Madagascar avance vers le respect des Normes internationales du Travail

Actualité | 1 octobre 2022
Du 03 au 05 août 2022, la ville de Tamatave a accueilli l’atelier national pour la présentation et la validation des rapports-pays sur les Normes internationales du Travail.

59 participants, issus des différents ministères et entités impliqués (société civile, organisation des employeurs, organisation des travailleurs) dans la mise en application des conventions internationales du travail ont contribué à l’élaboration et à la validation de ces rapports. A titre d’information, depuis son adhésion au sein de l’Organisation internationale du Travail (en 1960), Madagascar a ratifié 48 conventions internationales du travail (8 conventions fondamentales, 4 conventions prioritaires et 36 conventions techniques) et cette ratification donne au pays l’engagement de respecter les contenus et les recommandations du CEACR (Comité des Experts en charge de l’Evaluation de l’Application des Conventions et des Recommandations), y compris l’obligation de reporting par rapport à la mise en application de ces conventions.

Pour cette année 2022, 21 rapports étaient en souffrance, et l’objectif de cet atelier national consistait à finaliser ces rapports selon le deadline convenu.

Techniquement, une spécialiste NORMES de l’OIT a orienté les participants sur les normes à respecter dans l’objectif d’avoir des rapports de qualité. Cet atelier a été la suite du colloque national pour le renforcement de la mise en application des Normes internationales du Travail, organisé en mars 2022 à Antsirabe sous l’égide du Professeur Raymond Ranjeva (membre permanent du CEACR), où les risques encourus par le pays étaient évoqués en cas de non-respect des Normes internationales du Travail.

A l’instar de tous les pays membres de l’Organisation internationale du Travail (OIT), Madagascar, par sa contribution au développement du système normatif de l’Organisme, participe de façon active à l’atteinte de l’objectif de base qui y est fixé, à savoir : « la mise en place de la justice sociale à travers la promotion du travail décent ». C’est dans ce cadre que l’Etat Malagasy s’est engagé à donner effet aux dispositions des instruments normatifs de l’Organisme. L’engagement ainsi donné par le pays suite aux ratifications subséquentes desdits instruments normatifs implique le respect d’un certain nombre d’obligations telles que celles prescrites par les articles 19, 22 et 23 de la Constitution de l’OIT et les articles 2 et 5 de la Convention (n°144) sur les consultations tripartites relatives aux NIT.

A noter que l’Organisation internationale du Travail, à travers le Bureau Pays de l’OIT pour Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles, ainsi que le projet TRADE FOR DECENT WORK, co-financé par l’Union Européenne et le gouvernement de Finlande, a porté son soutien (technique et financier) à l’organisation de cet atelier.