ILO Home
DCOMM: Département de la communication m
Page d'accueil photothèque 
  
DCOMM: Department of Communication
0 0   
0 0 Galerie de photosGalerie de photos
 
 

0

Galerie de photos
»Photos du Directeur général du BIT
»Recherche dans la galerie de photos
»Parcourir la galerie de photos
» par type de personne
» par mot-clé
» par pays
»Accès direct à une photo
»Contactez-nous
»Utilisation des photos
»Evénements spéciaux
»Diaporamas
  



0
English - Español  
Journée internationale de la femme, BIT Genève, le 7 mars 2008


Le rapport sur «Les Tendances mondiales de l'emploi des femmes - mars 2008», paru à l'occasion de la Journée internationale de la Femme, indique que le nombre de femmes qui travaillent a augmenté de presque 200 millions au cours de la décennie écoulée, pour atteindre 1,2 milliard en 2007, contre 1,8 milliard d'hommes. Cependant, le nombre de femmes sans emploi s'est également accru, passant de 70,2 à 81,6 millions au cours de la même période. Le BIT a célébré la Journée internationale de la Femme pour mettre l'accent sur le thème: Le travail décent pour les femmes: juste et judicieux.


Démarrer le diaporama »


Célébration de la Journée internationale de la Femme 2008 au BIT Genève, le 7 mars 2008.
De gauche à droite, MICHAELA WALSH, Fondatrice de la Women's World Banking (WWB) et première femme directrice de Merill Lynch International, RUPA MANEL SILVA, Fondatrice de la Banque des Femmes du Sri Lanka et Lauréate du Prix pour la Créativité des Femmes en Milieu rural du WWSF en 2007, JUAN SOMAVIA(au centre), Directeur Général de l'OIT, EVELYN OPUTU, Directrice générale de la Banque de l'Industrie du Nigéria et ancienne Directrice exécutive de la First Bank of Nigeria et AGNES JONGERIUS, Présidente de la Confédération des Syndicats des Pays-Bas et Vice-présidente de la Confédération Syndicale Internationale. Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la femme, BIT Genève, le 7 mars 2008
Dans son discours, le Directeur général du BIT, Juan Somavia a dit: "Au BIT, nous poursuivrons sans relâche notre lutte pour l'égalité de genre et le respect des droits des individus dans le monde du travail. Avec les gouvernements, les travailleurs et les employeurs, nous nous efforçons de promouvoir le travail décent pour les hommes et les femmes dans leur ensemble, sans distinction de sexe... En cette journée internationale de la femme, nous tenons à réaffirmer qu'en défendant les droits des femmes et en investissant dans le travail décent, nous renforçant les sociétés et faisons progresser la cause du développement social et économique pour tous". Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme 2008.
Journée internationale de la Femme 2008 - Le travail décent pour les femmes: juste et judicieux. Nombreux furent les participants: des représentants de l'ONU et des agences spcécialisés, aux ONG, en passant par les missions diplomatiques, et d'autres organisations partenaires, ainsi les autorités suisses et des membres de la communauté genevoise. Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme 2008.
MICHAELA WALSH, Fondatrice de la Women's World Banking (WWWB)et première femme directrice de Merill Lynch International. Mme Walsh se souvient encore de la manière dont certains hommes d'affaires riaient d'elle lorsqu'elle leur parlait d'allouer des microcrédits à certains foyer pour les aider à sortir de la pauvreté. «J'étais face à des banquiers qui me disaient que cela n'était pas adapté au monde bancaire, que ce ne serait jamais une affaire rentable», se souvient Mme Walsh qui a débuté sa carrière comme stagiaire chez Merrill Lynch aux Etats-Unis, avant de devenir la première femme dirigeante de la société. Elle s'est accrochée à son idée et, en 1976, elle est devenue l'un des membres fondateurs de la Women's World Banking (WWB) à New York, un programme qui alloue de petits prêts et d'autres services financiers à de modestes femmes chefs d'entreprise dans le monde entier. «C'était bien avant que quiconque parle de microfinance», ajoute Mme Walsh. Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme 2008.
Mme Walsh: Aujourd'hui, WWB et son réseau de membres prodigue soutien, conseil, formation et informations à quelque 9 milions d'entrepreneurs pauvres dans le monde, dont 70 pour cent de femmes. En outre, la microfinance se développe largement via de solides institutions. WWB est un bon exemple qui montre comment investir dans le travail décent pour les femmes n'est pas seulement juste mais aussi judicieux. Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme 2008.
Mme AGNES JONGERIUS, Présidente de la Confédération des Syndicats des Pays-Bas et Vice-présidente de la Confédération Syndicale Internationale (CSI). " Nous sommes particulièrement préoccupés par la situation des femmes sur le marché du travail à travers le monde et par la façon dont l'Agenda pour le travail décent peut améliorer cette situation (...) Une étude mondiale sur les écarts de salaires entre les hommes et les femmes a été commanditée par la CIS. Les résultats montrent qu'en moyenne, les femmes gagnent 16,5 pour cent de moins que les hommes. Ce qui me fait dire que si ce monde ne reconnaît pas la valeur du travail des femme, pas plus qu'il ne reconnaît le travail des femmes diplômées ni des femmes expérimentées aux brillants états de service, Elles feraient aussi bien de s'arrêter de travailler.". Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme 2008
"Ma mère a dû quitter son emploi le jour de son mariage. C'était la loi à cette époque", a dit Agnes JONGERIUS. "Mais elle, et plusieurs autres femmes comme elle, ont tracé un chemin pour que ma génération de femmes puisse avancer...et travailler avec passion et plaisir pour accomplir et atteindre l'objectif dans lequel nous croyons". "Il reste encore du chemin. Les femmes représentent la moitié de la population mondiale, mais c'est un monde d'hommes... Nous connaissons les données du problème et nous savons comment les changer. Il s'agit désormais de volonté politique. Je m'engage dans cette cause. Vous pouvez et pourrez toujours compter sur moi.". Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme 2008.
EVELYN OPUTU, Directrice générale de la Banque de l'Industrie du Nigéria et ancienne Directrice exécutive de la First Bank of Nigeria. "J'ai eu de la chance. Dans une société où, traditionnellement, les filles ne suivaient pas le chemin de l'éducation mais la route du mariage, mon père pensait autrement. Il a toujours traité ses enfants, fille ou garçon, sur un pied d'égalité et nous a donné la meilleure éducation possible, sans toutefois mettre la pression sur celles qui auraient voulu suivre la voie de tradition". Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la femme, BIT Genève, le 7 mars 2008
Depuis que Mme Oputu a pris ses fonctions fin décembre 2005, la Banque de l'Industrie du Nigéria s'est lancée dans un certain nombre d'initiatives destinées à aider à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement au Nigeria. Le portefeuille d'investissement de la banque s'est donc développé principalement en faveur des petites et moyennes entreprises compte tenu des effets multiplicateurs plus élevés qu'elles génèrent par unité d'investissement. Un département a également été établi pour répondre spécifiquement aux besoins des femmes entrepreneurs. Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la Femme, mars 2008.
RUPA MANEL SILVA, Fondatrice de la Banque des Femmes du Sri Lanka et Lauréate du Prix pour la Créativité des Femmes en Milieu rural du WWSF en 2007. Elle est née à la campagne dans une famille dont les parents rêvaient d'envoyer leur cinq fils et filles à l'université. Mais le décès du père a ruiné ces rêves et plongé la famille dans une situation financière très critique. «Ma mère a pensé que nous marier serait un moyen d'améliorer notre situation. J'ai reçu une demande en mariage de Colombo. Je me suis mariée en 1978 et suis partie m'installer dans la capitale. J'avais 19 ans à cette époque», se souvient Mme Silva. «Quand une femme n'a pas d'autre perspective sociale que des relations de voisinage, elle est immanquablement confinée dans sa cuisine», ajoute Mme Silva qui, en dépit de ces contraintes, a commencé à collaborer avec l'Autorité nationale de développement du logement (NHDA) afin de mener des projets de développement locaux. Ses talents de meneuse ont vite été remarqués, elle a été encouragée à mettre en place une petite équipe pour aider les femmes à gérer l'argent du foyer, un type d'organisation qui existait déjà au Sri Lanka. Photo:BIT/Crozet M.
Journée internationale de la femme, BIT Genève, 2008
L'emploi peut prendre des formes diverses, mais comme aime à le souligner Mme Silva, «si les femmes sont traitées équitablement et avec respect et qu'on leur offre une chance de prendre des décisions et d'être responsables de leurs actions, alors le travail décent devient une réalité». Photo:BIT/Crozet M.

  
  
Copyright          
  
^ haut de page 
  
Dernière mise à jour: mercredi - 18 septembre 2019