Travail des enfants et travail forcé

Les organisations syndicales du Niger affirment leur engagement dans la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé avec l’appui de l’OIT

Niamey (Nouvelles de l’OIT) – Les leaders des centrales syndicales du Niger s’approprient la feuille de route des Organisations Syndicales sur la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé. Cet engagement vient d’être affirmé au terme d’un atelier de restitution des travaux de Maradi sur la contribution syndicale à l’éradication du Travail des Enfants et du travail forcé.

Actualité | 24 septembre 2021
Banderole de l’atelier de restitution

Les 10 secrétaires généraux et adjoints qui ont participé à cet atelier, ont « réaffirmé leur soutien et leur accompagnement au processus de lutte contre le travail des enfants et le travail forcé. Ils ont en outre renforcé leur compréhension du travail des enfants et du travail forcé » souligne Lalo Ousmane, Coordonnateur National du Projet MAP16 au Niger, financé par le Département du travail des Etats Unis et l’Organisation internationale du Travail (OIT) à travers le Bureau des activités pour les travailleurs (ACTRAV).

Au terme de cette séance de restitution, plusieurs recommandations ont été formulées par les participants. Il s’agit notamment selon M. Ousmane, de « Plaider pour l’application effective des textes auxquels le Niger a souscrit; plaider pour une éducation de qualité et une résilience économique à la base comme approche stratégique de prévention du travail des enfants et du travail forcé; plaider pour des programmes de protection sociale surtout orientés vers le monde rural ».

Pour les leaders syndicaux, les Inspecteurs du Travail jouent un rôle important dans la prévention et l’identification des cas de travail des enfants et de travail forcé. C’est pourquoi, les syndicalistes recommandent des moyens adéquats et suffisants à mettre à la disposition des inspections de travail en vue de privilégier l’aspect prévention du travail des enfants.

Vue de la salle à l’ouverture de l’atelier

« L’organisation d’une campagne de sensibilisation et de plaidoyer envers les leaders syndicaux, les décideurs, les acteurs des organisations de la société civile, les autorités coutumières et religieuses ; l’accompagnement de la mise en place d’un centre d’écoute, d’orientation et de prise en charge des cas de travail des enfants et de travail forcé et les Comités Régionaux (CR) du Protocole 29, sur la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé » font partie des principales recommandations de la session de restitution de la feuille de route des Organisations Syndicales conçue à Maradi en mars 2021.

Au Niger, « la promotion de la ratification et la mise en œuvre des conventions portant sur les principes et droits fondamentaux au travail, la ratification d’autres conventions à jour de l’OIT, ainsi que l’application de toutes les autres conventions de l’OIT ratifiées, grâce à des programmes d’action, à la coopération pour le développement et à des campagnes de promotion (Déclaration d’Addis Abeba) » restent des priorités régionales auxquelles l’OIT contribue.

Les prochaines actions de l’OIT au Niger concernant la thématique du travail des enfants, sont la poursuite et la finalisation de la mise en œuvre des activités de la feuille de route syndicale de lutte contre le travail des enfants et le travail forcé avec l’accompagnement technique de l’OIT.

Photo de famille des participants à l’atelier