Formalisation de l’emploi au Burkina Faso

Au Burkina Faso, l’informel est un pan important de l’économie nationale, au cœur de l’artisanat, des services et du commerce. Derrière l’agriculture et l’élevage, c’est le troisième secteur clé de l’économie burkinabè. Comment faciliter la transition vers l’économie formelle à travers des politiques sectorielles intégrées notamment dans le secteur du commerce ?

Communiqué de presse | 1 octobre 2016
ABIDJAN (Nouvelles du BIT) – La transition vers l’économie formelle du secteur du commerce au Burkina Faso passe par l’adaptation et la mise en œuvre du cadre législatif et réglementaire, le renforcement des capacités opérationnelles et la garantie d’une protection sociale équitable, ont affirmé les participants nationaux de l’atelier tripartite novateur de Ouagadougou.

Le Secrétaire Général du Ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle au Burkina Faso, ainsi que M. Dramane Haidara, Directeur du Bureau pays de l’OIT à Abidjan, ont souligné l’importance de l’échange entre partenaires sociaux pour assurer une transition vers une formalisation efficiente et effective.

L’atelier tripartite de Ouagadougou avait pour objectif de restituer les résultats de l’étude commanditée par le BIT sur comment faciliter la transition vers l’économie formelle – politiques sectorielles intégrées de formalisation de l’emploi – exemple du secteur du commerce.

Il s’agissait également de promouvoir la Recommandation 204, sur la transition de l’économie informelle à l’économie formelle, et stimuler la collaboration aux niveaux national et sous régional pour sa mise en œuvre.

Par ailleurs, le but était aussi de faciliter le dialogue entre les partenaires sociaux et les représentants du gouvernement et acteurs du secteur pour le développement d’un plan d’action intégré de formalisation des emplois dans le secteur.

Les participants ont notamment émis un diagnostic des conditions de travail et d’opération dans le secteur commercial au Burkina Faso, notamment des causes et incidences de l’informalité dans ce secteur.

Le consensus tripartite au Burkina Faso doit aboutir à un cadre de politiques intégrées visant la formalisation du secteur du commerce, ainsi qu’une analyse du rôle et responsabilité de chacun des acteurs impliqués.

Selon les conclusions du rapport d’évaluation des 29 participants représentants différentes parties prenantes, l’opportunité d’échanger et de collaborer sur le développement d’un plan national intégré a été saluée pour son processus inclusif. Le plan d’action a été remis aux acteurs nationaux pour un travail continu qui sera présenté à l’Académie sur la formalisation de l’économie informelle en Novembre 2016.