplois et de l'atténuation de la pauvreté" s'est tenu à Jakarta le 15 février 2002 pour examiner les travaux effectués antérieurement sur l'élaboration de stratégies et les résultats des ateliers organisés pour les différentes parties prenantes au niveau national et local. Plus de 50 hauts fonctionnaires représentant 15 ministères ont participé à la réunion, dans le cadre de laquelle l'agenda ci-après a été fixé pour les travaux de suivi:

  • Établissement d'un forum de coordination des infrastructures rurales qui se réunit régulièrement.
  • Établissement: i) d'une base de données et un centre d'information; ii) d'un cadre politique et institutionnel pour le développement d'infrastructures rurales; iii) d'une stratégie nationale pour le développement des infrastructures rurales et iv) d'un dispositif de mise en œuvre, au moyen de projets modèles intégrés.
  • Une assistance technique pour: i) élaborer des politiques, stratégies et réglementations aux niveaux central et local pour le développement des infrastructures et le financement connexe; ii) la planification intégrée, la mise en œuvre, la surveillance et l'évaluation, et l'élaboration de normes, de lignes directrices et de manuels pour le développement d'infrastructures, la formation des autorités, du secteur public et du secteur privé, la mise au point d'un plan d'investissement pour les infrastructures rurales.
Ensuite...

L'atelier s'inscrit dans le cadre d'un processus permanent. Une priorité immédiate en matière de suivi maintenant est d'établir le forum sur les infrastructures rurales qui affinera l'agenda et élaborera un plan d'action. Le Programme ASIST de l'OIT aide le gouvernement indonésien pour les premiers travaux liés au projet de stratégie pour le développement des infrastructures qui vise à optimiser l'effet en termes d'emplois et à maximiser l'impact sur l'atténuation de la pauvreté. Le Ministère des affaires économiques chargé de la coordination qui a pris un rôle directeur pour continuer à élaborer la stratégie et le programme connexe a demandé au Programme ASIST de fournir une orientation et une aide complémentaires pour la poursuite de l'élaboration de la stratégie, des projets modèles et autres actions de suivi.

Atelier stratégique national 2008


Il a été convenu qu'un atelier stratégique national serait organisé en 2008. Il a également été convenu que les travaux futurs de l'OIT dans ce domaine technique seraient principalement axés sur le niveau provincial étant donné que les responsabilités en matière de développement des infrastructures ont été décentralisées au niveau local. À cette fin, le Programme HIMO a procédé à une étude complète dans trois provinces (Maluku, Papouasie et NTT) sur la manière dont les outils pouvaient être incorporés le plus efficacement possible dans les programmes de développement des infrastructures rurales de ces provinces. Les résultats de ces travaux seront utilisés dans le cadre de l'atelier stratégique national et seront encore développés dans des schémas de projets en vue d'obtenir le soutien des donateurs.

En réponse à la crise économique mondiale, le gouvernement indonésien a établi un plan de relance fiscal global, dont l'investissement en infrastructures publiques constitue l'un des éléments essentiels. Le gouvernement souhaite mieux connaître l'impact des dépenses publiques sur l'emploi, leur rentabilité, non seulement en ce qui concerne la plan de relance fiscal, mais aussi les dépenses ordinaires (processus de budgétisation, investissements en infrastructures, programmes de travaux publics).

Évaluation: MCS dynamique


Sur demande du CAEM, EMP/INVEST (OIT – Genève) a procédé à une mission d'étude pour déterminer le besoin d'un outil analytique (et les options offertes) pour évaluer l'impact des investissements publics, en particulier en infrastructures, sur l'emploi, y compris en fonction des choix technologiques (intensité de main-d'œuvre).

Au cours de la mission, l'OIT a identifié les types d'outils déjà utilisés en Indonésie et, sur cette base, a élaboré une proposition concrète pour l'élaboration d'un outil analytique spécifique dans le contexte national. Des réunions ont été tenues avec divers ministères, organisations d'employeurs et de travailleurs et universités (Université de Gadjah Mada (Jogjakarta) et Université d'Indonésie (Jakarta)) dans le cadre de la mission, ainsi que deux réunions conjointes sous la direction du CAEM, avec la participation de divers ministères (Ministère des travaux publics, de la main-d'oeuvre, des finances, Bappenas) et de l'Office national des statistiques (BPS), et un outil analytique a été présenté et a fait l'objet de discussions avec les participants.

Évaluation de l'impact: MCS dynamique


Une matrice de comptabilité sociale (MCS) dynamique a été mis au point pour appuyer et renforcer les stratégies de développement nationales en analysant les effets de la planification des investissements et de l'établissement du budget national sur l'économie et, concrètement, pour examiner la relation entre les stratégies à haute intensité de main-d'œuvre et la création d'emplois et, en définitive, la réduction de la pauvreté.

Le projet, pour l'essentiel, vise à favoriser la réalisation de la priorité inscrite dans le Plan de développement à moyen terme national 2004-2009 "accroître la prospérité du peuple indonésien".

La conjugaison des expériences acquises dans les questions relatives au marché du travail et les questions sociales (pauvreté), économiques et technologiques donne un avantage comparatif fort à l'OIT pour la fourniture d'assistance technique dans ce contexte.

L'objectif du projet est de renforcer la capacité des institutions publiques, des institutions connexes et des universités à analyser, au moyen de simulations, l'éventuel impact des diverses options en matière d'investissements publics sur le marché du travail indonésien.

Cadre institutionnel et dispositions en matière de gestion


En étroite consultation avec l'OIT, le CAEM sera chargé d'établir des dispositions institutionnelles qui seront nécessaires pour élaborer la MCS dynamique. À cette fin, il est proposé que le BPS ait un rôle directeur et qu'une université spécialisée connaissant bien les modèles MCS/MGC soit impliquée comme partenaire.

Il serait possible de faire en sorte que les utilisateurs (les ministères hiérarchiques concernés) apportent leurs contributions par l'intermédiaire d'un groupe de travail. Outre le BPS, les universités spécialisées et les ministères concernés, des représentants des organisations d'employeurs et de travailleurs pourraient aussi être invités à participer au groupe de travail. Il serait préférable que la direction du groupe de travail soit assurée par un ministère appelé à utiliser intensivement la MCS pour la prise de décisions et la fourniture de conseils sur la politique à suivre. Ce ministère pourrait être considéré comme le "champion national" chargé d'obtenir l'adhésion des autorités locales et de promouvoir le développement, la mise en place et l'intégration de la MCS dynamique.

Du côté de l'OIT, le projet sera soutenu au plan technique et opérationnel par le BIT à Genève et son antenne de Jakarta.

Impact attendu


Le gouvernement aura à sa disposition un outil flexible et d'un emploi facile et il pourra l'utiliser régulièrement pour prendre des décisions efficaces sur les options qui se présentent dans le cadre du processus d'établissement du budget, du plan de développement à mi-parcours, d'initiatives spéciales (par ex., un plan de relance fiscal), etc. s'agissant de:

  • optimiser l'impact des investissements publics (ou d'autres politiques publiques, par ex., la politique industrielle, la politique agricole) et du budget national en général sur l'emploi;
  • cibler efficacement certaines catégories de travailleurs (par ex., par sexe, par groupes d'âge, par niveau de compétences);
  • cibler efficacement certains types d'emplois et certaines méthodes de production (par ex., les méthodes à haute intensité de capital par rapport aux méthodes à haute intensité de main-d'œuvre).

De ce fait, l'impact des décisions publiques sur l'emploi sera optimisé, ce qui contribuera à intégrer des sections plus importantes de la population dans l'emploi (plus) productif et contribuera donc à une croissance plus durable et plus inclusive et à la baisse de la pauvreté.
© 1996-2014 Organisation internationale du Travail (OIT) | Droit d'auteur et autorisations | Déclaration de protection de la vie privée | Déni de responsabilité