Travail Domestique

Rwanda: Quels défis pour les travailleurs domestiques?

Le Bureau des activités pour les travailleurs (BIT-ACTRAV) a organisé récemment à Kigali un atelier de sensibilisation sur le travail domestique et la ratification de la convention no. 189 de l’OIT. Insa Ben Said Dia, Spécialiste régional en matière d’éducation ouvrière, explique dans cet entretien les défis auxquels sont confrontés les travailleurs domestiques au Rwanda et l’appui du BIT pour ces travailleurs vulnérables.

Actualité | 20 mai 2015
M. Insa Ben Said Dia, Spécialiste régional en matière d'éducation ouvrière
ACTRAV INFO : ACTRAV a organisé récemment un séminaire à l'intention des travailleurs domestiques au Rwanda. Typiquement, quel est le profil du travailleur/de la travailleuse domestique dans ce pays?

Insa Ben Said Dia :
Comme dans la plupart des pays, ce sont des hommes et des femmes venus de la campagne, n'ayant pas eu la chance de faire ou de parfaire leurs études et qui essaient de survivre économiquement en «vendant » leur force de travail. On trouve plusieurs jeunes filles dans ce secteur, victimes de toutes sortes d'abus et aujourd'hui encadrées par une Confédération syndicale dirigée par la seule femme secrétaire générale d'une des trois organisations syndicales les plus représentatives: Madame Floride Mukarugambwa de la Confédération Syndicale Libre du Rwanda (COSYLI).

ACTRAV INFO : Actuellement, quels sont les enjeux auxquels sont confrontés les travailleurs domestiques au Rwanda?

Une étude menée en février 2008 par la Confédération Syndicale Libre du Rwanda (COSYLI) démontre le non-respect des droits des gens de maison. C'est une enquête qui avait couvert les districts de Nyarugengen , Kicukiro et Gasabo et avait comme cibles les employés et leurs employeurs. L'enquête révèle toutes les violations et abus rencontrés par les femmes : entre autres , le manque de contrat explicite , le salaire dérisoire et indécent des employés , la non affiliation à une caisse de sécurité sociale, les renvois abusifs , pas de liberté de culte ni de loisir , ni de repos le dimanche, confiscation de documents, certaines filles sont victimes d'abus sexuels par leurs employeurs ou membres de la famille, des grossesses non désirées causées par certains pères de famille, suivies de renvoi et confiscation de l'enfant par l'employeur. Selon cette étude, beaucoup de drames humains dans ce secteur sont couverts par le silence.

ACTRAV INFO : Comment le BIT-ACTRAV peut-il soutenir les travailleurs domestiques dans ce pays?

Face à ces drames humains, notre soutien direct serait d'aider à amener le pays à ratifier la convention no. 189 et sa recommandation (n°201) qui ont été adoptées par les Etats Membres le 16 juin 2011. Le Rwanda qui est membre de l'OIT pourrait dès lors initier sa ratification. La ratification de cette convention constituerait un instrument juridique essentiel dans la pacification des relations entre employeurs et gens de maison car un instrument juridique viendrait compléter une législation nationale qui a statué (mais pas suffisamment hélas!) sur la légitimité du travail domestique : il s’agit de la Loi numéro 13/2009 dans son article 3. Donc disons que l'OIT pourrait, comme à l’accoutumé, sur demande des partenaires, apporter son soutien technique et financier dans la formation des affiliés syndicaux mais aussi sensibiliser, par des rencontres bipartites et tripartites, les acteurs sociaux pour une ratification de la convention no. 189. C'est une des recommandations faites par la COSYLI à l'attention de l'OIT.

Par ailleurs, le BIT-ACTRAV a organisé à Kigali, en février 2011, un atelier sur le travail domestique et la ratification de la convention no. 189. L’objectif de cet atelier était de sensibiliser les partenaires sociaux, notamment les syndicats, afin d’améliorer les conditions de travail des travailleurs domestiques.