ILO Home
Go to the home page
Site map | Contact us English | Español
view in a printer-friendly format »

Maladies de l'oeil et atteintes visuelles - 225 saisies trouvées

Vos critères de recherche sont

  • Maladies de l'oeil et atteintes visuelles

1973

CIS 75-392 Bailey I.L.
Examens de la vue dans l'industrie: objectifs et méthodes
Vision screening in industry: Objectives and methods. [en anglais]
Il est difficile d'analyser les rapports qui existent entre les aptitudes visuelles et la compétence au travail. Il faudrait tout d'abord définir les tâches visuelles de chaque travail et évaluer l'importance des paramètres visuels. La vue peut être examinée par une méthode clinique modifiée ou au moyen d'un appareillage spécialisé. Description de plusieurs appareils qui présentent l'avantage de pouvoir être manipulés par des techniciens sans qualifications particulières. L'auteur préconise une méthode clinique modifiée pour les travaux qui sollicitent fortement la vue.
Dans: Vision and its protection. Australian Optometrical Publishing Company, 24 Nithsdale Street, Sydney, Australie, 1973, p.123-138. Illus. 18 réf.

CIS 75-391 Bailey I.L.
La sénescence de l'¿il
The ageing eye. [en anglais]
L'auteur évoque les modifications courantes que l'âge entraîne pour la vue, sous les rubriques suivantes: altérations de la réfraction, modifications dues aux maladies de l'¿il, modifications des seuils de perception visuelle, d'acuité visuelle et de perception des couleurs. Il conclut qu'une attention particulière est nécessaire pour conserver une bonne performance visuelle au-delà de 40 ans. Les modifications de la réfraction imposent les verres de lecture; pour le travail à certains postes, des verres de moyenne distance ou à triple foyer sont essentiels. Les verres doivent être changés régulièrement car une affection oculaire peut entraîner un déficit visuel permanent, et il est conseillé de se soumettre à des contrôles réguliers de la vue. Il convient d'étudier soigneusement l'éclairage pour les personnes âgées et d'éliminer les sources éventuelles d'éblouissement.
Dans: Vision and its protection. Australian Optometrical Publishing Company, 24 Nithsdale Street, Sydney, 1973, p.44-50. Illus. 8 réf.

CIS 75-390 Cole B.L.
Le handicap des anomalies de la perception des couleurs
The handicap of abnormal colour vision. [en anglais]
Bien que l'achromatopsie totale (monochromie) soit très rare, environ 8 travailleurs sur 100 et 4 travailleuses sur 1.000 ont une perception anormale des couleurs. Description et classification des divers types de déficience de la perception des couleurs. Les opérations qui nécessitent le discernement des couleurs sont réparties en 4 catégories: celles qui nécessitent une appréciation comparative, celles qui nécessitent une appréciation cognitive, celles qui nécessitent une appréciation distinctive et celles qui nécessitent un jugement esthétique. L'auteur formule, relativement à chacune de ces catégories, des recommandations pour l'emploi des personnes qui présentent une déficience de la perception des couleurs.
Dans: Vision and its protection. Australian Optometrical Publishing Company, 24 Nithsdale Street, Sydney, 1973, p.37-43. 20 réf.

CIS 75-389 Johnston A.W.
Les troubles courants de la vue: Leur incidence sur la performance
The common visual disorders: Their effect on job performance. [en anglais]
Les troubles de la vue se répartissent en 2 catégories principales: les amétropies et les anomalies de la vision binoculaire. Les amétropies ou troubles de la réfraction sont les anomalies des éléments focalisateurs de l'¿il, et elles comprennent le groupe le plus important des troubles courants de la vue. La myopie, l'hypermétropie, l'astigmatisme et la presbytie appartiennent à cette catégorie. Commentaires sur ces troubles en relation avec la performance et indication des méthodes correctives. Exposé des anomalies binoculaires et évaluation des problèmes et des aptitudes des borgnes. Explication des rapports entre l'acuité visuelle et l'éclairement, notamment pour l'¿il amétrope; importance de l'utilisation d'auxiliaires optiques grossissants.
Dans: Vision and its protection. Australian Optometrical Publishing Company, 24 Nithsdale Street, Sydney, 1973, p.23-36. Illus. 18 réf.

CIS 75-387 Wigglesworth E.C., Cole B.L.
La vue et sa protection
Vision and its protection. [en anglais]
Communications présentées aux colloques tenus à Melbourne (1-2 juin 1972) et à Adélaïde (21-22 août 1973) sous les auspices du Collège victorien d'optométrie de l'Université de Melbourne et de l'Association australienne des ingénieurs de sécurité. Objectif de cette publication: aider les préposés à la sécurité et les ingénieurs de sécurité, le personnel médical de l'industrie, les concepteurs d'équipement et les cadres dirigeants. Exposé systématique des facteurs visuels qui interviennent dans les opérations industrielles et des moyens de protection de la vue. Chaque communication comporte une introduction simple qui n'exige aucune connaissance spécialisée, suivie de développements plus scientifiques à l'intention des optométristes et des ophtalmologues.
Australian Optometrical Publishing Company, 24 Nithsdale Street, Sydney, 1973. 143p. 119 réf. Prix: $-aus.8,00.

CIS 74-1269 Medvedovskaja C.P., Parljuk A.F.
Etat fonctionnel de l'analyseur visuel des personnes exposées aux vibrations basse fréquence sous forme de secousses
O funkcional'nom sostojanii zritel'nogo analizatora u lic, podvergajuščihsja vozdejstviju obščej nizkočastotnoj tolčkoobraznoj vibracii [en russe]
Résultats d'examens ophtalmologiques effectués sur 84 pontonniers exposés aux secousses résultant de la manoeuvre des ponts roulants: modifications angiodystoniques au niveau des vaisseaux rétiniens et légère diminution du champ visuel par rapport à un groupe témoin; seuil de la sensibilité à la lumière et aux couleurs de 50% plus élevé que chez les témoins. Ces troubles reflètent les perturbations de l'hémodynamique cérébrale. Les auteurs soulignent la nécessité de soumettre à des examens ophtalmologiques tous les travailleurs exposés aux vibrations et aux secousses.
Gigiena i sanitarija, nov. 1973, n°11, p.42-46. 10 réf.

CIS 74-717 Gibson G.L.M.
Lésions rétiniennes par exposition répétée au faisceau d'un photocoagulateur à laser à rubis, à dose inférieure au seuil admissible
Retinal damage from repeated subthreshold exposures using a ruby laser photocoagulator. [en anglais]
Un photocoagulateur à laser à rubis a été utilisé pour soumettre la rétine de singes à une exposition unique et à des expositions répétées au faisceau utile, à dose inférieure au seuil admissible. L'exposition unique n'a pas produit d'altération microscopique lorsque les animaux ont été sacrifiés entre 1 et 30 jours après l'exposition. L'exposition répétée à la même densité d'énergie a provoqué invariablement des lésions caractéristiques au niveau des couches externes de la rétine. Ces effets cumulatifs sont analogues - mais plus étendus - aux lésions minimales produites par une exposition unique à dose supérieure au seuil admissible. L'auteur conclut que chaque exposition à une dose inférieure au seuil doit accroître la sensibilité rétinienne à l'exposition ultérieure. D'autres recherches seront nécessaires pour déterminer le délai de sécurité à respecter entre les périodes d'exposition à dose inférieure au seuil pour prévenir les effets cumulatifs.
Aerospace Medicine, avr. 1973, vol.44, n°4, p.433-437. Illus. 9 réf.

CIS 74-715 Ebbers R.W., Dunsky I.L.
Seuils lésionnels à la rétine des lasers relaxés
Retinal damage thresholds for multiple pulse lasers. [en anglais]
Un laser déclenché au néodyme, susceptible d'être utilisé en régime relaxé, a été utilisé pour déterminer le seuil lésionnel à la rétine sur l'oeil de 100 singes rhesus. Les irradiations ont été pratiquées sous impulsions laser répétées et sous une impulsion unique. Les données recueillies n'ont pas fait apparaître de différence significative entre la DE50 (dose effective 50) en impulsion unique et la DE50 pour l'énergie d'impulsion maximale de l'un quelconque des trains d'impulsions. Il n'a donc pas été possible de faire la démonstration d'un effet cumulatif dans les conditions de l'expérience. L'étude ne revêt qu'un caractère préliminaire, le nombre des variables expérimentales ayant été limité et une seule longueur d'onde (1060 nm) ayant été expérimentée.
Aerospace Medicine, mars 1973, vol.44, n°3, p.317-318. 10 réf.

CIS 74-714 Beatrice E.S., Frisch G.D.
Les seuils de l'atteinte rétinienne par laser en tant que fonction du diamètre de l'image
Retinal laser damage thresholds as a function of image diameter. [en anglais]
Les auteurs ont exposé les yeux de singes rhésus au rayonnement d'un laser à l'argon (514,5 nm) et à rubis (694,3 nm), recourant à plusieurs diamètres d'image rétinienne qu'ils ont évalués par des techniques microphotométriques. Les localisations d'exposition rétinienne extramaculaire ont fait l'objet d'examens ophtalmoscopiques et histopathologiques. L'article rend compte de l'analyse statistique des données recueillies et des tendances ainsi dégagées et compare les résultats obtenus pour les longueurs d'onde de l'expérience. Il ressort de cette étude que l'atteinte rétinienne dépend avant tout de la distribution de l'énergie en fonction du diamètre de l'image et de la durée d'exposition.
Archives of Environmental Health, nov. 1973, vol.27, n°5, p.322-326. Illus. 10 réf.

CIS 74-722 Lovejoy H.B., Berry J., Bell Z.G.
Evaluations de l'exposition au mercure et corrélation avec les taux de mercure urinaire - 5. L'hydrargyrose du cristallin parmi des travailleurs de la production de chlore par électrolyse au mercure
Mercury exposure evaluations and their correlation with urine mercury excretions - 5. Occurrence of mercurialentis among mercury chlor-alkali workers. [en anglais]
Bien que des cas d'hydrargyrose du cristallin (état pathologique irréversible d'imprégnation du cristallin par le mercure) consécutive à l'exposition aux vapeurs de mercure aient été rapportés chez l'homme et chez le singe, l'examen approfondi des yeux de 68 travailleurs de l'électrolyse au mercure, appartenant à deux fabriques de chlore, a été totalement négatif. Seul un travailleur dans une entreprise où le taux urinaire de mercure avait atteint occasionnellement 1,0 mg/l présentait d'autres symptômes au niveau des yeux qui suggéraient une hydrargyrie clinique précoce. Les auteurs recommandent néanmoins d'inclure l'examen ophtalmologique de routine dans tout programme de surveillance médicale des travailleurs exposés au mercure.
Journal of Occupational Medicine, août 1973, vol.15, n°8, p.647-648. 10 réf.

CIS 74-133 Mouton-Liger J.
Ophtalmopathies - Influences physiologiques et pathologiques des rayonnements et vibrations sur l'oeil et la fonction visuelle.
L'auteur étudie brièvement les effets traumatisants sur l'oeil des principaux rayonnements ainsi que des vibrations acoustiques, en signalant les professions les plus exposées. Il passe successivement en revue les ondes électromagnétiques (ondes courtes et radars), les infrarouges, les ondes du spectre visible, les ultraviolets, les rayons X, les lasers et les vibrations sonores, les infrasons et les ultrasons. Plus les ondes sont courtes, plus elles sont pénétrantes et nocives. Les ondes calorifiques, électriques et sonores ont une action plus marquée sur la fonction visuelle que les ondes lumineuses, les ultraviolets, les rayons X, etc., qui sont plus traumatisants localement.
Médecine et collectivité, juil.-août 1973, n°7-8, p.7-14. Illus. 11 réf.

CIS 74-127 Pitts D.G.
Le spectre d'action des ultraviolets sur l'oeil et les critères de protection
The ocular ultraviolet action spectrum and protection criteria. [en anglais]
Des yeux humains ont été exposés à une énergie rayonnante UV dans la plage de 220-310 nm et par échelons de 10 nm, et les spectres d'action ont été comparés avec ceux qui avaient été antérieurement établis pour le lapin et le singe. Le spectre d'action de l'ultraviolet chez l'homme se situe entre 220 et 310 nm. L'auteur a également déterminé les seuils d'apparition de la photokératite dans cette plage de longueur d'onde. La longueur d'onde de 270 nm s'est révélée à cet égard comme la plus dangereuse, le seuil correspondant étant de 4,0 J/cm2. L'auteur propose des formules pour le calcul des critères de sécurité vis-à-vis du rayonnement ultraviolet.
Health Physics, déc. 1973, vol.25, n°6, p.559-566. Illus. 20 réf.

1972

CIS 74-1302 Odland L.T.
Observations concernant les risques d'exposition du personnel des forces aériennes américaines aux ondes micrométriques
Observations on microwave hazards to USAF personnel. [en anglais]
Etude bibliographique des risques associés aux ondes micrométriques, et notamment du risque de cataracte. Il ressort de cette étude que la valeur-seuil d'exposition de 10 mW/cm2 adoptée aux Etats-Unis est sans danger, encore que l'apparition de la cataracte doive être considérée comme un indice secondaire d'évaluation de la valeur-seuil; en effet, des troubles temporaires de la fonction testiculaire peuvent se manifester à des niveaux de puissance inférieurs à ceux qui provoquent la manifestation oculaire.
Journal of Occupational Medicine, juil. 1972, vol.14, n°7, p.544-547. Illus. 17 réf.

CIS 74-1296 Appleton B., McCrossan G.C.
Atteinte du cristallin par les micro-ondes chez l'homme
Microwave lens effects in humans. [en anglais]
Tous les membres d'un groupe de personnes qui, par leur activité professionnelle et par leur ancienneté dans cette activité, étaient présumés soumis à une exposition aux micro-ondes aux valeurs élevées de densité d'énergie que l'on rencontre en zone d'opérations militaires, ont fait l'objet d'un examen biomicroscopique du cristallin. Par ailleurs, 135 témoins non exposés ont également été examinés sans que les consultants aient connaissance des antécédents d'exposition des personnes de l'un ou de l'autre groupe. Les manifestations objectives de l'anomalie du cristallin ayant été enregistrées, une comparaison statistique a été faite entre les 2 groupes. Cette comparaison montre que les 2 groupes sont essentiellement identiques et ne corrobore pas l'hypothèse suivant laquelle l'exposition chronique aux micro-ondes provoque la cataracte chez l'homme.
Archives of Ophthalmology, sept. 1972, vol.88, n°3, p.259-262. 10 réf.

CIS 74-31 Long J.C.
Cataracte causée par une commotion ou un arc électrique
Cataract due to electric shock or arc. [en anglais]
Le choc électrique est une cause certaine de cataracte, mais dans certaines conditions bien définies. Description de ces conditions.
Journal of the American Medical Association, 14 août 1972, vol.221, n°7, p.721. 6 réf.

CIS 72-2603 Warner H.D., Heimstra N.W.
Influence de l'intensité sonore sur la performance visuelle de repérage
Effects of noise intensity on visual target-detection performance [en anglais]
L'influence de l'intensité sonore (mesurée à 4 niveaux différents de bruit blanc: 0, 80, 90 et 100dB) sur la tâche visuelle de repérage a été étudiée chez 20 sujets. Les variables liées à la tâche de repérage étaient les niveaux de difficulté d'interprétation et d'emplacement (central ou périphérique) de la cible. Les auteurs ont enregistré les temps et les erreurs de repérage. Commentaire des résultats qui indiquent que l'intensité sonore et les difficultés inhérentes à la présentation de la cible sont interdépendantes dans une mesure significative au regard de la vitesse de repérage, mais pas des erreurs de repérage. Certaines ambiances sonores stimulaient la performance, mais seulement avec les tâches les plus complexes.
Human Factors, avr. 1972, vol.14, n°2, p.181-185. Illus. 5 réf.

CIS 72-2196 Zoz N.I.
Problèmes d'hygiène visuelle associés à l'utilisation de microscopes
Nekotorye voprosy gigieny zrenija pri rabote s mikroskopami [en russe]
Enquête sur le travail au microscope et sur les conditions d'éclairement dans les opérations de montage de haute précision faisant intervenir cet instrument. Des examens de l'oeil et de diverses fonctions physiologiques de l'analyseur visuel, pratiqués au cours du travail, sur 593 travailleurs utilisant un microscope, ont révélé des altération d'une série de fonctions (diminution du sens chromatique et de l'acuité stéréoscopique, affaiblissement des adducteurs et renforcement des abducteurs), qui traduisaient une fatigue visuelle prononcée. Les altérations les plus marquées ont été observées chez les hypermétropes et les astigmates, alors que les sujets les moins affectés étaient ceux qui travaillaient à la fois au microscope et à l'oeil nu. Mesures recommandées: réduction de la durée de travail au microscope, examens médicaux d'embauchage et périodiques.
Gigiena truda i professional'nye zabolevanija, fév. 1972, vol.16, n°2, p.5-9. Illus. 2 réf.

CIS 72-2736 Bagelmann E.
Problèmes de médecine du travail associés aux rayons de laser
Arbeitsmedizinische Aspekte der Laserstrahlung [en allemand]
Revue des effets oculaires de faisceaux de laser au CO2, et des résultats d'expériences sur l'animal. Tout faisceau, aussi friable soit-il, émis par une installation laser au CO2, est dangereux pour la cornée. Les cicatrices et les taches formées déterminent inévitablement un affaiblissement de l'acuité visuelle. L'auteur souligne l'intérêt d'un contrôle médical général et d'examens ophtalmologiques avant l'affectation à un emploi comportant un risque d'exposition aux rayons laser.
Homburg-Informationen für den Werksarzt, 1972, vol.19, n°4, p.98-104. 2 réf.

CIS 73-261 Stockhausen M., Walther G., Hochgesand P.
Problème de l'énergie minimale à partir de laquelle de courtes impulsions de faisceau laser peuvent provoquer des lésions oculaires
Zur Frage der Schwellenergie für Augenschädigungen durch kurze Laserimpulse [en allemand]
Evaluation, au moyen de modèles thermophysiques, des lésions de la rétine dues à la chaleur dégagée par des impulsions de faisceau laser. A une impulsion d'une durée de 50ns correspond une énergie minimale de l'ordre de 1µJ. Cette valeur, calculée par une méthode théorique, concorde de manière frappante avec les résultats d'examens cliniques du fond de l'¿il sur le lapin (laser à rubis, 50ns), de sorte que l'on peut admettre que la lésion est essentiellement imputable à une transformation du rayonnement en énergie thermique.
Internationales Archiv für Arbeitsmedizin - International Archives of Occupational Health, 1 août l972, vol.29, n°4, p.340-346. Illus. 4 réf.

CIS 73-461 Moeller W.
Examens ophtalmologiques collectifs de travailleurs exposés à certaines amines aliphatiques et au diméthylformamide et conclusions pour les examens futurs
Untersuchungen chronisch Amin- und Dimethyl-Formamid-Exponierter und sich daraus ergebende Konsequenzen für augenärztliche Reihenuntersuchungen [en allemand]
Compte rendu d'examens ophtalmologiques collectifs (interrogatoires, examens de la vue, examens à la lampe à fente, ophtalmoscopie, détermination du champ visuel central et périphérique) auxquels ont été soumises des personnes exposées en permanence aux substances suivantes: monométhylamine, diméthylamine, triméthylamine et diméthylformamide. Ces examens n'ont révélé aucune altération de l'organe de la vue qui pût être imputée avec certitude à l'action de ces substances. Expérience acquise à l'occasion de ces examens et propositions d'amélioration.
Zeitschrift für die gesamte Hygiene und ihre Grenzgebiete, mai 1972, vol.18, n°5, p.332-335. Illus. 23 réf.

1971

CIS 74-470 Gehring P.J.
Le pouvoir cataractogène des agents chimiques
The cataractogenic activity of chemical agents. [en anglais]
Etude détaillée d'un certain nombre de médicaments et de produits chimiques cataractogènes. Le sujet n'ayant pas jusqu'ici retenu particulièrement l'attention, rares sont les toxicologues qui sont familiarisés avec l'anatomie, la physiologie, la chimie et la fonction du cristallin, sujets auxquels l'auteur consacre son introduction. Considérations sur les méthodes qui permettent de prévoir les propriétés cataractogènes d'un produit chimique pour l'homme compte tenu de certains facteurs compliquants tels que les réponses différentes, suivant les espèces des animaux d'expérience, aux agents cataractogènes; la fréquence élevée de cataracte spontanée qui caractérise certaines espèces ou certaines lignées; la propriété de certains corps chimiques de n'être cataractogènes que sous rayonnement solaire; la présence de causes concomitantes de cataracte.
Critical Reviews in Toxicology, sept. 1971, vol.1, n°1, p.93-118. Illus. 224 réf.

CIS 72-2370 Hassman P., Juran J.
La cataracte des travailleurs en contact avec le trinitrotoluène
Trinitrotoluol-Star [en allemand]
Après un rappel bibliographique, les auteurs font part des résultats d'examens ophtalmologiques qui ont porté sur 76 travailleurs d'une fabrique d'explosifs exposés au TNT pur (âge moyen 42,6 ans; durée moyenne d'exposition 5,4 ans) et sur 58 travailleurs en contact avec des mélanges de 19% de TNT et de 81% de nitrate d'ammonium (âge moyen 40,5 ans, durée moyenne d'exposition 8 ans). Dans le premier cas, ils ont diagnostiqué une cataracte chez 31 sujets (40,8%) et, dans le second cas, chez 19 sujets (32,8%). Ni l'écart relevé dans le nombre de cas de cataracte, ni l'âge moyen d'apparition de la cataracte ne sont statistiquement significatifs.
Sborník vědeckých práci, 1971, vol.14, n°2, p.261-274. Illus. 25 réf.

CIS 72-1935 Hager G., Pagel S., Broschmann D.
Cataracte due à la chaleur chez les chauffeurs de locomotives
Feuerstar bei Lokomotivheizern [en allemand]
Compte rendu d'une étude comparative de l'exposition aux rayons infrarouges chez des chauffeurs de locomotive et chez des verriers. Les résultats de cette étude montrent que le charbon ardent et le verre liquide émettent des rayons infrarouges de même intensité dans la longueur d'onde de 800 à 1.400nm nocive pour le cristallin. Les auteurs en concluent qu'une cataracte contractée par un chauffeur de locomotive peut être déclarée maladie professionnelle si l'observation de symptômes cliniques correspondants est assortie de la preuve d'une exposition professionnelle au rayonnement infrarouge. Discussion de certains cas de cataracte dus à la chaleur chez des chauffeurs de locomotive présentant des antécédents d'exposition de plus ou moins longue durée.
Verkehrsmedizin und ihre Grenzgebiete, oct. 1971, vol.18, n°10, p.443-449. Illus. 39 réf.

CIS 73-11 Mautner W.J.
Effets du laser sur l'¿il: la lésion rétinienne subvisible
Laser eye effects: The subvisible retinal lesion [en anglais]
Compte rendu de recherches effectuées sur le lapin et qui avaient pour objet d'étudier les effets du rayonnement du laser hélium-néon et du laser YAG (yttrium-aluminium-grenat) sur la rétine, à des doses suffisantes pour pertuber la fonction rétinienne mais insuffisantes pour déterminer des lésions pathologiques importantes (observables à l'ophtalmoscope). L'auteur a recouru à cette fin à l'électroencéphalographie, au microscope optique, au microscope électronique et à l'autoradiographie. L'existence de lésions "subvisibles" a été établie pour des doses de rayonnement inférieures de moitié du seuil d'exposition des lésions "visibles". L'exposition au laser-YAG a produit une élévation inattendue et inexpliquée de l'amplitude et de la durée des potentiels électroencéphalographiques. Les lésions subvisibles semblent réversibles.
National Technical Information Service, Springfield, VA 22151, USA, 14 juil. 1971. 82p. Illus. 8 réf.

CIS 73-8 Yanoff M.
Histopathologie des lésions rétiniennes induites par le laser à argon
Histopathology of argon laser-induced retinal lesions [en anglais]
Compte rendu d'expériences conduites sur le hibou et le singe rhésus en vue de déterminer les effets biologiques du laser à argon (et à rubis) sur les zones de la rétine non irriguées par de gros vaisseaux sanguins. C'est la couche pigmentaire qui s'est révélée la zone la plus sensible de la rétine lors d'une exposition à des faisceaux de laser d'énergie égale à la valeur-seuil; venaient ensuite la couche des cônes et des bâtonnets et la couche granuleuse externe. Les couches internes de la rétine semblaient relativement insensibles aux rayonnements laser d'énergie égale à la valeur-seuil.
National Technical Information Service, Springfield, VA 22151, USA, août 1971. Rapport n°2. 7p. 15 réf.

< précédent | 1, 2, 3, 4, 5