Projet PECOBAT

Le projet pour l´Amélioration de l’employabilité des jeunes et des capacités des PME par le développement du sous-secteur du BTP en matériaux locaux et de la formation professionnalisante dans les chantiers écoles construction (dit PECOBAT) financé par l´Union Européenne, vise la promotion de l'emploi comme stratégie de développement rural, à travers la participation des acteurs de la société civile et les autres acteurs au niveau local.

Ce projet constitue la première action du Fonds fiduciaire d’urgence de l'Union Européenne pour la région Sahel et Lac Tchad en Mauritanie. L´objectif de ce travail conjoint est de répondre aux causes profondes de la migration en assurant l´accès à l´emploi des jeunes en créant des meilleures opportunités économiques dans les bassins migratoires en Mauritanie.

Le projet envisage à travers une action pilote sur deux régions cibles dans le sud du pays, la création d´emploi durable et de qualité dans le secteur de la construction en terre. Le BIT facilite l´activation de ce créneau d´emploi encouragent des alliances clefs entre les autorités publiques mauritaniennes, le secteur privé et les travailleurs.

Dans ce but, des actions sont orientées au développement de l’entreprenariat au niveau des régions et du marché interne des matériaux locaux. Le dispositif national de la formation professionnelle assure la pérennisation de la filière « Construction en terre », ce qui permet assurer de la main d´œuvre qualifiée suffisante pour répondre aux besoins des entreprises.
Le BIT développe un travail technique conjoint avec les Ministères et les agences publiques concernées par l´emploi en vue de l´inclusion de clauses sociales dans les projets d´infrastructure pour assurer des retombés positifs de ce genre d´interventions dans les populations plus défavorisées.

PECOBAT promeut des mesures d´insertion à l´emploi et d’inclusion financière des jeunes à travers la formation à l´auto emploi, la création de MPME et l’éducation financière.
Dans cette phase initiale du projet, le nombre de bénéficiaires s´élève à plus de 800, dont plus de 400 jeunes mais aussi le personnel de plus de 50 entreprises et au moins 3 agences publiques aussi bien que des centres de formation professionnelle. Les régions d´intervention ont été ciblées compte tenu de la vulnérabilité de leurs populations et le potentiel de croissance de la filière dû à la disponibilité de matériaux localement.

Les principales réalisations prévues dans le cadre de projet sont 5 nouvelles écoles primaires utilisant la terre comme principal matériau de construction. Ces infrastructures seront autonomes en termes de consommation énergétique et accès à l´eau grâce à l´installation de panneaux solaires et la construction de mini forages construits de façon manuelle.

La modalité chantier-école comme stratégie de formation duale a été testée ces dernières années par le BIT en Mauritanie.
Les chantiers ont un caractère pédagogique et utilisent stratégies HIMO de maximisation la main d´œuvre, permettant une meilleure adéquation de la formation aux besoins du marché et aux défis de la construction durable. Le schéma inclut aussi de formations théoriques et de séances d´orientation professionnelle.

L´apprentissage sur le chantier sert à renforcer les capacités managériales des entreprises aussi bien que à mettre au point leur compétences techniques dans la construction avec des matériaux locaux, afin d´élargir les opportunités de travail aux emplois verts. D´autres formations théoriques sont aussi envisagées.

En ce qui concerne les jeunes, ils s´insèrent dans une logique de travail en entreprise, ils apprennent « en faisant » et ça leur permet de mieux comprendre la réalité du monde du travail et faciliter leur insertion professionnelle.

L´accès aux formations pour l´emploi des populations les plus vulnérables contribuera à la création de moyens d´existence et de marché durables au niveau local.