Les formations de l’OIT aident à préserver la famille d’Amany du travail des enfants

Près du marché d'Al-Faiyum en Égypte, Amany et son mari Abo Ahmed sont occupés à laisser leur marque dans l'industrie textile locale et à donner à leurs enfants un avenir radieux grâce à leur nouvelle entreprise, qu'ils ont bâtie grâce au partenariat de l'OIT ACCEL Africa avec le programme GET Ahead. Leurs enfants Ahmed et Jana, qui ont également suivi le programme de formation SCREAM, sont désormais également habilités à connaître et à protéger leurs droits.

Article | 5 octobre 2023

Amany et sa famille vivent près d'Al-Faiyum, une ville située au centre de l'Égypte. Son mari, Abo Ahmed, travaillait comme employé, puis comme chauffeur. Amany, quant à elle, ne travaillait pas. En tant que famille, leurs revenus n'étaient pas suffisants pour subvenir aux besoins de leurs trois enfants et assurer des conditions de vie décentes à leur foyer.

Les parents Amany et Abo Ahmed trouvent une source de revenus supplémentaire

Un jour, Amany a entendu dire que l'Institut de recherche sur le coton et le Conseil national des femmes organisaient un cours sur la manière de lancer de petits projets, et elle a invité son mari à l'accompagner. Le cours était proposé par ACCEL Africa en partenariat avec l'Institut de recherche sur le coton et le Conseil national des femmes. ILO’s GET Ahead programme, un programme de formation à l'entreprenariat sensible au genre, conçu pour les adultes ayant des compétences de base en matière de calcul ou d'alphabétisation. Elle a expliqué, “ ils ont parlé d'idées commerciales et de comment créer une entreprise et comment la soutenir, la gérer correctement et bien la planifier afin d'éviter les erreurs et les pertes … Nous avons compris et nous nous sommes dit que nous allions tenter notre chance et voir comment les choses allaient se passer.”

Grâce au programme GET Ahead, l'entreprise d'Amany Abo Ahmed est née. Ils ont commencé très modestement, en se procurant des draps de lit prêts à l'emploi et en les vendant à des voisins. Finalement, après mûre réflexion, ils ont décidé de passer de la revente de tissus à la fabrication de leurs propres tissus, permettant ainsi à leurs clients de choisir leurs propres motifs. La famille a investi dans une machine à coudre et Abo Ahmed a appris à coudre tout seul. Amany a partagé, “ C'était difficile au début car c'était la première fois qu'Abo utilisait une machine à coudre. Il n'avait aucune idée de la ’s Mais il est allé sur Internet, a fait de nombreuses recherches, s'est renseigné et a beaucoup travaillé sur lui-même. Il a déployé beaucoup d'efforts jusqu'à ce qu'il parvienne à fabriquer de bons produits. Au fil du temps, il a rassemblé d'autres idées et a fabriqué des objets plus beaux et plus performants.”

J'ai trois enfants et je remercie Dieu qu'aucun d'entre eux ne travaille. Tout ce que je souhaite, c'est qu'ils reçoivent une éducation de qualité et qu'ils aient un avenir brillant..”."

Abo Ahmed
Très vite, les gens ont eu vent de leur activité et ont commencé à demander plus de produits. Lorsqu'on lui demande si la formation de l'OIT et l'entreprise ont contribué à améliorer les revenus de la famille, Amany répond, “ Le revenu après la création de l'entreprise est bien meilleur, C'est une certitude. Nous disposons maintenant d'un capital, d'une chose sur laquelle nous pouvons compter, ou épargner pour notre fille et notre fils, ou encore investir dans quelque chose.”

Au cours du programme GET Ahead, Amany et Abo Ahmed ont également appris à connaître les risques liés au travail des enfants. La formation a porté sur la tranche d'âge à laquelle les enfants sont autorisés à travailler et sur les circonstances dans lesquelles ils sont autorisés à travailler en premier lieu. “ Après ce séminaire, les opinions de certaines personnes avaient changés. Les enfants ne peuvent pas travailler avant d'avoir 18 ans, car tant qu'ils ont moins de 18 ans, ils sont des enfants et doivent être traités comme tels. Ces travaux pénibles [dans les champs de coton] ne conviennent pas aux enfants,” Amany a expliqué. “It’s J'ai du mal à faire travailler mon fils. J'ai pour objectif de faire en sorte que la chose la plus importante soit l'éducation. Je veux seulement que mon fils soit éduqué, qu'il soit excellent dans ses études et qu'il ait de bonnes manières.”

Les enfants Ahmed et Jana ont pris connaissance de leurs droits

Alors qu'Amany et Abo Ahmed ont participé au programme GET Ahead, leurs enfants Ahmed et Jana ont également participé au programme de formation SCREAM. >, qui vise à sensibiliser les jeunes à leurs droits, en mettant l'accent sur le travail des enfants, afin qu'ils puissent s'exprimer et mobiliser leurs communautés pour qu'elles agissent. Le programme de formation SCREAM est adapté aux enfants et aux circonstances spécifiques de leurs communautés, ce qui rend les modules extrêmement attrayants.

Ahmed et Jana ont été encouragés par leurs parents à participer au programme de formation SCREAM, qu'ils ont beaucoup apprécié et dont ils ont beaucoup appris. Ils ont appris leur droit à la liberté d'expression et à la satisfaction de leurs besoins fondamentaux, tels qu'un logement, des vêtements, de la boisson, de la nourriture, une bonne santé et, bien sûr, une éducation. Ils ont appris ces concepts à l'aide d'activités attrayantes, telles que le dessin, la peinture et le jeu en commun.

Les enfants ont également appris les dangers du travail des enfants, ce qui les a sensibilisés et a réduit le risque qu'ils s'engagent dans cette pratique. Ahmed, qui est en huitième année, nous a fait part de son expérience,“ Nous avons appris que le travail des enfants a de nombreux effets négatifs, comme le fait qu'un charpentier peut tomber de haut. … [There are alsoLes emplois [...] qui nécessitent de plonger sous l'eau, d'être dans les airs ou sous terre.”

Jana, qui est en sixième année, a fait part de ses espoirs et de sa passion renforcée pour l'école après avoir participé au programme de formation SCREAM:
“ J'aime aller à l'école. Nous avons appris que l'éducation est une nécessité et que nous devons apprendre. L'éducation est cruciale dans notre vie. Quand je serai grand, je veux être médecin ou ingénieur.” Jana