Mobilisation sociale pour réduire la discrimination dans l’emploi liée au VIH au Burkina Faso

Article | 14 octobre 2011

Burkina Faso - Mars 2010

Diner JMS Ouaga 2000_30_11_2009 089

Conception et méthodes d’analyse

Une étude des connaissances, des attitudes et des pratiques menée par l’OIT en 2006 a montré que 14,6 % des 407 travailleurs interrogés pensaient que les travailleurs séropositifs se verraient refuser des opportunités et des avantages professionnels sur le lieu de travail.

En partenariat avec le Département du travail des Etats-Unis, le projet a été lancé sur 16 lieux de travail et incluait un groupe de travailleurs de l’économie informelle. En 2008, avec le soutien du PEPFAR, le projet a été étendu à 11 lieux de travail supplémentaires. Il s’est adjoint la collaboration de la célèbre chanteuse Pyanne Djiré, qui a révélé sa séropositivité, pour aborder les questions de la stigmatisation et de la discrimination avec les dirigeants d’entreprise et les travailleurs. Parallèlement, l’équipe du projet travaille avec le ministère du Travail et les organisations d’employeurs et de travailleurs pour renforcer les capacités à traiter les questions liées au VIH et consolider le cadre législatif et politique national.

Résultats

En 2006, le ministère du Travail ainsi que les organisations d’employeurs et de travailleurs ont signé une déclaration tripartite sur le VIH/sida et le monde du travail.

Chaque lieu de travail partenaire du projet a créé un comité VIH associant les travailleurs et la direction. Au total, 14 lieux ont déjà adopté une politique sur le VIH comportant une clause de non-discrimination et 13 autres sont sur le point de le faire. Une enquête de suivi a été menée en avril 2009 pour évaluer l’impact sur les travailleurs des interventions sur le lieu de travail.

Le projet de l’OIT a facilité la création d’une coalition nationale et assuré la participation des syndicats et des PVVIH, qui apportent un éclairage particulier sur les questions liées à la stigmatisation et à la discrimination.

Conclusions et recommandations

Le renforcement du cadre politique national concernant la discrimination dans l’emploi a adressé un signal clair aux travailleurs et aux dirigeants d’entreprise. La déclaration tripartite a joué un rôle de sensibilisation important pour soutenir le développement de politiques sur le VIH/sida sur le lieu de travail, la mise en œuvre de programmes sur le lieu de travail et le recrutement de nouvelles entreprises partenaires. Avec l’appui de l’OIT et de l’ONUSIDA, les parties prenantes nationales élaborent actuellement une politique nationale pour appliquer la déclaration. Courant 2009, une commission tripartite nationale permanente sur le VIH/sida et le monde du travail a été créée pour remplacer le Conseil consultatif du projet tripartite.

David Guire, point focal VIH/sida pour le Burkina Faso, OIT, guiredavid@yahoo.fr
Somkinda Traore, Ministère du Travail et de la Sécurité sociale et cadre tripartite de lutte contre le VIH et le sida et la tuberculose en milieu de travail, som_kinda@yahoo.fr
Sagon Tole, Confédération générale du travail du Burkina, cgt_b@fasonet.bf
Jacques Ouadaogo, Conseil national du patronat burkinabè, cnpb@fasonet.bf