L'OIT soutient une approche de partenariat dans le secteur minier zambien pour créer des emplois et stimuler une croissance inclusive

L’exploitation minière est l’une des principales sources d’emploi formel en Zambie. L'exploitation du cuivre, par exemple, a attiré d'importants investissements étrangers et a connu une croissance soutenue au cours de la dernière décennie. Néanmoins, son potentiel pour la création indirecte d’emplois n’a pas encore été exploité. L’OIT collabore avec le gouvernement et les organisations d’employeurs et de travailleurs du pays, ainsi qu’avec la Chambre des mines et les sociétés minières pour renforcer le dialogue susceptible de déboucher sur une création plus large d’emplois et le développement des entreprises. Elle aide à identifier de nouvelles façons d’établir des liens commerciaux entre les grandes sociétés minières et les petites et moyennes entreprises (PME) locales, ce qui renforcera la capacité du secteur à créer des emplois.

Note de synthèse | 20 octobre 2020
La création d'emplois: une priorité nationale de développement

L'exploitation minière est un pilier clé de l'économie zambienne. Le secteur a constamment attiré une part importante des investissements directs étrangers (IDE), représentant 86,5% du total des IDE en Zambie en 2011. En 2012, le nombre de mineurs occupant un emploi formel dépassait 90 000, soit 8,3% du total des emplois du secteur formel dans le pays et 25 % du total des emplois dans le secteur privé. Les quatre plus grandes sociétés minières employaient à elles seules 56 300 personnes en 2012, dont 98 à 99% étaient des ressortissants zambiens. La Chambre zambienne des mines indique que 14% de la main-d'œuvre est composée de femmes.

Ces postes représentent des emplois directs dans le secteur minier. On estime généralement que chaque emploi créé par une entreprise minière génère deux à quatre emplois dans l'économie locale. La plupart des achats locaux par les sociétés minières concernent soit des services peu qualifiés (tels que les «services de camp» de nettoyage et de restauration), soit des biens importés par des sociétés locales, mais fabriqués ailleurs. Pourtant, en raison du manque de collaboration entre les secteurs public et privé, ainsi que des défis de l'environnement des affaires en Zambie, le potentiel de création d'emplois indirects n'a pas été exploité de manière significative. Par conséquent, ce type de création d'emplois reste une priorité nationale de développement.

Les entreprises multinationales (EMN) opérant dans les communautés minières hôtes peuvent apporter des retombées supplémentaires pour l'économie locale en établissant des liens commerciaux avec les entreprises locales qui aient un impact positif sur la création d'emplois et le développement des entreprises. Dans ce contexte, l'OIT joue un rôle actif en facilitant les dialogues entre les principales parties prenantes du secteur minier et en promouvant une croissance inclusive pour la réalisation en Zambie du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Une approche partenariale

S'appuyant sur les recommandations de la Déclaration de principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale de l'OIT (Déclaration sur les entreprises multinationales), l'OIT a mis en œuvre une approche à deux volets pour favoriser la création d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans le secteur minier zambien et a permis d'identifier des manières de renforcer le dialogue, d’améliorer les conditions de travail et de promouvoir les relations commerciales entre les grandes sociétés minières et les PME locales.
D'une part, elle a soutenu la création d'un Comité de Partenariat Tripartite pour le Secteur Minier (TPCM), qui fonctionne en tant que sous-comité du Conseil consultatif tripartite du travail, afin de renforcer les relations professionnelles. Le TPCM compte 21 membres permanents et a pour mandat de mettre en œuvre des mesures visant à renforcer les relations professionnelles et le respect du droit du travail dans l'ensemble du secteur. Cette initiative renforce également la capacité du gouvernement à promouvoir des relations professionnelles saines et les normes internationales du travail dans le secteur minier. Parallèlement, il a également renforcé la capacité des syndicats à mieux représenter et servir leurs membres, notamment grâce à la coopération sur le lieu de travail et à la négociation collective.

Depuis 2013, l'OIT facilite les consultations entre le gouvernement de la Zambie, les sociétés minières et les organisations d'employeurs et de travailleurs pour identifier les moyens de promouvoir efficacement la création d'emplois et le développement des entreprises dans les communautés minières du pays et, ce faisant, stimuler un développement socio-économique inclusif.

Pour soutenir le processus de dialogue et son suivi, l'OIT a commandé une série d'études pour identifier les façons dont les sociétés minières d'autres pays contribuent au développement économique local. Les études ont cherché à identifier à la fois les principales contraintes auxquelles sont confrontées les sociétés minières dans leurs efforts pour accroître l'approvisionnement local mais aussi les obstacles auxquels les PME sont confrontées pour saisir de telles opportunités dans les communautés minières hôtes. Les études ont montré, par exemple, que les EMN rencontrent souvent des difficultés pour trouver des prestataires capables de se conformer au volume et à la qualité des services requis, tandis qu'un manque de compétences financières et commerciales limite sérieusement la capacité des PME à participer aux appels d'offres et à commencer à faire des affaires avec grandes sociétés minières. Des représentants du gouvernement, des employeurs et des travailleurs se sont également rendus avec le soutien de l'OIT lors d'un voyage d'étude dans les pays miniers des Amériques (Chili et Pérou) pour apprendre de leurs expériences en matière d’alignement des opérations des sociétés minières avec le développement national et les priorités de croissance inclusive et les politiques publiques nécessaires à cet effet. L’OIT a également produit une note d’orientation sur Les pratiques commerciales inclusives dans les industries extractives africaines pour informer les parties prenantes des différentes options stratégiques pour promouvoir la création d’emplois, y compris les emplois indirects.

Les études et les conclusions du voyage d'étude tripartite ont été présentées lors d'un dialogue tripartite de haut niveau en novembre 2013, impliquant le gouvernement (ministère des Mines et ministère du Travail), des organisations d'employeurs et de travailleurs, la Chambre des Mines, des sociétés minières et des représentants des pays d'origine des sociétés minières (ambassadeurs et conseillers économiques). Les participants ont identifié la nécessité de renforcer le dialogue sectoriel et la création d'emplois grâce à l'amélioration des compétences et des liens commerciaux comme éléments clés pour accroître la contribution du secteur minier zambien au développement économique et social national.

La voie à suivre

Le secteur minier en Zambie est une source importante de création d'emplois, à la fois au sein du secteur et indirectement dans l'économie locale. Afin de tirer parti de cette capacité à multiplier le nombre d’emplois indirects, l’OIT a travaillé main dans la main avec les partenaires sociaux du pays afin de promouvoir un dialogue qui puisse traduire les paroles en actes et profite à toutes les parties concernées. Un élément clé a été d'aider à identifier de nouvelles façons de créer des liens entre les grandes sociétés minières et les petites et moyennes entreprises (PME) locales qui amélioreront leur capacité à créer des emplois. Ce dialogue a réuni le gouvernement, les organisations d’employeurs et de travailleurs, les sociétés minières et les agences de développement nationales et internationales pour examiner les moyens de renforcer les partenariats avec les EMN dans un objectif de développement durable.

Les résultats ont été l'élaboration de plans d'action à court terme pour traduire les principes de la Déclaration sur les entreprises multinationales en actes et un appel à la poursuite du dialogue national sur l'engagement des entreprises multinationales en Zambie, l'objectif ultime étant d'exploiter leur potentiel de contribution à la croissance inclusive des emplois et au développement des entreprises.