Renforcement des capacités des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en vue d’activités de sensibilisation sur le lieu de travail – Expériences de l’Inde

Article | 14 octobre 2011

Inde – Août 2008

Contexte

L’implication des PVVIH dans la riposte à l’épidémie est un impératif. Plusieurs organisations forment ces personnes en tant qu’intervenants séropositifs. Cependant, les actions visant à renforcer les capacités des PVVIH pour qu’elles puissent mener des activités de sensibilisation adaptées aux divers secteurs sont limitées. L’Organisation internationale du Travail (OIT) joue un rôle moteur en Inde sur ce terrain.

Description

L’OIT a travaillé en partenariat avec le Réseau indien des personnes vivant avec le VIH/sida (INP+) dont elle a renforcé les capacités de sensibilisation sur le lieu de travail sur la base de deux principes:

  • toute personne devrait être autorisée à travailler ou à gagner sa vie tant qu’elle est en état de le faire; et
  • pour les PVVIH, le droit au travail est aussi important que le droit au traitement.

L’OIT a conçu le plan de formation, élaboré le matériel didactique pour les PVVIH et conduit des programmes de formation de trois jours. La formation incluait une présentation du concept de sensibilisation sur le lieu de travail, l’élaboration de messages pour des publics spécifiques, des enregistrements vidéo et des discussions axées sur des simulations de séances de sensibilisation, ainsi que de véritables séances de sensibilisation avec des employeurs, des syndicats et des représentants du ministère du Travail.

Au total, 120 PVVIH (40 femmes et 80 hommes) ont été formées en 2006-2007. Elles ont ensuite été associées aux consultations en vue de l’élaboration d’une politique et de programmes sur les lieux de travail.

Enseignements

Les messages destinés à des publics spécifiques ont eu un impact certain. «Si vous nous retirez nos emplois, vous nous tuerez plus vite que le virus» a suscité beaucoup d’émotion. Des messages comme «Nous pouvons travailler comme tout le monde», illustrés par des exemples personnels, ont convaincu les employeurs que les PVVIH ne seraient pas une charge pour l’entreprise. Les parties prenantes ont intégré les principes de non-discrimination et de poursuite de l’emploi des PVVIH dans leurs politiques pour le lieu de travail.

L’implication des PVVIH a facilité l’élaboration des déclarations conjointes d’engagement dans la lutte contre le VIH/sida, qui ont été signées par sept organisations d‘employeurs et cinq centrales syndicales.

Etapes suivantes

Il faut intensifier la formation des PVVIH pour qu’elles continuent à s’impliquer dans la sensibilisation sur le lieu de travail au niveau national et dans les Etats.

A. Syed Mohammed, spécialiste technique principal du VIH/sida, OIT, afsar@ilo.org

En savoir plus sur le Réseau indien des personnes vivant avec le VIH/sida (INP+) : http://www.inpplus.net/