Service du VIH/sida dans le monde du travail (ILOAIDS)

Actualités

  1. Actualité

    Améliorer l’accès au dépistage du VIH et à la protection sociale pour les travailleurs de l’économie informelle au Kenya

    19 juillet 2017

    La prévalence du VIH au Kenya est de 5,9%. La tranche d’âge 15-49 ans présente le nombre d’infections le plus élevé. La prévalence chez les femmes (6,5%) est supérieure que chez les hommes (4,7%). Une personne séropositive sur 5 se trouve être une jeune femme (15-24 ans).

  2. Actualité

    Les syndicats guident l’initiative VCT@WORK en Ukraine

    19 juillet 2017

    L’Ukraine est l’un des pays d’Europe où l'infection par le VIH progresse le plus rapidement. En 2015, la prévalence du VIH de la population adulte est de 0.9%. Ce sont les jeunes, ainsi que les personnes en âge de travailler qui sont le plus touchés. Seulement 54% des personnes qui vivent avec le VIH connaissent leur statut.

  3. © UNICEF Ethiopia 2017

    Journée mondiale de lutte contre le sida 2016

    L’emploi: un volet essentiel de l’approche du VIH fondée sur le cycle de la vie

    1 décembre 2016

    «Le sida est loin d’avoir disparu. Avec la ligne d’arrivée en point de mire, nous devons appuyer sur l’accélérateur et renforcer le rôle du monde du travail en tant que volet stratégique de l’approche du VIH fondée sur le cycle de la vie», déclare Guy Ryder, Directeur général de l'OIT.

  4. Prévention du VIH

    Viet Nam: Les mauvaises conditions de travail prédominent dans la prostitution

    16 septembre 2016

    Une nouvelle étude de l’OIT montre que la plupart des travailleurs du sexe ont commencé à exercer volontairement cette activité sans pouvoir maîtriser les conséquences sur la sécurité et la santé au travail.

  5. Conférence internationale sur le SIDA

    5 millions de travailleurs sensibilisés au dépistage du VIH via leur lieu de travail

    13 juillet 2016

    La phase initiale de conseil et dépistage volontaires pour les travailleurs – l’Initiative VCT@WORK – présente des résultats encourageants et démontre que les lieux de travail occupent une place «unique» pour pallier le manque de dépistage du VIH.