Quel est l’apport réel des entreprises à la réponse au VIH? Quantification des contributions en nature et financières du secteur privé

Article | 14 octobre 2011

Contexte

La contribution du secteur privé aux réponses nationales au sida n’est pas toujours bien documentée, en particulier concernant les contributions en nature. La plupart des exemples de partenariats public-privé impliquent de grandes entreprises et des financements considérables dédiés à des projets en dehors du lieu de travail. Ils ne rendent compte que d’une partie de l’action des entreprises et sous-estiment souvent la contribution des PME aux politiques et aux programmes sur le VIH sur les lieux de travail.

Description

Le programme SHARE (Stratégies en entreprises en réponse au VIH/sida) de l’Organisation internationale du Travail a travaillé avec près de 700 entreprises dans 24 pays, les aidant à:

  • nommer et soutenir un point focal VIH/sida;
  • instituer un comité VIH/sida sur le lieu de travail;
  • élaborer et mettre en œuvre une politique et un programme sur le VIH/sida; et
  • autoriser les pairs-éducateurs à mener leurs activités pendant les heures de travail.

Ce programme renforce les capacités dans les entreprises en formant le point focal, le comité et les pairs-éducateurs. Il a apporté une assistance technique pour l’élaboration de la politique et du programme, notamment en fournissant une partie du matériel de communication personnalisé.

Les activités se déroulaient pendant le temps de travail des employés et utilisaient les ressources des entreprises comme leurs salles de conférence et autres équipements. Ces apports n’étant pas faciles à quantifier, SHARE a mis au point un questionnaire destiné à un panel d’entreprises partenaires pour recenser leurs contributions.

Enseignements

Les conclusions préliminaires montrent que dans la plupart des cas, les contributions en nature et financières des entreprises partenaires couvrent les besoins de financement pour le renforcement des capacités et l’assistance technique. Qui plus est, l’adhésion des entreprises rend le projet moins dépendant de financements externes et contribue à assurer sa viabilité.

Etapes suivantes

Le questionnaire et les résultats de l’enquête seront diffusés en tant qu’outil pour aider les entreprises à documenter leur contribution à la réponse au sida et comme base pour les activités de sensibilisation, la mobilisation des ressources et une meilleure planification.

Josée Laporte, spécialiste principale des programmes et des opérations pour le programme de l’OIT sur le VIH/sida, OIT laporte@ilo.org
Kofi Amekudzi, spécialiste technique du VIH/sida, OIT, amekudzi@ilo.org
Oluremi Doherty, spécialiste technique du VIH/sida, OIT, doherty@ilo.org
Zainab Soomar, spécialiste technique du VIH/sida, OIT