Emploi et questions sociales dans le monde 2016: Tendances pour les jeunes

Le défi du chômage des jeunes exacerbé en Afrique

Le chômage continue à rester élevé en Afrique du Nord alors que le nombre de jeunes affecté par la pauvreté au travail continue à augmenter en Afrique subsaharienne, selon le dernier rapport du BIT.

Communiqué de presse | 24 août 2016
ABIDJAN (Nouvelles du BIT) – L’Afrique, région comptant le plus grande nombre de jeunes au monde, continue d'être confrontée à des niveaux élevés de chômage, d'emploi vulnérable et de pauvreté au travail avec peu de signes de reprise potentielle en 2017, révèle une nouvelle étude de l'Organisation internationale du Travail (OIT).

Le rapport de l’OIT sur l'Emploi et questions sociales pour les jeunes dans le monde (2016) montre que le nombre global de jeunes chômeurs devrait ainsi augmenter d’un demi-million cette année pour atteindre 71 millions (tableau 1) – la première hausse du genre en trois ans.

Avec une population de jeunes qui devrait doubler, à plus de 830 millions dans l'ensemble du continent d'ici à 2050, l'incidence du chômage chez les jeunes en Afrique du Nord reste élevée à 29,3 pour cent en 2016, ce qui représente le deuxième taux le plus élevé de toutes les régions.

La recherche révèle que l’on prévoit que le taux de chômage des jeunes en Afrique sub-saharienne va poursuivre sur sa trajectoire vers le bas, qui a commencé en 2012, pour atteindre 10,9 pour cent en 2016 et en légère baisse à 10,8 l'année suivante. Cependant, les perspectives de chômage des jeunes dans les principaux pays de la région restent assez mitigées. En Afrique sub-saharienne, plus de la moitié de tous les jeunes actifs devraient rester au chômage en 2016, ce qui représente le plus haut taux de chômage des jeunes dans la région.

De plus, alors que le taux de participation au marché du travail des jeunes est le plus élevé en Afrique subsaharienne à 54,2 pour cent, le taux de scolarisation de la région dans l'enseignement secondaire et tertiaire est le plus bas parmi toutes les régions.


Dans quels pays les jeunes ont-ils le plus de difficultés à trouver un emploi?
 

 La pauvreté au travail


Le taux de pauvreté du travail chez les jeunes en Afrique sub-saharienne est de près de 70 pour cent en 2016, se traduisant par 64,4 millions de jeunes qui travaillent dans cette région vivant dans la pauvreté extrême ou modérée (moins de 3,10 $ par jour). La région continue de montrer les taux de pauvreté du travail des jeunes les plus élevés au monde. Le nombre de jeunes en situation de pauvreté du travail a augmenté de près de 80 pour cent durant les 25 dernières années. Ceci est couplé avec le fait que les jeunes travailleurs de la région ont l'une des plus fortes probabilités de vivre dans la pauvreté par rapport aux adultes.

En Afrique du Nord, on estime à un jeune sur quatre, le nombre de jeunes qui vivent dans la pauvreté extrême ou modérée, ce qui représente une amélioration significative depuis 1991, lorsque près de la moitié de tous les jeunes travailleurs vivaient dans la pauvreté extrême ou modérée.
Près d'un jeune sur quatre qui travaille dans la région d'Afrique du Nord est estimé à vivre dans la pauvreté extrême ou modérée en 2016. Depuis 2012, il y a eu pratiquement aucun signe d'une diminution de ce taux, bien que l'écart du taux de pauvreté entre les jeunes et les adultes qui travaillent reste relativement faible. 

Migration hors de l'Afrique


Parmi les nombreuses raisons d’émigrer (conflits armés, catastrophes naturelles, etc.), un taux de chômage élevé, une propension accrue à la pauvreté au travail et la pénurie d’emplois de qualité sont les facteurs essentiels qui président à la décision des jeunes de partir définitivement à l’étranger.
Les jeunes en Afrique démontrent une volonté supérieure de se déplacer de façon permanente vers un autre pays: 38 pour cent en Afrique subsaharienne et 35% en Afrique du Nord en 2015 (au niveau mondial, ces chiffres sont autour de 20%t). Par exemple, parmi les pays d'Afrique subsaharienne, le pourcentage de jeunes prêts à migrer varie de 77% en Sierra Leone à 11% à Madagascar. 

L'écart entre les sexes est parmi les plus élevés en Afrique du Nord, où le taux de participation des jeunes femmes de 16,6% est de 30,2 points inférieur au taux masculin de la jeunesse. De même, le taux de chômage pour les jeunes femmes dans la région est de 44,4 pour cent, ce qui est de 20,3 points plus élevé que le taux des jeunes hommes, ce qui représente le deuxième plus grand écart de chômage.

Selon l'OIT, le défi fondamental dans les pays émergents et les pays en développement reste donc l’amélioration de la qualité du travail disponible pour la majorité des jeunes qui travaillent déjà, mais sont sous-employés ou engagés dans des emplois informels.